L’acteur sciclitanien Giovanni Alfieri du 8 juin sur Canale 5 avec L’ora – Encre contre plomb” | Interview

Une longue attente qui est sur le point de se terminer : à partir du 8 juin sur Canale 5 la série télé historique-sociale : L’heure – Encre contre plomb.

La fiction raconte l’histoire du journal sicilien L’Ora fondé en 1900 par la famille Florio. Un journal qui est resté dans l’histoire du journalisme en raison de son engagement à toute épreuve dans la lutte contre la mafia dans les années 1950. Au centre de l’intrigue complexe de la fiction L’Ora-Ink contre le plomb, la mission votée par les journalistes et employés du journal sicilien d’informer les lecteurs et de démasquer le réseau occulte que la mafia avait mis en place sur le territoire de l’île.

Le personnage principal de L’Ora, l’acteur Claudio Santamaria qui remplira le rôle de directeur du journal est Antonio Nicastro.

Également au casting, l’acteur de 27 ans originaire de Sciclitano, Giovanni Alfieri, (nous attendions cette nouvelle ici il y a 2 ans) que nous avons joint par téléphone il y a quelques jours pour nous faire part de cette nouvelle expérience importante. Cinq épisodes, 10 épisodes.

D – Giovanni parle-nous de ton rôle dans cette fiction

Dans le film, je suis Domenico Sciamma un vrai personnage. Ce rôle que je joue dans le film est venu presque par accident, en 2019, Guia Jelo m’a appelé un jour et m’a dit qu’ils tournaient cette série et que je devais immédiatement envoyer le programme par e-mail, avec une photo. Alors je l’ai fait. J’ai eu un tel contact et je suis allé à Palerme où j’ai auditionné. Je devais d’abord être le méchant, je devais jouer Luciano Liggio. On commence alors à travailler sur ce personnage quand pourtant, à la troisième audition, on me propose de jouer le rôle de Domenico Sciamma. Alors après quelques premières répétitions au cinéma, nous avons de longues prises, malheureusement interrompues par la pandémie.

D – On peut dire que ton rêve d’enfant s’est réalisé

Actuellement dans ma vie je fais ce dont je rêvais d’enfant, pour cela je dois remercier beaucoup de personnes, tout d’abord ma famille, mon père, ma mère, ma sœur qui m’ont toujours soutenu, ils sont ma force, ils travailler avec moi ensemble. Avec eux, je dois remercier Guia Jelo. Cependant, je pense qu’en étudiant, dans n’importe quel domaine, les résultats arrivent tôt ou tard. C’est la première pierre importante, j’espère en poser beaucoup d’autres. Mais j’espère aussi pouvoir retourner à Scicli, à Donnalucata, où l’on se sent vraiment bien, où j’ai passé les deux années de la pandémie, on y mange bien, on y vit bien. Ici à Rome, je vis dans un appartement où je suis clairement incapable de cultiver mon jardin comme je le faisais dans la maison de Donnalucata, c.da Spinello. Cela ne veut pas dire que je ne suis pas heureux à Rome, absolument, j’y suis depuis 8 ans maintenant, mais en tout cas j’aimerais passer plus de temps à Scicli, où je me ressource, ma ville est mon havre de paix.

D – Théâtre, cinéma ou télévision ?

Le théâtre pour moi, c’est la famille, j’ai commencé à faire du théâtre, quand je suis au théâtre, je me sens un peu comme chez moi. J’ai fait mes premiers pas au Teatro Italia de Scicli avec Pino Statello. Le théâtre est la bonne dimension pour moi où je peux me mesurer et où je peux vraiment réaliser l’étude et le dévouement nécessaires pour faire ce travail. Le cinéma et la télévision donnent certainement de la visibilité, ils vous font vivre mieux. Au théâtre, au cinéma et à la télévision, le théâtre, le cinéma et la télévision ont une pratique littéraire, qui est de donner de la force à des mots écrits par d’autres.

Il faudra encore attendre les deux premiers épisodes, en prime time sur Canale 5 à partir du 8 juin. Domenico Sciamma alias Giovanni Alfieric veillera à ce que nous gardions tous les épisodes avec impatience. Franchement, Dominic est capable de surmonter n’importe quel obstacle et de faire face à n’importe quel danger. Ça vient tout droit de Corleone avec une bombe épelée sur deux bouts de papier : la disparition d’un syndicaliste. Caractère timide, rêveur, âme sensible, passionné, curieux, déterminé à réaliser ses rêves. Dans la fiction, Giovanni tombera amoureux d’Olivia, ce qui le conduira à se pousser au-delà de ses moyens. Dans la vraie vie, Giovanni nous avoue : “Je suis actuellement célibataire !”

Théâtre

2020/21 : « Au milieu » – Réalisé par C. Ciliberti

2019 : “Sans miroir” – Réalisé par C. Ciliberti

2019 : “Mines, Histoire et Amour” – Réalisé par T. Gangitano

2018 : “Etude sur le Boléro n°1 Prix Lire Conti – Filef” – Réalisation G. Alfieri

2018 : « Risotto ai turno » – Réalisé par G. Alfieri

2017 : “Les jours manqués” – Réalisé par G. Riggi

2017 : “Come Dio comanda” – Réalisé par G. Alfieri

2017 : “La Dernière Mère” – Réalisé par G. Greco

2017 : “L’Italie en noir et blanc” – Réalisé par P. Larosa

2016 : “Scoppiati a New Year’s Eve” – ​​réalisé par P. Larosa

2015 : “Mon amour”

2015 : « Le Confessioni » – Réalisé par W. Manfrè

2014: “Varietà ‘su Moliere” – Réalisé par E. Guarneri

Cinéma

2021 : “Il Pirata” – Réalisé par C. Ciliberti

2019 : « Il delitto Mattarella » – Réalisé par A. Grimaldi

2016 : « La Divina Dolzedia » – Réalisation A. Grimaldi

Télévision

2019/20: “L’Heure – Encre Contre Plomb” – Réalisé par P. Messina, C. D’Emilio, S. Lorenzi

Courts métrages

2018 : « Aidons-les chez eux Onlus » – Réalisé par G. Riggi

2017 : « Fragments » – Réalisé par R. Cananiello

2016 : « Zèbre » – Réalisé par C. Ciliberti

2016 : “C’était une belle journée ensoleillée” – Réalisation A.Torregiani / A.Boninsegni

2016 : “Le Dieu du peuple est un vagabond” – Réalisé par C. Ciliberti

Leave a Comment