Platamona : la voie unique qui divise encore

La municipalité de Sorso reste attachée à l’idée de transformer la route côtière en une “route lente” à faible impact

SASSARI. Transformez-la en « slow road », une route lente, parsemée d’échoppes pour se garer, de ronds-points et de buvettes. C’est l’avenir que la municipalité de Sorso souhaite pour la route côtière de Platamona. L’administration municipale, dirigée par le maire Fabrizio Demelas, dans sa réponse aux commentaires de la Région sur la variante du plan d’utilisation du littoral (Pul), défend le choix fait il y a deux ans en soutenant une ligne bien précise : la dégradation de la Sp 81 sert pour atténuer les effets négatifs de l’étang de Platamona et de la forêt de genévriers sur les zones problématiques.

Les observations. Ces derniers mois, la Région a demandé à la Commune de Sorso un rapport pour déployer une série de compléments à l’étude d’impact environnemental. Et donc d’évaluer la cohérence actuelle des parkings sur la bande littorale – ils sont au nombre de 1 754 – et les éventuelles interférences entre le projet variante Pul et les habitats de la Zsc de l’étang et du ginepreto de Platamona. Il s’agit d’estimer les effets des changements proposés par la municipalité sur les écosystèmes environnants.

Les ajouts. La “viande” du document de réponse complémentaire, que la commune transmet à la Région, sert principalement à traiter le problème des nouvelles places de stationnement et, en cascade, la transformation de la route côtière à sens unique en raison de la perte de l’un des les deux voies.

circulation à sens unique. La trajectoire que la municipalité a tracée dans les discussions avec Cagliari est bien définie. En fait, l’administration Sorsense défend l’idée originale d’abaisser la route côtière, de créer une rue à sens unique et de convertir l’une des deux voies en parkings et en zones disponibles pour les kiosques et les points de ravitaillement. Il suffit de lire la partie des observations sur la limitation des effets dans le périmètre du réseau Natura 2000. Les interventions proposées par la municipalité sont au nombre de six.

Route lente. L’un des plus conséquents est celui de la Sp 81, que la commune envisage de “ralentir”. “Le but de cette intervention – lit le rapport supplémentaire de la municipalité – est de réduire la quantité de trafic et le passage des véhicules à grande vitesse, avec un grand avantage pour les utilisateurs de la côte, pour ceux qui exercent des activités dans le parallèle piste cyclable-piétonne et pour la faune, notamment la nuit » Selon les techniciens mandatés par la municipalité, la circulation automobile constitue en effet « une perturbation indéniable de l’éthologie de la faune, se manifestant non seulement par du bruit et des vibrations, mais aussi par un perturbations lumineuses nocturnes ». Et encore : « Le passage continu des voitures met également en danger la faune et l’expose à des investissements lors de la traversée ». construire des itinéraires sur des passerelles en bois surélevées et délimiter les zones interdites au passage des humains et.

Zones dégradées. Outre le nombre de places de stationnement le long d’une des voies actuelles de la route côtière, le projet de variante à Pul prévoit l’affectation d’un certain nombre de zones déjà construites le long de la route côtière à des places de stationnement. De plus, deux “projets standards” sont prévus pour restaurer des étals, également dans une zone abandonnée au troisième peigne, à l’ancien lido de la police au deuxième et dans l’ancien compendium de Pinetina, près de la septième entrée de la mer. La zone archéologique de Santa Filitica, où se dresse l’ancienne villa romaine, sera également réaménagée avec un parking de 9 places. De l’autre côté de la rue, sur la plage, la municipalité a également prévu une concession de baignade de 500 mètres carrés “afin d’avoir également une garnison de la zone actuellement abandonnée”.

Les bretelles. Que faire alors ? “De telles perturbations – écrivent encore les techniciens – pourraient être réduites, comme le suggère la variante, en détournant le trafic de la Sp81 vers la Sp48 dans une zone intérieure déjà urbanisée et artificielle et à l’extérieur de la Zsc”. Dans ce cas également, la ligne de la commune est celle d’origine : utilisez des liaisons, en utilisant des routes déjà existantes, à l’ouest du village d’Arboriamar et sur la plage d’Eden, pour relier la route côtière de Platamona à la route provinciale 200.

Leave a Comment