Plus d’attention à l’oncologie après D’Amore – Il Golfo 24

L’actuelle direction générale de l’ASL Napoli 2 Nord est à nouveau mise en cause. Cette fois encore, Silvio Carcaterra, vice-président de l’association des patients atteints de cancer, pointe du doigt dans une longue note : “À ce stade – écrit Silvio Carcaterra – puisque le réalisateur D’Amore continue d’agir comme si de rien n’était, nous ne pouvons que j’espère que le 8 août 2022 arrivera le plus tôt possible donc enfin le mandat du cher directeur de l’amour se termine et ensuite j’espère qu’une personne avec plus de cœur et une bonne âme prendra le relais qui ne peut accepter aucun si et mais la profession que j’essaie de continuer pendant un certain temps.

Une autre chose à garder à l’esprit : j’espère pour nous, patients atteints de cancer, qu’une nouvelle prolongation du mandat ne se produira pas comme cela s’est déjà produit, ici nous devons compter sur le bon gouverneur de la région de Campanie De Luca et j’espère que ce dernier ne le fera pas surprenez-nous en cela, à Dieu ne plaise.

Le réalisateur D’Amore sera sans doute confronté à de nombreuses sollicitations, je ne pense pas être le seul, mais je pense qu’il aurait pu faire plus d’efforts, alors qu’à ce jour il n’a pas daigné répondre ou rencontrer un probable Moi, mais je ne fais que montrer une indifférence totale à une demande légitime et sacrée de ma part et de celle de bien d’autres personnes qui luttent pour essayer de vaincre ce satané cancer”.

Carcaterra s’adresse alors directement au directeur D’Amore : “Que puis-je vous dire d’autre, je sais que vers la fin de ce mois il y a des rumeurs de son retour probable à l’île verte (du moins pour ce qu’il en reste) et puisque l’espoir est le dernier à mourir, si vous voulez, vous pouvez nous daigner organiser une réunion pour énumérer les désagréments que les patients atteints de cancer éprouvent lorsqu’ils se rendent en métropole pour seulement quatre minutes de radiothérapie et les files d’attente interminables pour obtenir le pettac, des désagréments qui peuvent ne pas être clairs pour nous. vous et que vous n’avez pas compris : ici, à mon avis, le plus grand regret est justement ce dernier mot, comme si ce métier était un sujet de routine et de banalité normale, comme si votre “oui” voulait dire que ça s’est toujours fait comme ça, donc on va rester comme ça », mais avec tout le respect que j’ai pour toi, je te dis que ça ne marche définitivement pas comme ça : autrefois ça aurait pu marcher, mais aujourd’hui je suis Je vous répète qu’il n’en est rien. Les changements ne doivent pas avoir lieu uniquement pour le continent (rien au contraire), car nous existons aussi : je répète qu’Ischia n’est pas une île de quatre mille habitants, mais bien soixante-dix mille en hiver, et en été ce nombre triple, ce qui ce n’est pas peu, mais tu t’en fous visiblement de tout ça ».

Carcaterra fait ensuite référence à l’une des nombreuses expériences inconfortables vécues au quotidien : « J’ai un autre témoignage d’un patient atteint d’un cancer qui doit malheureusement se rendre tous les jours en métropole pour une radiothérapie, qui vient de commencer et doit encore subir cinq semaines de passion. Elle m’a dit : “Silvio, je ne dois pas m’exposer au soleil, ma peau brûle, mais dans le port de Pozzuoli il n’y a de fraîcheur nulle part, à l’abri des rayons du soleil, et nous ne pouvons pas prendre le ferry avant l’heure. De plus, sur le navire, nous souffrons car il n’y a pas de climatisation, et dans ces conditions, je dois encore affronter cinq semaines »».

Les publicités

“À ce stade – poursuit le vice-président Apo – je me demande, et je ne trouve pas de réponses, comment restez-vous impuissant, impassible, pour ne pas accueillir et surtout pour ne pas résoudre un inconvénient inhumain de ce calibre , sans même essayer de trouver un solution en tout cas. Si telle est votre attitude, j’espère sincèrement que le 8 août viendra bientôt, car un superviseur qui ne traite pas et ne surveille pas les problèmes des patients atteints de pathologie grave n’est pas digne de jouer un rôle similaire. Et je répète : espérons que le président De Luca ne veille pas à ce que le mandat soit renouvelé, mais qu’il essaie de confier ce rôle difficile à une personne très différente avec le cœur, l’esprit , la conscience et le désir d’aider M. D’Amore, malheureusement vous avez pas pu me faire changer d’avis sur vous, je comprends que chacun demande quelque chose et que chacun veille à ses propres intérêts, mais comme en toute chose il y a des priorités, et Je ne pense pas que ce métier soit secondaire”. Enfin, la conclusion très dure : « Juste pour être clair, s’agissant d’une hypothétique rencontre avant la fin du mois, Messieurs D’Amore et De Luca, je pense que vous êtes maintenant des « journaux connus » : à l’appui de ce qui est écrit Je vous souhaite quand vous viendrez, et quand vous viendrez, un bon bain et surtout un bon bucatino et lapin. Vous ne pouvez même pas imaginer combien de tristesse, de regret et de colère il y a dans cet écrit, mais cette fois je conclus en disant, disons espérons des temps meilleurs, je veux utiliser un vieil adage qui dit “allez mal, allez tout droit”. Nous espérons”.

Les publicités

Leave a Comment