Chien dans la voiture lors d’un arrêt, attention à l’amende

peut-être déjà chien aime faire un tour en voiture ou peut-être que c’est son propriétaire qui aime l’avoir avec lui à tout moment de la journée. Quelle qu’en soit la raison, c’est que notre ami à quatre pattes nous accompagne aussi dans machine, il arrive souvent que nous devions le laisser à bord lorsque nous devons descendre faire une course. Mais nous savons à quel point il est risqué de laisser un animal seul à bord véhicule en stationnement† Il y a d’abord les risques liés à l’effort qu’il peut faire en nous attendant et en s’ennuyant. Ne parlons pas du fait que, surtout si nous nous garons en plein soleil, même si nous laissons la fenêtre ouverte de quelques centimètres, le véhicule va chauffer.

Les mauvaises surprises, même si tout ce qui précède s’est bien passé, peuvent être de nature économique. La règle a été établie qu’un tel comportement la criminalité qui est puni, peut-être même de prison, mais presque toujours d’un ? bien assez lourd† Il peut alors arriver qu’un passant, qui entend l’animal aboyer, décide de briser la vitre pour le sauver. Dans ce cas, les frais du carrossier seront également à notre charge.

Comment garder les chiens dans la voiture, à la fois pendant la conduite et le stationnement

Emmener un chien dans la voiture est totalement légitime, mais pour pouvoir le faire sans courir le risque d’être verbalisé, il est nécessaire de respecter certaines règles, que l’on soit sur la route ou dans un moment de repos. L’article 169 du code de la route dispose que :

« Dans tous les véhicules, le conducteur doit avoir la plus grande liberté de mouvement pour effectuer les manœuvres nécessaires à la conduite. Les animaux domestiques peuvent être transportés tant qu’ils sont gardés dans une cage ou dans le compartiment arrière du siège du conducteur, séparés par un filet.”

En principe, les conducteurs doivent non seulement disposer d’un espace suffisant pour effectuer toutes les manœuvres, mais il ne doit pas non plus y avoir d’obstacles et d’animaux qui pourraient gêner ces manœuvres. Nous pensons au chiot sautant de chaise en chaise ou essayant d’être pris pour un câlin.

Pour éviter ce genre de problème, il convient de le conserver dans un contenant spécial ou de l’isoler dans l’habitacle. Quiconque ne le fait pas et est mis dans une voiture avec l’animal en général doit en payer une bien entre 87 et 314 euros. Un point est également déduit du permis de conduire.

Si nous sommes plutôt arrêtdans un parking, l’animal sera probablement laissé temporairement libre tourner en rond. Si nous n’effectuons alors aucune manœuvre, il n’y a aucune raison qui nécessite une prudence particulière. Mais attention, ce cas n’est pas le même que celui où l’on est arrêté à un stop ou à un feu tricolore, car il va falloir continuer à rouler dès que ce sera notre tour, sans avoir le temps de le mettre en garde à vue. Mais même lorsque nous sommes sortis avec le moteur, nous devons au moins avoir un panier de voyage ou un distributeur à portée de main, sinon nous serons hors-la-loi.

Chien seul dans une voiture en stationnement : s’il est maltraité

Dans notre système juridique, il n’y a pas de règle spécifique se référant au cas de ceux qui laissent leur chien seul dans une voiture en stationnement. Cependant, il y a le crime de maltraitance des animaux, qui est également puni avec une certaine sévérité. L’article 544 ter du code pénal dispose que :

“Quiconque, sans cause ni cruauté, blesse un animal ou le soumet à des tortures, des comportements, des fatigues ou des travaux intolérables en raison de ses caractéristiques physiques, sera puni d’un emprisonnement de trois à dix-huit mois et d’une amende de 5 000 à 30 000 euros.”

La cruauté ou la volonté de nuire n’est pas un élément indispensable au crime, il suffit que l’acte dommageable soit commis sans raison valable† Les motifs d’excuse sont ceux prévus par la loi et généralement liés à l’utilisation de certaines espèces à des fins alimentaires.

Le deuxième élément à étudier est la blessuresqui sont interprétés assez largement, car ils exigent qu’il y ait une diminution de son iintégrité physique† Cependant, il n’est pas nécessaire qu’elle ait causé un événement pathologique ou une maladie physique ou psychologique.

Pour donner un exemple concret : si nous laissons notre ami à quatre pattes seul dans la voiture, que ce soit un été chaud ou un hiver glacial, et pendant une longue période, nous le faisons souffrir injustement et sans raison. , qui existe même s’il ne signale aucun dommage physique. Un tel dommage peut être un fait qui doit être évalué afin d’infliger l’amende maximale autorisée. Si l’animal devait alors mourir, la peine qui nous est infligée est augmentée de moitié.

Chien seul dans la voiture, si ce n’est pas un crime

Clarifié que laisser le chien dans un endroit comme une voiture, quoi qu’il aime, n’est pas son environnement naturel, nous expose au risque d’être accusé d’un crime et d’une amende si nous ne sommes pas emprisonnés, voyons voir s’il y a des cas où nous pouvons être excusés et peut-être accusés d’être des patrons négligents, mais pas des criminels.

En fait, les situations peuvent être très différentes les unes des autres. C’est une chose de laisser l’animal sous le soleil d’août pendant des heures, c’en est une autre de descendre pour lui quelques minutes acheter des cigarettes, laisser la fenêtre ouverte et se garer à l’ombre. Souvent, la différence n’est que cela : le temps et les conditions dans lesquelles l’animal est laissé.

Il ne sera certainement jamais excusé qui, malgré un court arrêt, scelle la voiture, sans laisser passer un souffle d’air. Une autre carte à jouer en notre faveur est d’utiliser le . avoir faitl’eau et peut-être un jeu pour lui tenir compagnie. Chacun de nous connaît alors son ami et sait s’il accepte d’être seul un court moment, ou si, dès que nous partons, il se met à pleurer et tente de s’enfuir.

Chien seul dans la voiture : quand les animaux sont laissés pour compte

Mais la jurisprudence est allée plus loin et avec l’arrêt numéro 36713 de 2021 la Cour de cassation a jugé que :

“Si l’habitacle d’une voiture ne peut être considéré comme un environnement insalubre et donc totalement inadapté à l’hébergement d’un animal, il est néanmoins un peu exigu et complètement différent de l’habitat auquel il est habitué, on peut donc dire que c’est une forme de détention qui peut causer de graves souffrances ».

Un autre crime dont nous pourrions être accusés est l’abandon d’un animal, ce qui ne correspond pas nécessairement à la façon classique de laisser le chiot sur le bord de l’autoroute au début de l’été. C’est un comportement qui est puni aux seuls animaux domestiques, qui ont développé une certaine dépendance à l’égard des humains, et qui, si on les laisse seuls, peuvent non seulement s’en tirer, mais aussi souffrir psychologiquement. Cette infraction est une alternative à la précédente et peut survenir dans le cas où l’animal, bien que ne dénonçant pas la souffrance, est néanmoins laissé pour compte longtemps seul, même avec de l’eau et à l’ombre mais avec peu de possibilité de se déplacer.

La Cour de cassation avec l’arrêt numéro 21744 de 2005 a tranché le cas de trois chiens qui étaient transportés dans le coffre d’une voiture et qui ne communiquaient pas avec l’habitacle et qui pourraient intégrer l’article 727 du Code pénal, qui punit quiconque utilise animaux de compagnie abandonnés ou ayant pris l’habitude en captivité avecarrestation jusqu’à un an o l’amende de 1 000 € à 10 000 €. Ceux qui les maintiennent dans des conditions incompatibles avec leur nature et qui leur causent de graves souffrances sont passibles de la même peine.”

Que puis-je faire si je vois un chien seul dans une voiture ?

Dans des cas comme celui-ci, vous devriez d’abord prendre un moment pour étudier la situation, qui n’est pas nécessairement un cas de maltraitance animale. Si nous voyons que la voiture est garée depuis un certain temps, elle peut être fermée stationné au soleilet lorsque nous regardons à l’intérieur, nous voyons que le chiot n’a pas d’eau disponible, cela vaudrait la peine de regarder si nous pouvons identifier le propriétaire.

Si nous ne le voyons pas, ou du moins si nous ne savons pas de qui il s’agit, nous devons agents de la circulation ou la police locale, qui libère d’abord l’animal, puis identifie le propriétaire et fait un rapport. Vous paierez probablement une amende assez lourde plus tard.

Puis-je casser la vitre de la voiture pour la libérer ?

Et si le chien sous le soleil d’août ne nous semble pas pénible a besoin de sauver, Que pouvons-nous faire? Dans ce cas, le premier réflexe, c’est-à-dire attraper quelque chose et casser la fenêtre, laisser passer l’air et laisser sortir l’animal ou au moins lui donner de l’eau, peut également être considéré comme un choix raisonnable par la loi.

C’est ce que nous dit l’article 54 du Code pénal, qui considère qu’un comportement autrement punissable est excusable et non punissable, s’il est exécuté condition de avoir besoin† Par ce lieu, nous entendons la situation dans laquelle des actions sont effectuées dans le but de se protéger ou de protéger les autres d’un danger grave pour la personne.

La demi utilisé doit être le seul raisonnable à ce moment-là et doit être proportionnée au dommage à éviter. Toujours avec prudence, car avec notre geste nous pourrions obtenir l’effet de terrifier encore plus l’animal, voire de le blesser avec le verre, et tant qu’il n’y a aucun moyen d’obtenir rapidement l’intervention d’un policier, nous pouvons nous allons alors secourir le animal nous-mêmes, avec une certaine assurance que vous n’aurez pas à payer pour les dommages causés à la voiture.

Leave a Comment