La loi Bacchelli a été décernée à l’écrivain Aldo Nove

AGI – Le Conseil des ministres, sur proposition du président Mario Draghi, a approuvé l’octroi d’une allocation extraordinaire à vie, conformément à la loi du 8 août 1985, n. 440 (Loi Bacchelli), crédité à : Silvano Orlandi, cuisinier et pâtissier, Emiko Kubota, chanteuse d’opéra et Antonio Centanin (Aldo Nove), poète, écrivain et scénariste.

Combien coûte

Le montant annuel maximum de la rente est de 24 000,00 EUR et la prestation peut être retirée en cas de cessation de l’état d’urgence ou de condamnations pénales définitives entraînant la révocation de la fonction publique.

Qui le perçoit ?

La subvention est en reconnaissance de la réputation claire qu’elle a illustrée de la patrie avec les mérites acquis dans les domaines de la science, de la littérature, de l’art, de l’économie, du travail, du sport et en se retirant de la fonction publique ou des activités exercées à des fins sociales, philanthropiques et humanitaires.

Qui est Aldo Nové ?

Pseudonyme d’Antonio Centanin, Aldo Nove est né à Viggiù en 1967). Diplômé en philosophie morale, rappelle Treccani, il a été l’auteur de quelques recueils poétiques (Returning in your blood, 1989 ; Music for witches, 1991 ; La lune vue par Viggiù, 1994) et a fait ses débuts en prose avec les nouvelles ‘ Woobinda et autres histoires sans fin heureuse” (1996) et le roman “Puerto plata market” (1998), qui a été placé par la critique dans le genre pulp, populaire en Italie au milieu des années 1990, pour son style captivant, son langage brut et thèmes violents.

En 2000, il prouve avec la publication de ‘Amore mio infinito’ et avec les suivants ‘La plus grande baleine morte de Lombardie’ (2004), ‘Zero, le robot’ (2008), ‘La vita oscena’ (2010) qu’il est éclectique écrivain, capable d’évoluer avec habileté dans différents genres, passant à un style intimiste et existentialiste, pour aborder des questions sociales contemporaines comme dans “Je m’appelle Roberta, j’ai 40 ans, je gagne 250 euros par mois” en 2006.

En 2013, ‘Mon nom est …’ a été publié dans lequel l’auteur décrit la vie de la grande artiste Mia Martini, suivi du roman historique ‘Toute la lumière du monde’ (2014), ‘Un enfant qui pleure’ ( 2015), tous deux en 2016, ‘World Premiere’ et ‘At the Beginning Was Perfume’, et la biographie Franco Battiato (2020). Il est également auteur pour le cinéma et le théâtre et collabore à plusieurs journaux et magazines.

Qui est Silvano Orlando

A 83 ans, il réalise une soixantaine de gâteaux pour des divas et des personnalités, des cérémonies de couronnement aux fêtes de célébrités. Au nom de Pasticcio, il a fait des gâteaux pour les anniversaires et les mariages dans la moitié du monde du cinéma, de la télévision, du sport, de la politique : Sophia Loren et Gina Lollobrigida, Amintore Fanfani et Giovanni Spadolini, Paolo Rossi, Baggio, Schumacher, Pieraccioni et Panariello, Berlusconi , Maurizio Costanzo, Bianca d’Aosta et la princesse Mafalda, et même le pape François. Le premier gâteau important était pour les dix-huit ans de Rita Pavone, lorsqu’il travaillait à l’Excelsior de Florence où il était arrivé enfant après ses premières expériences dans des confiseries historiques telles que Donnini, Gambrinus, Bruzzichelli.

Qui est Emiko Kubota

Elle est née à Tokyo, où elle s’est spécialisée dans le chant et a obtenu sa maîtrise à l’Université d’État des Arts. Depuis 1967, il étudie en Europe avec le ténor Alessandro Ziliani et d’autres maîtres tels que Pessina, Pedrazzoli, Soresina, Jappelli, Ferrari, Zamboni. Il a étudié le théâtre avec le réalisateur Riccardo Picozzi.

Il a concouru en se qualifiant et en remportant toutes les grandes compétitions au Japon, le Concours international des voix verdiennes à Busseto et le Concours de la Fondation William Sullivan à New York.

Elle a joué le rôle de: “La Flûte Enchantée” (Reine de la Nuit); “Lucia van Lammermoor” ; “La Traviata” ; “Rigoletto” ; “Le coiffeur de Séville” ; « La Bohème » (Mimì et Musetta) ; “L’Elisir d’Amour” ; “Madame Papillon” ; “Turandot” (Liù); “Fauste” ; « Manon Lescaut » ; “Yuzuru” dans les grands théâtres japonais et à Hong Kong, et en Europe au Théâtre National de Rome, au Théâtre Massimo Bellini de Catane, au Théâtre Gran Liceo de Barcelone, ​​​​​​dans la saison estivale de le même théâtre à Nueva Andalucia, au Théâtre Royal d’Anvers, au Théâtre Social de Dublin, au Théâtre Social de Gand, au Théâtre Municipal de Montpellier et Avignon, à l’Opéra Théâtre de Belgrade, Ljubljana et Rijeka. Il alterne son activité lyrique avec la musique de chambre avec un répertoire très étendu comprenant divers auteurs italiens, français, allemands, espagnols, russes et japonais.

En tant que soliste dans des concerts avec l’orchestre, il a joué la “IX Symphonie” de Beethoven, “Messia” de Haendel, “Stabat Mater” de Pergolesi, Rossini et Simanovsky, “Petite Messe Solemnelle” de Rossini, “Requiem” de Mozart et Fauré, “Salve Regina” de FABonporti, “Immer Wieder” de Roman Vlad, réalisé par Seigi Ozawa, Roman Vlad et d’autres réalisateurs.

Il a mené une activité concertante intense, tant dans le répertoire lyrique qu’avec des récitals d’impressionnistes français et d’auteurs italiens de toutes les époques.

Les critiques ont toujours “la voix fraîche et vive”, “les aigus brillants”, “le très beau centre”, “pianissimo stupendi”, “l’expression dans chaque situation dramatique et musicale”, “l’interprétation inhabituelle de chaque rôle d’opéra” et “la maîtrise “apprécié de la scène”.

Il a enregistré plusieurs longues pièces de théâtre et a participé à la production de nombreuses œuvres et musique classique pour la NHK et la radio et la télévision privées (Japon) et pour la radio suisse des airs d’opéra, des oratorios avec orchestre et diverses émissions musicales.

Depuis 1997, il est président et directeur artistique de l’International Opera Concert Association (AILC). Il a présenté de nombreux spectacles d’opéra complets, avec décors, costumes et chœur, tels que : “Traviata”, “Bohème”, “Madama Butterfly”, “Don Giovanni”, “Il Barbiere di Siviglia”, “Rigoletto”, “Turandot”, “Manon Lescaut” ; Concerts vocaux et instrumentaux tels que “Nouveaux Talents Internationaux – Violon et Piano” ; et la musique sacrée comme « Stabat Mater » de Pergolesi et Rossini (avec le chœur), Concerto di Natale, dont il a supervisé la direction artistique et la direction.

Il enseigne depuis plus de trente ans. Ses élèves ont obtenu d’excellents résultats et nombre d’entre eux ont fait leurs débuts aux représentations de l’AILC avec beaucoup de succès.

Depuis maintenant quatre ans, il est membre du jury du concours international “Alice Bel Colle”, présidé par le maestro Marcello Abbado.

Leave a Comment