Qui est Cristina Cassar Scalia, l’auteur du moment ?

Avec “La Carrozza della Santa”, Cristina Cassar Scalia revient une fois de plus à la librairie. Le volume, publié par Einaudi, il est sorti le 31 mai dernier et est déjà la vedette des palmarès des livres les plus vendus de cette période. Dans cet article, on en apprend plus sur l’auteure sicilienne et ses livres, qui connaissent un succès depuis leur création.

Cristina Cassar Scalia

Cristina Cassar Scalia est née en 1977 dans la charmante ville de Noto, mais a vécu quelque temps à Aci Castello, près de Catane, où elle travaille comme ophtalmologiste.

La vie de Cristina Cassar Scalia change radicalement en 2014, lorsqu’elle publie son premier roman “Le deuxième été”, qui se déroule dans les années 1980 et met en scène Léa, une femme qui, après vingt ans, rencontre un amour d’été désormais fané. Depuis le premier livre, l’auteur n’a cessé de se passionner pour l’écriture et a enchaîné les succès les uns après les autres.

Les premiers succès

Avec « Le deuxième été », Cristina Cassar Scalia a été traduite en français et elle a reçu son premier prix littéraire, le prix Capalbio Opera prima. En 2015, un an seulement après la sortie du premier titre, l’auteur publie “Les chambres du sirocco”, un autre roman qui tourne autour d’une figure féminine têtue et passionnée, Vittoria, qui a grandi à Rome mais est obligée de vivre avec déplacer sa famille dans la patrie de son père et faire face aux différences entre une grande ville et un petit village sicilien.

La série Vanina Guarrasi

En 2018, arrive le tournant dans les histoires de Cristina Cassar Scalia. L’écrivain publie “Black Sand”, un thriller très réussi. Le personnage principal est la sous-commissaire Giovanna Guarrasi, connue de tous sous le nom de Vanina, une trente-neuf ans de Catane par adoption et originaire de Palerme. “Sable noir” parle d’une trouvaille étrange. Le cadavre d’une femme, aujourd’hui momifié, est retrouvé dans l’aile abandonnée d’un vieil immeuble seigneurial.

La maison est presque abandonnée depuis 1959, seul Alfio Burrano, petit-fils de l’ancien propriétaire, occupant occasionnellement quelques pièces. Découvrir l’identité du cadavre est compliqué, et pour réussir, Vanina a besoin de l’aide du commissaire à la retraite Biagio Patanè. Les souvenirs du vieux flic la forcent à enquêter sur le passé et la conduisent à l’endroit où toute l’affaire a commencé : un célèbre bordel des années 1950 connu sous le nom de “il Valentino”.

“Black sand” reçoit un accueil très positif et remporte également le prix Racalmare Leonardo Sciascia. Ainsi, Vanina devient le personnage principal de toute une série de romans policiers. “Sable noir” est suivi de “La logique du lampara” (2019), “La Salita dei Saponari” (2020), “L’homme du port” (2021) et “Le talent de l’aumônier” (2021), captivant , des livres vivants, dans lesquels la personnalité de la surintendante adjointe Vanina Guarrasi se mêle à celle du pays protagoniste des histoires, la Sicile, avec le style distinctif de Cristina Cassar Scalia.

Le carrosse du saint

En librairie depuis le 31 mai, “La Carrozza della Santa” est le dernier volet de la série consacrée à Vanina Guarrasi. Le livre se déroule à un certain moment de la vie de Catane, lors des célébrations du saint patron de la ville, Sant’Agata. Nous sommes le 6 février, au lendemain de la grande fête et du cortège, lorsqu’un homme est retrouvé baigné de sang dans le hall d’entrée de l’hôtel de ville, dans l’un des wagons du Sénat.

L’opinion publique est choquée et le maire lui-même exhorte Guarrasi à intervenir. L’histoire est immédiatement confuse, un fouillis d’indices qui mènent toujours à la vie privée et familiale du mort, Vasco Nocera. Cependant, Vanina a du mal à accorder à l’enquête l’attention qu’elle mérite.

Quelque chose se passe à Palerme qui exige sa présence ; c’est un appel qu’il ne peut ignorer. Cette fois, plus que jamais, l’aide de son équipe et l’engagement du commissaire à la retraite Biagio Patanè seront importants pour résoudre le mystère qui, malgré son âge, ne s’arrête pas en vain.

Leave a Comment