données sur l’accréditation en Italie

Grâce en partie à la pandémie de 2021, ils ont tous deux grandi les journées d’évaluation pour l’accréditation (18 708, dont 13 000 à distance, contre 16 797 en 2020) et le nombre organismes (de 417 à 604 en 2 ans) e laboratoires accrédités (2 129 à partir de 2021).

Ce sont quelques-uns des détails de la Rapport Annuel Accredia 2021 présenté le 11 mai à Rome à l’Assemblée Générale des Actionnaires au siège de l’INAIL, en présence de : Franco Bettonicprésident de l’Institut et de Prof. Dr. Massimo de Felicequi est devenu le nouveau président de l’organisme d’accréditation à partir de juin 2021.

Nous extrapolons le des données plus significatives issues des accréditations et nous signalons quelques passages du rapport sur les nouvelles modalités de visites à distance, sur les dernières actualités réglementaires et sur les activités d’accréditation menées sur les masques et les produits de construction.

Accréditation : les journées d’évaluation se multiplient

Accredia rapporte qu’en 2021, les journées d’évaluation de l’organisme pour les organismes et laboratoires agréés ont considérablement augmenté “en partie grâce à l’utilisation de vérifications à distance”: en fait, il y aurait 13 000 vérifications à distance par rapport au total de 18 708 (une augmentation du nombre total contre 16 797 en 2020)

  • Il grandit en conséquence et à 8% aussi le nombre d’institutions et de laboratoires accréditéségal, à fin 2021, à 2 129 et les organisations gérées sont passées de 417 à 604 en 2 ans.
  • Les 2 129 établissements et laboratoires accrédités par les 3 départements totalisent 2 494 accréditations pour les différents schémas d’évaluation de la conformité
  • Le secteur avec la plus forte croissance, égale à 62, relève de la division Laboratoires d’essais, qui a réalisé 56 % de toutes les journées d’évaluation réalisées en 2021. Le département Certification et Inspection suit (28% des sujets de test accrédités, et dispose de 38% des journées d’évaluation annuelles).

Accredia : le nombre de professionnels qualifiés augmente

Accredia rapporte dans son rapport 2021 qu’il a également augmenté le nombre de professionnels impliqués dans les activités de vérification : Fin 2021, il y avait 472 inspecteurs actifs dans des secteurs scientifiques et technologiques spécifiques, soutenus par 117 experts techniques pour des domaines hautement spécialisés. Une croissance qui remonte également à la période triennale 2019-21 : on comptait 341 au service des laboratoires d’essais, 207 au service de la certification et de l’inspection et 107 au service des laboratoires d’étalonnage.

Accréditations : les filières en croissance

Le rapport souligne l’augmentation du nombre d’organismes accrédités par la Direction de la Certification et de l’Inspection en raison de la croissance du domaine réglementé et notamment de la accréditations pour le contrôle périodique des instruments de mesure sur la base du décret ministériel 93/2017 et pour les commandes électriques conformément au décret présidentiel 462/2001.

Les taux de croissance sont les suivants :

  • 20,6 % au service Certification et Inspection ;
  • 4,5 % dans le département Laboratoires d’étalonnage ;
  • 3,3% dans le département Laboratoires d’Essais.

Rapport Accredia par rapport à 2020 la plus forte augmentation du nombre d’accréditations concerne les organismes d’inspectionégale à +38% mais on note également une augmentation des accréditations pour les systèmes de management et, en particulier pour les services informatiquesun signe du besoin de transparence, de crédibilité et de compétence exigé par le marché sur un thème moteur de la croissance économique

Les accréditations pour la certification des personnes ont également augmenté de 16 %, un régime qui a fortement augmenté ces dernières années à la suite de la loi 4/2013 sur les professions non ordinaires.

Accréditation : nouvelles et développements de l’industrie

L’image d’Accredia d’un secteur, celui des accréditations, qui a subi des changements tant techniques que procéduraux et réglementaires pendant la pandémie, est intéressante.

Voici les principaux changements trouvés par Accredia qui ont eu un impact sur l’évolution du système dans son ensemble :

  • coût de l’accréditation: le nouveau tarif, qui entrera en vigueur le 1er janvier, réduit les coûts des cours accrédités et permet d’économiser au total plus d’1 million d’euros.
  • télécommandes: Accredia témoigne de leur consolidation même dans la procédure post-pandémique et plus large, grâce au document d’orientation : “Politique d’Accredia pour effectuer des contrôles à distance”, agréé par la Commission de pilotage et d’assurance pour la conduite des activités de vérification à distance sur les agences et les laboratoires, mais qui servira de référence également pour les contrôles à distance effectués par des organismes agréés auprès d’organismes et de professionnels pour lesquels une certification est requise.
  • l’arrêt de la Cour européenne de justice sur le système européen d’accréditation : de arrêt (C-142/2020) a confirmé et identifié un certain nombre de points controversés :
    • les organismes d’accréditation non communautaires ne sont pas équivalents à européens et l’organisme d’accréditation relève de l’exercice de l’autorité publique
    • l’activité d’accréditation en Europe ne peut être exercée que par l’organisme national unique désigné par le droit européen,
    • le respect des accords internationaux de reconnaissance mutuelle n’est pas suffisant pour garantir qu’un organisme non communautaire satisfait aux exigences de compétence, d’indépendance et d’impartialité
    • la création d’un organisme d’accréditation unique dans chaque État membre n’est pas contraire aux principes européens la concurrence, la libre prestation de services et l’interdiction des inégalités de traitement, car l’Entité exerce une activité de puissance publique à but non lucratif et ne peut être considérée comme une entreprise soumise aux dispositions interdisant l’abus de position dominante.

Accréditation à distance : nouvelle méthodologie

Concernant la méthode d’évaluation à distance (évaluation à distance), Accredia indique dans le rapport que :

  • le mode à distance a couvert jusqu’à la moitié des audits effectués par les inspecteurs d’Accredia sur site, sur le terrain et sous supervision
  • un tiers des évaluations à distance ont été réalisées de manière mixte, avec des inspecteurs affiliés et d’autres présents.

Le développement a été rendu possible par des techniques à distance développées avec le soutien des documents internationaux de l’IAF (International Accreditation Forum) et de l’ILAC (International Laboratories Accreditation Cooperation) et des évaluations de l’EA (European cooperation for Accreditation) et d’Accredia elle-même. fusionné dans le document “Politique d’Accredia pour effectuer des vérifications à distance”.

Masques chirurgicaux, l’accréditation continue

L’Institut rapporte que même en 2021, l’attention est concentrée relative à l’accréditation des tests sur les masques de protection, tant chirurgicaux “Masques faciaux à usage médical” que “FFP“(Pièce faciale filtrante) appartenant à la catégorie EPI (Equipement de Protection Individuelle) techniquement définie “Equipement de Protection Respiratoire – Demi-masques filtrants contre les particules”.

Tests pour masques: tests selon UNI EN 14683

18 laboratoires ont étendu leur accréditation aux tests pertinents pour les masques. Parmi ceux-ci, 17 laboratoires effectuent des tests conformément à la norme UNI EN 14683 pour mesurer la capacité de filtration bactérienne ou BFE, la respirabilité, la résistance aux éclaboussures, la charge biologique ou la charge biologique et la biocompatibilité des masques chirurgicaux ; 3 teste les masques EPI selon la norme UNI EN 149 + A1, en ce qui concerne la perte d’étanchéité vers l’intérieur, la pénétration du matériau filtrant, la résistance respiratoire.

Accréditation des produits de construction : les activités sont en cours

Accredia rapporte ensuite qu’en 2021, les activités d’accréditation dans le secteur des produits de construction seront réglementées par le règlement UE 305/2011 cd. CPR (Construction Products Regulation), mis en œuvre en Italie avec le décret législatif 106/2017, qui fixe les conditions de commercialisation des produits de construction marqués CE dans les États membres.

L’activité de vérification des organismes de certification et des laboratoires d’essais a été déléguée à Accredia avec le traité signé avec le Conseil supérieur des travaux publics et les ministères du développement économique et de l’intérieur, alignant l’Italie sur les autres pays de l’UE, qui fournissent l’accréditation comme condition préalable pour inclusion des organismes notifiés dans la base de données NANDO (New Approach Notified and Designated Organisations).

Lisez la présentation sur le site Web d’Accredia pour plus d’informations sur le contenu du rapport.

Pour plus d’informations sur le monde des certifications et des systèmes de management

CONTRÔLES NON DESTRUCTIFS sur structures neuves et bâtiments existants