Oui du Sénat au rapport sur les hommes violents

Le Sénat a voté à 211 en faveur du rapport qui comprend des programmes de réhabilitation pour les hommes maltraités. Voyons ce que c’est !

Du 1er janvier au 5 juin 2022, ils ont été 40 femmes tuées dans le contexte familial/affectif 23 victimes d’un partenaire ou ex-partenaire. C’est ce que montre le rapport preparé par Ministère de la Sécurité Publique sur les Assassinats Volontaires et les Violences Basées sur le Genre† Des chiffres qui font frémir et les rendent encore plus urgents interventions visant à éradiquer les cultures toxiques qui se cache derrière les périodes de fémicides, d’intimidations et d’abus dont les femmes sont victimes au quotidien. Cependant, il semble y avoir de bonnes nouvelles à venir. Le Sénat a en effet approuvé à l’unanimité avec 211 voix pour le rapport de la commission féminicide qui fournit cours de rééducation plus stricte et plus structurée pour les hommes violents.

Vidéo de Bianca Bonafede

Quel est le bilan des hommes violents ?

Pendant deux ans Donatella Conzatti (iv) et Alessandra Maiorino (M5s) ont travaillé avec diligence à la préparation de ce document avec tous Commission du meurtre des femmes de Palazzo Madama, dirigé par le sénateur Valéria Valentina† Ils l’ont à coup sûr “Une œuvre profonde” réalisé “en écoutant des experts travaillant dans la prévention et en recueillant des informations sur les pratiques et réglementations nationales et internationales”.

C’est un rapport qui révèle les causes (plus ou moins cachées) des violences basées sur le genre, décrites dans le texte comme suit : « Un phénomène social répandu et structurel aux racines culturelles profondes qui continue d’imprégner les relations entre hommes et femmes à travers le monde“, et qui vise à consolider les programmes de réhabilitation et de rédemption auxquels sont soumis les hommes qui commettent ces crimes, dans le but de “Arrêter les comportements violents, les escalades et les rechutes”, conformément aux dispositions de Articles 12 et 16 de la Convention d’Istanbul.

Les mots du ministre de l’égalité des chances et de la famille Elena Bonetti .

Ici aussi Ministre de l’égalité des chances et de la famille Elena Bonetti . est intervenu, réitérant que « la lutte contre les violences masculines faites aux femmes est un choix que notre pays ne veut pas reculer ». Un objectif noble et nécessaire que le gouvernement, selon les mots du ministre, poursuivra à travers : « Des choix structurels et intégraux », « des ressources structurelles » et « un plan stratégique » nationale” qui prévoit « la mise en œuvre de l’article 16 de la Convention d’Istanbul en ce qui concerne la réhabilitation et le traitement des hommes ayant commis des violences ». “Prévention”, “surveillance” et “renforcement dans l’axe des sanctions” sont les maîtres mots de ce design.

Le but des programmes de réadaptation pour hommes violents

Au cœur de la relation se trouve la nécessité d’approuver, de définir et de fournir des programmes de réhabilitation conçus pour tous les hommes qui présentent des comportements misogynes et violents. Le but de ce processus sera que “Revenir aux causes, les affronter ouvertement et œuvrer à éradiquer la culture dans laquelle la violence faite aux femmes trouve son humus idéal”† Pour réussir, il faudra intervenir dès les premiers signes.

NOUVELLES
LETTRE

des conseils, des nouvelles, des curiosités et bien plus encore!

Engagement du gouvernement

Enfin, le ministre Bonetti a indiqué comment seront utilisés les fonds alloués pour 2022, dont 2 millions d’euros “seront affectés à l’action prévue par les régions” par laquelle le gouvernement s’engage à “définir les critères de reconnaissance des nouveaux centres de réhabilitation pour hommes violentés”. , exigences normatives et lignes directrices ».

Diplômée du master de langues et littératures européennes et extra-européennes, elle parle couramment l’anglais et le suédois, langue pour laquelle elle a un faible et pays où …

Leave a Comment