Dimanches bestiaux – Vezio Benetti, 60 ans de commentaire à contre-courant (et en vernaculaire) avec Livourne : “Je suis fan, je parle comme une courbe”

« Non, je vais à Pomezia. Avec tout le respect que je vous dois, hein.” Vézio Benetti et de Livourneou tu dirais presque que “c’est Livourne”, mais dans l’interview, une de celles que tu ne finirais jamais, on en parle presque plus pomezia† Oui : journaliste de 80 ans, Vezio Benetti suit Livourne depuis soixante ans, et il le fait en commentant Grand-Duché de TV qui pourrait servir de bande-son pour Les dimanches bestiaux† En langue vernaculaire mignonne, Benetti parle des courses comme “une de la courbe” n’épargnerait, comme il le dit, personne : et quand il y a un centre invitant de la gauche pour un attaquant de son Livourne, l’invitation est convaincante “Oh, ‘un tir en l’air qui sait’n où le lancer”† Et il adore ça : à 80 ans et tout le chemin contre-courant par rapport au mainstream en vogue pour le commentaire composé d’une voix posée, d’une narration courtoise, voire de transgressions latérales, politiquement correct pleuvoir. Dans sa ville, bien sûr, il est considéré comme une référence, un peu la voix du fan ordinaire et un peu l’Accademia della Crusca del Livorno.

Vezio no : “Je suis tout sauf un technicien, je fais mon émission comme si j’y étais” courbe avec les passionnés. Je suis fan et je m’exprime comme eux : je ne pourrais pas faire de commentaires techniques.” Et puis il poursuit : “Mais alors… caa je suis au courant chose à 4-3 quarks… Pour moi, vous pouvez aussi faire 10-0 et tout le monde dans le but, est-ce que je m’en soucie ?’. D’autre part, Vezio est en escaliers depuis 1970 : « J’ai raconté beaucoup de ces matches : pas toujours comme aujourd’hui on est dans Excellence et il faut jouer avec Pomezia… Toujours avec tout le respect que je dois à Pomezia hein ». Pourtant, son style lui a aussi valu la colère des autres, surtout dans les petites catégories : « Une fois, c’était la veille de Noël et on jouait licata† J’ai dit, comment font-ils pour passer Noël à la maison ? vouloir du ‘jours du train, du’ ou atobusse (bus, éd) et trois de ciu’o (âne, éd) viens ici? J’ai dû m’excuser : mais je ne voulais pas les offenser, là Sicile c’est un beau pays que j’aime. Mais il arrive pendant mon commentaire que j’exagère… Parfois au bout de quelques jours quelqu’un vient me dire : ‘Euh, mais tu as dit ça’. Et je ne m’en souviens même pas.”

Abstenez-vous donc sans ironie, car les propos de Vezio sont aussi bons pour l’âme… et pour les âmes, à tous points de vue : “Une fois pour une Livourne-Forlì l’un de ceux qui prennent des initiatives comme le soi-disant I cinéma devant l’église : il m’a demandé s’il pouvait projeter mon commentaire sur portes closes pour récolter un peu d’argent pour la paroisse, je lui ai dit ‘Bien sûr, vas-y’ ». Sans oublier le Derby: « Euh, combien ? Livourne-Pise… mais maintenant Pise a celui avec l’argent, dont je ne sais même pas si c’est turc, Américain ou quoi. » Mais le retour de Livourne dans les ligues mineures le voit reprendre le commentaire qu’il avait dû interrompre depuis longtemps : « J’ai leéchevin des sports dans la ville et puis ce n’était pas le cas. puis avec Spinelli, dans la période de A et B, le commentaire n’a pas pu être fait. Maintenant, ils m’ont demandé de filmer et les gens étaient tous contents : ils voulaient que je parte, mais j’ai 80 ans, et puis j’ai dû me disputer à la maison. Et maintenant nous allons à Pomezia qui en parle comme le Tottenham† En bref : pour écouter les gens, je devrais toujours être à la télévision. Mais dis-moi : un s’il bit’ allez-vous vous en tenir à la mer et aller plutôt à Pomezia ? †

Et de Livourne, qui mérite sans doute d’autres catégories que l’Excellence, Vezio l’analyse à sa manière : « Quelqu’un dit qu’ils nous pêchent pour le zone de chalandise: J’ai dit oui, eh bien, laissez tomber les filets. Quelqu’un dit en C, un autre même en B : j’ai dit, oui, le ‘Oppa de’ Ampioni ils nous appellent à faire”. Youtube montre à quel point la modernité donne aussi du mérite, ne serait-ce que la capacité d’écouter quand on veut que Vezio Benetti dise “je me demande et dis si je suis habillé ici et que je tire d’avant… même pas à la fête foraine de Sant’Antonino “(une célèbre fête de quartier) ou dire qu’il y a quelques instants “un bulleentre bisous, câlins et des choses comme ça”, la décision est prise : “Un pomezia Je ne vais pas. Avec tout le respect que je vous dois, hein.”

Leave a Comment