Allons-nous voir un sous-21″ dans le 50 libre masculin ?

CHAMPIONNAT DU MONDE FINA 2022 – BUDAPEST

Premières mondiales : Rapprochons-nous des Championnats du monde à Budapest en regardant les courses avec les défis les plus excitants.

50 MÈTRES LIBRE HOMMES

  • Record du monde : César Cielo (BRA) – 20.91 (2009)
  • Record du monde juniors : Michel André (États-Unis) – 21,75 (2017)
  • Champion olympique 2020 : Caeleb Dressel (États-Unis) – 21.07
  • Championne du Monde 2019 : Caeleb Dressel (États-Unis) – 21.04

SAISON SPATIAL MONDIAL 2021/2022

2 Michael
André
États-Unis 21h45 30-04
3 Bruno
Fratus
SOUTIEN-GORGE 21h49 22-05
4 Josh
Lien
BOÎTE 21.63 04/10
5 hexine
Yu
RCS 21.68 26-09

Voir le top 27 »

Quatre des cinq athlètes textiles les plus rapides entrent sur le terrain lors du 50 m libre masculin de la Coupe du monde 2022, menés par le double champion en titre Caeleb Dressel

DANS LE TOP 5 DES NAGEURS DE POUSSIÈRE

ROBE CAELEB

Dressel, avec son effectif de 21,04, est la nageuse la plus rapide de l’histoire dans la poussière et la troisième au classement général. Il est revenu de trois médailles d’or olympiques individuelles et est le double champion du monde en titre.

À Tokyo, il a remporté cette course de près d’une demi-seconde (0,48) et a réalisé le meilleur temps du monde cette saison (21,29), ce qui fait de lui l’homme à battre à nouveau.

Une chose à garder à l’esprit est que les trois manches de cette course et le 100 m papillon se déroulent les mêmes jours. Néanmoins, c’est un calendrier auquel il s’est parfaitement attaqué en 2017 et 2019.

Suis fier.

L’un des meilleurs sprinteurs purs au monde.

L’effectif de Ben Proud était de 21,11 en 2018. À Tokyo, il a terminé cinquième en 21,72. Le Britannique de 27 ans a connu une excellente saison sur courte piste. Il a abaissé son record britannique (20,40) et a remporté l’or à la Coupe du monde SC (20,45).

Cette saison, Proud a nagé le grand bassin en 21,72 à l’Edinburgh Invitational, ainsi qu’à la finale olympique.

Pré-qualifié pour la Coupe du monde, Proud a terminé en 21,91 aux essais britanniques, terminant deuxième derrière Lewis Burra† Maintenant, il tentera de traduire les succès de sa saison sur le petit bassin en grands bassins et de concourir pour une médaille.

FLORENT MANAUDOU

ATHLÈTE: FLORENT MANAUDOU
PHOTOGRAPHE : Mon Kasapoglu

Après une brève retraite du sport, le Français Florent Manaudou a remporté la médaille d’argent à Tokyo et est monté sur le podium olympique pour la troisième fois consécutive.

En demi-finale, il a établi son meilleur temps des cinq dernières années : 21,53.

De nombreux Européens devront jongler avec plus de courses cet été, et Manaudou a déclaré qu’il considérait cette année comme une “année de transition” et se concentrait sur la Coupe du monde.

Cette saison, son meilleur temps est de 22.04 sur l’étape marseillaise du FFN Golden Tour, mais on s’attend à ce qu’il soit beaucoup plus rapide à Budapest.

BRUNO FRATUS

Il y a deux questions à ce sujet : Bruno Fratus pour la coupe du monde.

Pourra-t-il poursuivre sa série de podiums aux Championnats du monde en premier lieu, où il est monté trois fois de suite ?

Deuxièmement, pourra-t-il atteindre le 100 m en moins de 22 secondes au 50 m libre?

Il est maintenant à 97.

C’est certainement possible pour lui, d’autant plus qu’aux Jeux olympiques, il a fallu un sous-22 pour se qualifier à chaque tour. De même, les perspectives de médailles sont positives pour Fratus. Le bronze de Tokyo compte cette année pour la troisième fois mondiale, 21.49, réalisé dans l’étape monégasque de Mare Nostrum.

C’est une période encourageante pour la Coupe du monde, qui le met sur la bonne voie pour rester sur le podium.

A NE PAS SOUS-ESTIMER :

Michel André

Il a disputé une course exceptionnelle aux essais américains et a également battu le record américain du 50 m brasse. La clé pour Andrew aux Championnats du monde sera d’égaler les temps qu’il a réalisés fin avril. Avant les Jeux olympiques, ses temps aux essais ont fait de lui un médaillé dans les trois épreuves individuelles, mais il n’est monté sur le podium dans aucune d’entre elles, car il n’a pas pu répéter les temps d’Omaha. Avec cinq courses individuelles et des relais, Andrew aura un programme chargé comme aucun autre à Budapest, y compris le 50 Free/100 Butterfly Brace. S’il parvient à répéter sa perso de 21h45 à Greensboro, il restera une grosse menace pour une médaille.

JOSH LIENDO

Le jeune de dix-neuf ans Josh Liendo il a participé à des Essais canadiens sensationnels et a remporté trois courses. Non seulement a-t-il remporté le 50 m libre, mais il a aussi battu le record canadien de Brent Hayden, avec un temps de 21.63.

LEWIS BURRAS.

Le sprinteur britannique émergent Lewis Burra il a remporté cette course aux essais britanniques en 21,77, améliorant le temps qu’il avait établi en décembre. Il est désormais le deuxième Britannique le plus rapide de cette course, après Proud. Il devra très probablement descendre plus bas s’il veut concourir pour une médaille, mais compte tenu de sa trajectoire récente, il n’est certainement pas hors de portée.

THOM DE BOER

Les Hollandais Thomas de Boer avant 2021, il ne s’était jamais qualifié pour une équipe olympique ou mondiale. L’année dernière, il s’est qualifié et a participé à la finale olympique à Tokyo. Il a un effectif de 21,58 et a nagé 21,70 cette saison.

KRISTIAN GKLOMEEV.

Cinquième place à Tokyo (21.72). En 2019, il a partagé la médaille d’argent aux championnats du monde avec Fratus en 21.45. Son meilleur temps de sa vie est un centième plus rapide que cette médaille qu’il a obtenue en 2018. Cette saison, le meilleur temps est de 22,22 à l’Acropolis Swim Open en mai, mais on s’attend à ce qu’il soit de retour sous les 22 secondes à Budapest.

LUCA DOTO

italien Luca Dotto a atteint son record personnel cette saison de 21.84 à 21.86. C’est un signe prometteur pour Budapest et ce sera un athlète à surveiller car s’il tombe, il pourrait avoir une chance en finale.

NOTRE EXEMPLE

Leave a Comment