Le loup : mort, protection ou zoo numérisé

Le loup : mort, protection ou zoo numérisé

Alors que le monde soi-disant bourgeois entre (peut-être) dans la troisième guerre mondiale (à ne pas manquer, soit dit en passant, le roman dystopique de Zafferano.news “La troisième guerre mondiale de Gordon Comstock”, version numérique à 9,99 € et podcast star de l’auteur ; 100 € version papier, numérotée avec dédicace personnelle de l’auteur), Je trouve fascinant que les pays européens, attirés par le monde animal des Alpes, discutent de la façon dont le “loup gris d’Eurasie (canis lupus lupus) », originaire des steppes russes : un tueur à exterminer ou un animal à protéger ?

Je me réfère à la décision suivante de la ville suisse XY pour tirer sur le “Wolf Z”. qui a franchi à plusieurs reprises la ligne rouge (nombre de moutons tués par unité de temps) imposée par la loi. En dépit XY est divisé entre “Lupistes” et “Antilupistes”, le processus bureaucratique est terminé, maintenant c’est au tour des gardes-chasse : abattez-le et tuez-le. Lui seul ou toute la meute ? Que feront les “Lupistes” et les “Antilupistes” ? Nous verrons

Le “Loup gris d’Eurasie” n’est certainement plus l’animal de la fable médiévale (lupus dans fabula) de mon enfance. Dans les années 1930, notamment en Italie, en France et en Suisse, elle fut silencieusement exterminée par les paysans éleveurs qui défendaient leurs troupeaux et eux-mêmes contre son pillage. Aujourd’hui, dans le monde numérique que nous nous sommes mis en place, il n’est plus possible de donner une vie libre aux loups. Nous voulons également que les loups (comme les ours et autres animaux nobles) soient enregistrés, surveillés par les caméras qu’ils visitent dans les forêts qu’ils visitent, si possible, surveillez les microphones à collier, dans le but de toujours garder un œil sur eux.† Tout comme les classes dirigeantes le font depuis longtemps avec nous, roturiers, et bientôt elles le feront avec la tristement célèbre technologie de reconnaissance faciale. Et pour nous les humains ce sera la fin, nous serons des animaux de zoo

Mais revenons au loup. La réalité est que, sans l’expliquer, nous voulons coopter le mythique “loup gris eurasien” dans les zoos aux micros numérisés que sont nos villes, notamment la ZTL, où vivent et travaillent les loups alpha intouchables, mais ça ne marche pas là.

Dans certains cas, les bergers paysans se révoltent, par la voix d’un scribe montagnard suisse (ancien berger), Lion Tuteur qu’à la question classique de savoir si une coexistence loup-humain est possible, il répond sèchement : « La coexistence entre le loup et l’économie alpine est impossible. Ou nous voulons des agriculteurs-éleveurs de montagne ou le loup. Ceci est confirmé par l’écrivain suisse (ex capraia) doris Féminisme: “En Ligurie, dans les Alpes Maritimes, les éleveurs paysans ont disparu depuis l’arrivée du loup comme espèce protégée.” Tertium non daté.

Les spécialistes soutiennent que les référendums impliquant toute l’opinion publique ne sont pas réalisables, car il voterait avec émotion, tous pour “Wolf Z” dans la ZTL, tous contre en banlieue et à la campagne. Nous sommes maintenant culturellement divisés sur tout.

Pourtant c’est simple. Lorsque le loup comprend qu’il est totalement protégé, il perd sa timidité sauvage : il devient le maître, l’homme son serviteur. Nous, les humains, savons cela depuis un millénaire† En réalité, les lois de la nature indiquent une corrélation entre le nombre de cerfs sur le territoire et le nombre de loups : c’est le bon paramètre à suivre. Malheur si le “Loup” perd sa timidité devant nous humains, et acquiert l’arrogance qui est la nôtre. Nous devenons semblables, aveuglés par le bien-être ou le mal-être, par le privilège mutuel ou par la vengeance cruelle.

Post Scriptum. Au moment de mettre sous presse, le “Lupo Z.” un nouveau petit troupeau de moutons attaqué depuis les hauts pâturages : un massacre. Et il ne l’a pas fait pour les manger, mais juste pour les “goûter”. Assez dit le Volk, incité par un certain persan, Il ne correspond plus à notre mode de vie, alors “Mort à Wolf Z.!”

safran.news

Leave a Comment