Maurizio Micheli et Debora Caprioglio dans “Mon amour m’aide” chez Verdi Eventi à Brindisi

BRINDISI – Revit le couple d’or de la comédie italienne d’excellence, formé par Alberto Sordi et Monica Vitti ; Maurizio Micheli et Debora Caprioglio suivent ses traces et interprètent «Mon amour m’aide», programmé au Nouveau Théâtre Verdi de Brindisi le jeudi 2 décembre avec un rideau à 20h30. Librement inspiré du scénario de Rodolfo Sonego sur lequel était basé le célèbre film de 1969, “Amore mio help me” est la comédie italienne classique des années 1960 qui vit dans le contraste et l’équilibre entre le grotesque et le réel, ou du moins le cas potentiellement tel .

Les billets sont disponibles en ligne sur la page Vivaticket urly.it/3ghsm et à la billetterie du Théâtre, ouverte au public du lundi au vendredi, de 11h à 13h et de 16h30 à 18h30. Le jour du spectacle de 11h à 13h et à partir de 19h Accès uniquement avec Green Pass.

Giovanni et Raffaella forment un couple proche marié depuis dix ans ; Cependant, la relation se heurte à une crise lorsque Raffaella tombe amoureuse de Valerio Mantovani, un charmant quadragénaire connu pour les concerts de musique de chambre auxquels la femme assiste chaque semaine avec sa mère. Raffaella tombe donc amoureuse d’un autre homme, mais, faisant confiance à la compréhension de son mari, qui a toujours été fier d’être moderne, ouvert et rationnel, demande son aide pour clarifier les sentiments et décider de la relation avec Valerio – qui est aussi dans l’obscurité des sentiments de la femme – ou en restant aux côtés de l’homme qu’elle pense encore aimer.

Giovanni, fou amoureux de sa femme mais déterminé à rester fidèle à ses principes, se croit compréhensif, mais fait tout pour empêcher sa femme de tomber dans les bras du nouveau venu. Entre distances constantes et rapprochements, l’homme et la femme suivront un chemin qui les conduira à la rupture définitive et irréparable.

«C’est une histoire étrange – a écrit le réalisateur Renato Giordano dans les notes – cela ressemble à un pamphlet sur le changement d’habitudes et de valeurs d’une Italie fatiguée de la vieille hypocrisie et avide de nouvelles sensations, de préférence fortes. Giovanni, notre protagoniste, parle de son inconfort face au changement soudain et quelque peu incompréhensible des relations et des sentiments humains, basé sur la persistance, pas toujours correcte, de la vérité à tout prix. Il est ainsi confronté aux difficultés et à l’hypocrisie d’un couple qui veut s’ouvrir, se moderniser, entrer dans le temps de sa vie sans avoir la culture et le détachement nécessaires pour cela. Une histoire toujours présente comme l’amour, un amour qui inexorablement évolue, change, change sans égard pour rien ni personne, un amour qui traverse tout et tout le monde, toujours à la recherche d’une passion ennemie des habitudes. Le spectateur est conduit par la main dans un conte de fées apparent qui dépeint vraiment la vie quotidienne ».

Le coup de cœur de Raffaella brise l’équilibre d’une relation aplatie par l’habitude et libère cette vérité que le couple cachait au fond de la boîte de Pandore. Soudain le choc, le coup de fouet sur un mariage où l’apparence demeure et qui brise le masque de l’homme moderne et composé. Micheli et Caprioglio sont chargés de faire revivre l’amère parabole du conflit entre le désir rationnel d’abandonner la vieille hypocrisie et les sentiments sans raison. Une réflexion omniprésente sur les limites du couple ouvert. «La comédie raconte une prétendue trahison – a déclaré Maurizio Micheli – qui, en fait, ne se réalise pas. C’est l’effondrement du château que le couple avait construit jusqu’alors. Le personnage principal, trahissant son ouverture d’esprit ostentatoire, se comporte comme un adulte. Nous savons ce qui se passe parfois ces jours-ci lorsqu’un couple se sépare et que des actes imprudents s’ensuivent. Ce sont des situations qui peuvent arriver et dont il faut s’en sortir le mieux possible, dans le respect, aussi en recherchant l’aide et l’assistance du partenaire ».

Leave a Comment