Pape François : Questions et réponses pour les enfants du “Train des enfants”

Chaque pays a ses propres richesses et particularités Bébé

Pape François, je suis Mattia Mordente, je veux vous poser une question. Je sais que vous avez visité de nombreux pays à l’étranger, en particulier des pays pauvres, pour parler avec les chefs d’État et aussi pour prier pour ces pays, pour les améliorer. Mais quel pays que vous avez visité pensez-vous qu’il s’est le plus amélioré grâce à vous ?

le pape François

Je vais vous dire une chose : chaque pays a sa propre bizarrerie, et je me demande quelle est la bizarrerie la plus riche d’un pays. Et savez-vous quelle est la plus riche idiosyncrasie d’un pays ? Des gens. Les gens sont toujours des gens, ils sont les mêmes à un moment donné, mais chaque personne est différente, différente, a sa propre richesse, et ce qui m’impressionne, c’est de voir à quel point les différents peuples sont riches d’une richesse particulière pour ce pays. Ici de vous aussi : chacun de vous a sa propre richesse, la richesse de son âme. Parce que le cœur de chacun de nous, l’âme de chacun de nous n’est pas la même que l’autre, non ! Il n’y a pas de cœurs comme d’âmes, chacun de nous a sa propre richesse. Et cela vaut aussi pour les pays. Dans les pays que je visite, j’ai toujours vu des richesses particulières : celle-ci d’une manière, celle-ci d’une autre… C’est la beauté de la création. Et nous devons le voir en chacun de nous. Si nous apprenons à voir les gens avec le cœur, à voir avec le cœur, à ressentir avec le cœur, à penser avec le cœur, nous découvrirons que cette richesse de chaque personne, qui diffère les unes des autres, est toujours belle et différente.

Qu’est-ce que ça fait d’être le Pape ?

Bébé

Je suis Edgar Murario, enfant et frère jumeau d’un enfant qui est aussi ici. Je n’ai pas grand-chose à vous dire, mais juste une question : qu’est-ce que ça fait d’être pape ?

le pape François

L’important, dans n’importe quel travail que la vie vous place, c’est que vous ne cessez pas d’être vous-même, avec votre propre personnalité. Si une personne, pour entrer dans un lieu, ou si la vie l’a placé dans ce lieu, change de personnalité, c’est une personne artificielle, et en cela elle se perd. Il faut toujours ressentir les choses comme elles viennent, avec authenticité : jamais, jamais déguiser les sentiments. Alors, comment est-ce que je me sens en tant que pape ? En tant que personne, comme chacun de vous dans votre métier, dans votre travail. Parce que je suis aussi une personne comme toi, et quand j’exerce ce métier, je dois essayer de le faire de la manière la plus humble et selon ma personnalité, sans essayer de faire des choses qui sont étrangères à qui je suis. Par exemple, je vous demande : « comment te sens-tu, ou ton frère jumeau, comment te sens-tu ? – “Je me sens comme ça”. C’est important pour ne pas le perdre. Même si une personne grandit et se retrouve avec cette charge, avec ce travail ou cela, n’oubliez pas que vous êtes cette personne, et ne perdez pas ce sentiment.

Pour répondre à votre question, comment est-ce que je ressens ce bureau, ce service en tant que pape ? J’essaie d’être moi-même, de ne pas prendre de positions artificielles. Je ne sais pas si c’est pour toi.

Quelles sont les responsabilités du Pape ?

Fille

Bonjour, Saint-Père. Je m’appelle Nicole Malizia et j’ai une question pour vous. J’aimerais savoir : Quelles responsabilités pensez-vous avoir d’être pape ou du moins la personne la plus importante au monde ?

le pape François

Ce sens des responsabilités est quelque chose que nous devons tous ressentir, chacun d’entre nous. Chacun de nous a sa propre personnalité et aussi sa propre responsabilité. Vous, maintenant, vous étudiez, vous avez votre responsabilité d’étudier, en tant qu’étudiant ; vous avez également la responsabilité d’apporter certaines choses à la famille. Si nous pensons que chacun de nous a sa propre responsabilité, nous pensons que notre vie n’est pas pour nous-mêmes, mais pour les autres et aussi pour le service des autres, pour être proche des autres. J’en viens maintenant à votre question : comment est-ce que je me sens ? C’est vrai que c’est parfois une responsabilité un peu lourde parce que ça fait peur. Mais j’essaie de le ressentir de la manière la plus naturelle, car si le Seigneur me l’a demandé, c’est qu’il me donnera la force de ne pas me tromper, de m’assurer que je ne me trompe pas. Je ressens ma responsabilité comme un service, tout comme vous ressentirez la vôtre comme un service aux autres, à votre famille, et quand vous vous mariez, à votre famille, à tout le monde. Service : la responsabilité de servir les autres, d’aider les autres ; ne pas être au-dessus des autres, comme celui qui commande, non, non. Comme l’un des autres qui, s’il a le pouvoir de commander, le fait comme n’importe lequel d’entre nous.

Est-ce difficile d’être pape ?

Fille

Bonjour. Je m’appelle Caterina Lastorza. Je voulais vous demander : mais est-ce fatiguant d’être Pape ?

le pape François

Dans la vie, il y a toujours des moments de fatigue. Chaque travail, chaque travail que nous entreprenons, demande toujours une partie de l’effort. C’est dur d’étudier, par exemple, c’est dur de faire tel office, tel autre, tel autre, tel service… Et le Pape a aussi ses propres efforts, n’est-ce pas ? La manière de supporter les épreuves doit être une voie normale, comme tout être humain : chacun de nous amène ses propres épreuves ; et résoudre le travail de manière humaine, de manière normale. Mais si vous me demandez, est-ce trop fatigant que le travail d’un père et d’une mère ? Neuvième. Dieu donne à chacun de nous le pouvoir de faire ses propres efforts, et ce n’est plus une chose. Mais cela doit être fait avec honnêteté, sincérité et travail, car père et mère continuent le travail de père et mère.

Être en contact avec le Créateur de la terre et pouvoir aider ceux qui en ont besoin

Bébé

Bonjour, je m’appelle David Murario et je n’ai qu’une chose à vous demander : qu’est-ce que cela fait d’être en contact aussi étroit avec le Créateur de la terre, c’est-à-dire Dieu ?

le pape François

C’est une belle chose que vous demandez, vous savez, parce que dans la vie il y a un danger d’oublier Dieu et de n’avoir aucun contact. “Non, mais je vais le faire moi-même et faire des choses…”. Eh, cette route est dangereuse ! Nous devons toujours nous souvenir, une ou deux fois par jour, que le Seigneur est avec nous, que le Seigneur est avec nous, que le Seigneur veille sur nous. Et se sentir protégé par le Seigneur est important pour continuer à faire son travail avec sincérité et force. Le Seigneur te regarde aussi, te regarde et regarde ton petit frère. Le Seigneur est proche de chacun de nous et nous regarde, et avec ce sens du Seigneur proche, nous pouvons avancer. Mais le mal, c’est quand on ne veut pas se sentir proche du Seigneur, et notre préférence est de ressentir ceci, cela, si proche, mais de nous éloigner du Seigneur. Non. Le secret est de sentir le Seigneur proche. Et cela vous accompagnera pour le reste de votre vie.

Bébé

D’accord merci. Et je voulais te demander autre chose. Quand tu vois des enfants avec des problèmes, une déficience intellectuelle, comment te sens-tu ? Va-t-il les aider et leur donner des conseils, ou va-t-il suivre son chemin ?

le pape François

Lorsque nous regardons une personne, nous ne devrions jamais nous sentir supérieurs à cette personne. Par exemple, si je vous regarde et que je réfléchis aux conseils à vous donner, ce n’est pas bon. Je dois d’abord vous écouter, d’abord vous écouter et ensuite dire ce qui vient du cœur. Je t’ai regardé à côté de ton petit frère, ta sœur jumelle ; Je t’ai regardé et je t’ai vu déménager et il m’est venu à l’esprit : “Cet homme est bon. Quel conseil dois-je donner à un bon gars ? Sois humble et remercie Dieu qui t’a donné cette force et cette compétence”. Et si je regarde aux enfants, comme tu dis, qui ont des limitations, des handicaps, alors je pense que le seigneur leur a donné d’autres choses, d’autres belles choses une des choses que j’avoue me touche le cœur quand je suis avec des aveugles je suis, souvent, souvent ils me disent: “Puis-je te regarder?” Au début, je n’ai pas compris, mais ensuite j’ai dit: “Oui”, et ils ont touché mon visage avec leurs mains et m’ont regardé là-bas? Créativité: une personne avec un handicap trouve toujours la force d’aller au-delà du handicap et c’est une créativité, une capacité créative qui est un défi pour cet enfant, pour cet enfant avec ce handicap. Et c’est à féliciter Et vous, qui n’avez pas de limites, essayez aussi être créatif : ne vous habituez pas à faire des choses, non , essayez d’être créatif, car la créativité est ce à quoi nous ressemblons à Dieu.

Le pape en Ukraine pour prier pour les enfants

Enfant ukrainien (traduction)

Je m’appelle Sachar, je viens d’Ukraine. Je n’ai pas de question mais plutôt une demande : pouvez-vous venir en Ukraine pour sauver tous les enfants qui y souffrent actuellement ?

le pape François

[saluto ucraino] Heureux que vous soyez ici. Je pense beaucoup aux enfants en Ukraine, et pour cela j’ai envoyé des cardinaux pour aider là-bas et être proche de tout le monde, des enfants. Je voudrais aller en Ukraine ; Je dois juste attendre le moment pour le faire, vous savez, parce que ce n’est pas facile de prendre une décision qui pourrait faire plus de mal que de bien au monde entier. Je dois trouver le bon moment pour le faire. La semaine prochaine, je recevrai des représentants du gouvernement de l’Ukraine, qui viendront prendre la parole, également pour parler de mon éventuelle visite là-bas. Attendons et voyons ce qui se passe.

Le pape a-t-il vraiment eu une vie heureuse ?

Bébé

Pape François, je voudrais vous demander deux choses : vous avez une passion pour le football, vous avez quatre frères ; ton père était cheminot et ta mère était femme au foyer. Je voudrais vous demander une chose ou l’autre : comment était votre vie ? Comment avez-vous vécu ? Content?

le pape François

D’accord. Tu as parlé de papa, maman : papa travaillait, maman était femme au foyer, nous sommes cinq frères. Et quand nous étions enfants, nous allions tous au stade ensemble, avec papa et maman, le dimanche pour regarder le match, parce que nous aimions beaucoup le football. J’avais l’habitude de jouer au football, mais vous savez que je n’étais pas bon et mes coéquipiers m’appelaient pata dura, c’est-à-dire jambe dure, parce que je ne pouvais pas le faire. Et c’est pour ça qu’ils m’ont demandé d’être gardien de but, parce que je n’avais pas à bouger, et en tant que gardien de but, j’étais plus ou moins performant. C’est mon rapport au sport dans la famille. Mes frères sont tous morts sauf le dernier qui est encore en vie ; Je suis la plus grande et la plus petite des natures mortes. Ce sont de bons souvenirs de famille.

La prière comme regard vers Dieu

Fille

Saint-Père, priez pour moi, pour les enfants malades.

le pape François

C’est sympa quoi… Comment t’appelles-tu, toi ?

Fille

Ludovica.

le pape François

Ce que Ludovica a dit est beau : « Priez pour moi ». C’est quelque chose que nous devrions demander les uns pour les autres, qu’ils prient pour chacun de nous. Prière. Parce que prier pour l’un de nous, c’est comme tourner le regard de Dieu sur nous. Prier, c’est attirer le regard de Dieu Lorsque vous priez, Dieu vous regarde. Et ce que tu as demandé est quelque chose de beau. Vous priez aussi pour les autres, vous savez ? Vous priez pour moi et je prierai pour vous, et cette relation de demander des prières est une relation de fraternité, d’amitié, de deux ou trois personnes qui demandent à Dieu de les regarder. Prier, c’est attirer sur nous le regard de Dieu, et c’est beau. Allez!

Leave a Comment