Sport & Inclusion | Entretien avec Arianna Roncarati, étudiante Unife lauréate du prix Bratti – Université de Ferrara

Grâce à son mémoire de maîtrise consacré au thème de la valeur sociale et de l’inclusivité dans le sport, Arianna Roncaratic a remporté le prix “Luciano Bratti”, Fondé parUniversité de Ferrare délibérément honorer le souvenir d’un personnage historique du monde sportif et social de la ville de Ferrare.

Arianna a étudié Sciences et techniques de l’activité motrice préventive et adaptée de l’Université de Ferrareet sa thèse s’intitule « La différence de genre dans le sport. Représentations, médias et stéréotypes”.

Dans le cas oùlors de la cérémonie de remise des prix, qui ce matin (10 juin 2022, éd) dans l’auditorium du rectorat de via Ariosto, nous l’avons interviewée pour nous parler de son parcours et des objectifs de sa thèse.

De gauche Alessandro Bratti (fils de Luciano et professeur Unife), Arianna Roncarati et Consuelo Mangifesta

DSC_2127.jpg

Arianna reçoit le prix des mains de Mme Fosca, épouse de Luciano Bratti

Bonjour Arianna, merci d’avoir accepté notre invitation. Commençons par vous, comment a débuté le parcours qui vous a mené au doctorat en sciences et techniques de la motricité préventive et adaptative ?

Merci pour l’invitation. Le sport me passionne depuis l’enfance : dès que j’ai eu un peu de temps, je suis allé jouer au jardin. Après le lycée, je me suis inscrit Baccalauréat en sciences du mouvementmon objectif était de devenir professeur d’EPS et plus généralement j’avais un faible pour le fonctionnement du corps humain.
Après l’obtention de mon baccalauréat, ma carrière universitaire a pris fin, j’ai décidé d’essayer d’autres avenues. Mais après quelques années, j’ai préféré revenir sur mes pas et m’inscrire en master. Dans cette deuxième phase de ma carrière universitaire, j’ai rencontré le professeur Giorgio Capello et grâce à lui le Sociologie du sport. je‘argument du’ différence entre les sexes dans le sport J’ai remarqué tout de suite. J’ai donc décidé de l’amener à la thèse de fin d’études.

Sur quels domaines votre thèse porte-t-elle et pourquoi avez-vous choisi ce domaine ?

Ma thèse porte sur une sujet très discuté de nos jours : le différences entre les sexes dans le sport.
Je suis notamment allé négocier stéréotypes et représentations différentes qui avait le? femme du passéestdécès enregistrés jusqu’à présent et la lutte pour briser les préjugés.
Ma thèse se termine par une interview d’un célèbre footballeur, Eleanor Goldonicce qui m’a beaucoup aidé à réfléchir, ce qui m’a aussi donné une idée de ce que pourrait être mon avenir.
J’ai décidé de m’attaquer à ce problème en premier lieu parce que j’aime enseigner, et je pense que l’attention portée à ces questions sociales est également d’une importance fondamentale dans les écoles. J’aimerais apprendre aux jeunes à faire tomber ces barrières immédiatement.
Aussi, étant une femme et ayant essayé différents sports par le passé, c’est un thème que je ressens beaucoup sur ma peau. Je sais que des progrès ont été réalisés et que des travaux sont en cours, mais Avec ma thèse, je voulais faire savoir à tout le monde qu’il est et est toujours très difficile pour les femmes de trouver leur chemin dans le monde du sport.

Que représente ce prix pour vous ? Et qu’est-ce que ça fait d’avoir gagné?

Gagner ce prix est un énorme jalon personnel† À voir apprécié un sujet qui me tient tant à cœur c’est une grande satisfaction car cela signifie que quelque chose bouge chez les gens. De plus, je suis content de l’avoir reçu car c’est un thème que j’ai développé ; J’avais tellement peur, j’avais peur qu’il soit critiqué et à la place il a été récompensé. Pour moi, ce prix représente une revanche pour toutes les femmes.

Quel rôle l’Université de Ferrara joue-t-elle dans votre parcours ?

Le parcours vers le master a été très satisfaisant. Avec l’enseignement à distance, j’ai aussi eu l’opportunité de mieux gérer le temps et ainsi mieux suivre les cours. Malheureusement, toujours à cause du DAD, je n’ai pas rencontré mes coéquipiers, je n’ai pu comparer avec eux que par téléphone. Mais j’ai eu la chance de travailler dans des écoles.
Le master a donné une orientation plus précise à mon parcours et m’a donné les connaissances nécessaires, notamment dans le domaine de la sociologie. Je tiens à remercier l’Université de Ferrare de m’avoir donné une excellente opportunité de croissance personnelle

Quels sont vos projets futurs?

La raison pour laquelle je me suis inscrit au master est Éducation† Je veux enseigner parce que j’aime l’environnement scolaire, j’aime être avec les enfants, je pense que c’est un environnement dynamique.
J’aimerais enseigner l’activité physique parce que c’est bien plus qu’il n’y paraît, il y a derrièreo esprit d’équipe, mouvements bien exécutés, être en groupe.
Il y a tellement de choses à faire avec le sport qui sont sous-estimées. Le sport génère beaucoup de réactions positives dans d’autres domaines de la vie. alors, vJ’aimerais apprendre aux enfants dès leur plus jeune âge que le sport appartient à tous et à tous, leur apprendre à faire tomber les barrières des différences de genre qui malheureusement, malgré les progrès, sont toujours présentes dans le monde du sport.
Pour l’avenir, je ne veux pas exclure la zone de rééducationqui sait qu’un jour cela n’aidera pas les gens à aller mieux.
Enfin, la thèse que j’ai développée m’a aussi fait réfléchir et prendre en compte l’aaspects sociaux du sportc’est aussi un domaine que j’aimerais approfondir à l’avenir.

Que diriez-vous aux jeunes qui souhaitent suivre la même formation que vous ?

J’aimerais dire aux filles et aux garçons que pour bien faire les choses, il faut se consacrer à quelque chose que l’on aime, s’il y en a un la passion alors vous pouvez tout faire. Vous pouvez également partir de zéro, mais si vous avez de la passion et de l’intérêt pour ce que vous faites, vous pouvez atteindre vos objectifs. Le sport est fondamental et doit être bien fait, notre travail d’enseignants est très important et bien plus qu’il n’y paraît. Je dirais de prendre ce chemin avec responsabilité et passion parce qu’à leur manière, ils peuvent faire la différence.

Y a-t-il quelque chose que vous voudriez nous ajouter ?

Je voudrais dire que dans un master en sciences de la motricité, dans une voie liée au sport, où tout tourne autour de la partie sportive et de rééducation, il faut aussi attacher la plus grande importance à Sociologie† J’étais un peu hésitant quand j’ai terminé ma thèse, parce que c’était un sujet parmi tant d’autres et qu’on lui accordait moins de poids.
Quand j’ai affronté mes coéquipiers, je suis resté bloqué car ils ont critiqué mon choix. Puis j’ai décidé de suivre ma propre voie et les retours ont été très positifs.

Enfin, avec cette thèse, j’ai confiance en un avenir qui ne soit pas basé sur les différences de genre. J’espère un avenir qui ne choisit pas les différences mais qui, au contraire, rassemble les gens autour de ce qui les relie le plus, en l’occurrence le sport, car le sport embrasse tous les individus pour ce qu’ils sont

Interviewé par Genève Crivettostagiaire de la filière Sciences et Techniques de la Communication.

Si vous avez aimé cette nouvelle, s’abonner à Nouvelles de l’Unife et recevez le Bulletin de l’Unife, avec du nouveau contenu et des mises à jour.

Leave a Comment