Braquage au Dock, le mystère du troisième homme de l’immeuble : déjà connu des policiers dans leur viseur | isNews

Isernia / Sous l’objectif de la police, les possibles relations des deux détenus avec un habitant de l’immeuble choisi pour l’évasion


de Pasquale Bartolomeo

ISERNIE. Le troisième homme pourrait être la clé† Le lien entre les voleurs venus de Campanie et le supermarché Dok à Isernia, attaqué par des criminels avec une arme à la main. Un homme sans lien avec le vol a marqué vendredi matin, mais peut avoir un lien avec qui a porté le coup. Un mystère à révéler, mais pas le seul, entourant une histoire qui a encore de nombreux côtés sombres.

LES VIDÉOS. Ils seront les images de vidéosurveillance au supermarché pour laisser briller votre lumière. La police d’Isernia a obtenu les images immédiatement après son intervention sur place, afin d’essayer de reconstituer au mieux la dynamique des faits.

L’ATTAQUE ARMÉE† Que s’est-il réellement passé le 10 juin ? Deux ou trois voleurs (c’est le premier nœud à dénouer) ils arrivent vers 7h30, passent par l’entrée principale et surprennent le gérant, détourné par derrière, pointer une arme sur lui et le forcer à livrer l’argent restant dans le magasin

LES coffres-forts. Les criminels (un visage couvertselon les témoignages recueillis) n’aurait pas tenu compte du fait que pour des raisons de sécurité l’homme n’est en possession que d’une clé liée à trois coffres-forts contenant l’argent qui devait être déposé à la caisse pour rendre la monnaie aux clients† Les deux autres clés, pour les coffres-forts respectifs, sont remises à deux autres employés occupant des postes de responsabilité dans le supermarché. Il est donc impossible de mettre la main sur tout l’argent avec le seul malheureux réalisateur, mains et pieds liés (mais pas bâillonné, d’après ce qu’a appris isNews) et laissé dans le stand de droite, à l’entrée du magasin.

Selon d’autres témoignages recueillis par notre journal immédiatement après le braquage, les bandits auraient cJ’ai empêché les employés présents de se retourner et de regarder les rayonspour ne pas interférer dans leurs actions, puis s’enfuir avec le maigre butin d’environ 300 eurosou

Une fois sorti du supermarché, on entre dans le champ des hypothèses à tester, qui portent sur : évasion dans le bâtiment en face du Dok

L’ÉVASION DANS L’IMMEUBLE. Voici beaucoup de questions : Les voleurs sont-ils juste entrés parce que la porte était ouverte ? Y avait-il quelqu’un qui les attendait ? A-t-elle réussi à s’ouvrir avec une ruse ? Et pourquoi choisir un abri à quelques mètres de la ‘scène du crime’puisque quelqu’un aurait pu facilement les voir, dans l’excitation du moment ? Le fait est que lorsque l’alarme est donnée – vraisemblablement par un employé présent, dont deux cherchent à libérer le directeur de ses liens – le la police arrive en quelques minutes et encercle immédiatement le bâtimentsur la photo

ÉCHANGE DE PERSONNE† Une première voiture du Flying Squad remarque immédiatement quelque chose ou quelqu’un. Apparemment il y a toiun noir dans le grenier qui correspond à la première description de l’un des suspects. Les agents entrent par effraction, sécurisent les familles et ils arrêtent un garçon noir, un migrant, vivant dans l’immeuble et en Italie depuis cinq ans. Il sera découvert peu de temps après que jeLe jeune homme est totalement étranger aux faits† Echange personnel ? On ne sait,

Les deux autres arrêtés – un de la province de Naples et un Afro-américain, également de Campanie – viendront plus tard arrêté pour vol et enlèvement et emprisonnéd’abord à Isernia puis, dans l’attente de l’audience de validation, transféré à la prison de Velletri.

LE TROISIÈME HOMME. Une première reconstruction, non confirmée officiellement par les chercheurs, ferait état de un troisième complice introuvable† Était-ce parce qu’il avait fui sans laisser de trace ? Ou, alternativement, pourquoi? il a quitté ses ‘copains’ en s’échappant d’une fenêtre donnant sur le parking latéral de l’immeubleoù avait-il garé la voiture, prêt à s’enfuir, une fois l’eau calmée ? Des hypothèses, répétons-le, toutes à tester. Mais si c’était le cas, il y aurait un troisième voleur en liberté.

Certes, comme l’a appris News, la police est également au travail relations possibles entre les voleurs et une autre personne vivant dans l’immeuble où ils s’étaient réfugiés† C’est un homme déjà connu de la policeil a peut-être eu les liens du savoir avec les deux arrêtés. Il a peut-être été le frapper la base ou même dans ce cas ça n’a rien à voir avec le Dock ?

Les réponses ne peuvent être données que par procuration, après que le juge a statué pour l’enquête préliminaire sur la validation des interpellations. Pour l’instant, la bouche de tout le monde est cousue.

Leave a Comment