Mani cantanti : le projet d’écoles étudié par l’université

MARINA DI GROSSETO – Le lundi 6 juin, avec un concert dans le jardin de l’école primaire “Carlo Collodi” à Marina di Grosseto, le projet “Mani cantanti”, qui Anna Del Vacchiocréateur de cette méthode de chant en langue des signes, collaborent avec le vaste Institut “Orsini” de Castiglione della Pescaia et l’Université de la Vallée d’Aoste, qui a lancé un projet de recherche pour valider scientifiquement les preuves empiriques trouvées ces dernières années. .

Le projet de recherche, qui a déjà commencé au cours de l’année scolaire 2019/2020 à l’école primaire de Marina di Grosseto, a été interrompu par le premier confinement et cette année, il a finalement pu reprendre ses activités.

La langue des signes a suscité une énorme curiosité parmi les enfants de l’école de Marina, et ceux qui l’avaient déjà essayée il y a deux ans étaient ravis de recommencer.

Mani cantanti est un chœur qui améliore son expressivité en traduisant simultanément les paroles des chansons qu’il chante, même en langue des signes. Par conséquent, un double canal de communication est utilisé, le vocal et le geste. L’expérience a également été menée auprès de tous les enfants entendants.

“Ces dernières années, l’application scolaire de Mani cantanti avait déjà vu une accélération de l’apprentissage de l’italien pour les élèves non italophones et une capacité inclusive importante pour tous les élèves ayant des besoins éducatifs particuliers – explique Anna Del Vacchio -. L’activité est très engageant pour les enfants et la pratique leur permet de développer la coordination manuelle ainsi que la capacité de créer de la musique d’ensemble, ce qui contribue à développer la capacité d’attention ».

“Lors de l’événement de la chorale Mani cantanti à Marina, en plus des familles des étudiants, il y avait aussi un public sourd, ainsi que le président de l’Organisation nationale des sourds de Grosseto, Albérina Rubegni† Les sourds apprécient particulièrement l’utilisation de la langue des signes en combinaison avec la musique et voir des enfants entendants “marquer” est très excitant pour eux, surtout sur le plan émotionnel”.

“Ainsi, ces enfants vivent un modèle inclusif qui n’est pas basé sur le “besoin” de communiquer avec les sourds, mais sur un besoin primaire de chaque enfant de communiquer aussi physiquement par des gestes qui, dans le cas de la langue des personnages est bien codifié et structuré ».

Gianni Nuticprofesseur agrégé de didactique générale et pédagogie spéciale du Département des sciences humaines et sociales de l’Université du Val d’Aoste, coordonnant le projet de recherche sur Mani cantanti, à l’occasion de l’événement de clôture à la fin de l’année, a envoyé une vidéo message de remerciement au directeur de l’Institut “Orsino Orsini” de Castiglione della Pescaia, Angelo Salvatore Costarella, à Anna Del Vacchio, chef de chœur, à tous les enseignants et élèves, ainsi qu’à leurs familles, pour le chemin de l’approche de la musique, du langage corporel et du langage des signes, car dans Mani cantanti “il y a la pensée et la physicalité vivante organisées dans l’espace et le temps à travers lesquels les gens peuvent s’exprimer ». Ici, selon Nuti, “n’importe qui, quelle que soit sa vulnérabilité, peut utiliser le langage du corps et en effet l’utilisation de ce langage qui est plus direct parce que le corps est le protagoniste peut obtenir de bien meilleurs résultats communicatifs qu’avec la seule utilisation de le mot “.

Nuti a souligné que “c’est exactement ce que l’école de Marina a démontré cette année scolaire et espère donc que cette collaboration sera de plus en plus renforcée et structurée afin de trouver des preuves scientifiques démontrant toute la valeur de cette méthodologie”.

Selon le professeur, “nous sommes déjà sur la bonne voie et la contribution de l’école de la Marina est désormais celle des pionniers qui se rendent pour la première fois dans une terre inexplorée, ce dont ils peuvent être fiers”.

“Bien que cette année, le projet Mani Cantanti n’ait pu démarrer que dans la dernière fraction de l’année scolaire, il a déjà fait ses preuves en tant qu’outil d’identification de la vulnérabilité, en particulier de type motricité fine et coordination oculaire-manuelle et a certainement contribué à améliorer les capacités d’attention et de concentration et la maîtrise des gestes conscients de chaque élève.
Il sera donc intéressant dans les années à venir de vérifier les bénéfices communicatifs, coordonnants et attentifs qui peuvent être enregistrés en poursuivant l’activité chorale de Mani cantanti », conclut Del Vacchio.

Leave a Comment