Marques en transition, 400 millions de plus de Bruxelles. La nouvelle programmation allonge le plafond par rapport aux 7 années précédentes

ANCONE – La relégation du groupe des régions les plus développées vers les régions en transition vaut environ 400 millions d’euros de plus pour les Marches dans la prochaine programmation des fonds européens. Un programme qui aurait dû démarrer dès 2021 – pour couvrir la fenêtre temporelle jusqu’en 2027 – mais les retards se sont multipliés, repoussant l’échéance de deux ans. Fin avril, la Région a envoyé ses Plans Opérationnels à Bruxelles pour l’étude finale, qui traduit les moyens prévus en actions concrètes.

Etape suivie par la signature de l’accord de coopération, mais cette étape n’est pas encore franchie. C’est plus d’1 milliard d’euros, uniquement entre les fonds FEDER et FSE+, auxquels s’ajoutent ceux du Plan de développement rural (POP) et ceux du secteur de la pêche (Feamp). En attendant que la nouvelle programmation voie enfin le jour – les prévisions parlent de l’automne prochain comme date de début – une évaluation est en cours de la précédente, achevée en 2020 mais avec trois années supplémentaires pour achever la certification des paiements.

Le rapport au Conseil
Au cours des prochaines semaines, le conseil présentera à l’Assemblée législative, lors de la séance communautaire du conseil régional, le rapport de 70 pages qui fait état de ce qui a été fait avec les fonds substantiels garantis au cours des sept dernières années. Entre le Fesr (Fonds européen de développement régional) et le FSE (Fonds social européen), le plafond total était de 625 millions d’euros, un chiffre qui a augmenté de 66 % sur la période de sept ans 2021/2027, en partie en raison de la reconnaissance d’une région statut en transition vers les Marches en raison de la détérioration de la situation socio-économique. Détailler les différentes lignes de financement européennes, entre 2014 et 2020 – une période qui coïncide presque entièrement avec la gestion de l’exécutif Ceriscioli -, pour une dotation totale FEDER égale à 585 383 288 euros, soit 561,9 millions d’euros pour les fonds capitalisés , dont 262,1 millions pour les fonds décaissés et 223,6 millions pour les paiements certifiables. On parle donc d’un niveau de dépenses engagées égal à 90% du budget total, ce qui a garanti le financement de 3060 projets.

investissements
Cela inclut également les investissements territoriaux intégrés qui “ont soutenu des actions intégrées dans les zones urbaines, les zones de crise et les zones internes sélectionnées – lit le rapport qui sera discuté dans la salle de classe du Conseil régional dans les semaines à venir – avec un financement lié à différents objectifs thématiques , donc avec différents axes prioritaires des programmes opérationnels régionaux du FEDER et du FSE, également pour maximiser l’impact et les répercussions sur le territoire ». Et pour procéder à l’analyse du fonds FSE, dans ce cas également, les objectifs de l’Union européenne ont été largement atteints. Sur les 287 979 618 euros de dotation totale, 247 355 550 euros sont des fonds engagés, 175 276 656 euros sont des versements aux bénéficiaires et 138 millions d’euros sont des fonds dépensés. “Les efforts déployés pour assurer le bon déroulement du programme – poursuit le document – ont également permis de certifier une dépense de 138 millions d’euros à la Commission européenne au 31 décembre 2021, dépassant ainsi le seuil fixé par la réglementation a été adopté “,

Agriculture et pêche
En ce qui concerne le PDR, la dotation financière totale s’élevait à 537,96 millions d’euros. Par la suite, après le tremblement de terre, les Marches ont reçu des ressources supplémentaires grâce à la contribution de solidarité des autres régions, portant le montant à 697 212 430 euros. De plus, compte tenu des retards dans le démarrage de la nouvelle programmation, 185 390 893 euros supplémentaires ont été alloués à notre région pour la période de transition 2021-2022. Sur le plafond total, 645 millions d’euros ont été engagés en faveur des bénéficiaires – contre 44 585 demandes de financement acceptées – et 311 millions d’euros ont été versés en contributions. Enfin, 6,5 millions d’euros sont allés aux agriculteurs touchés par la crise provoquée par le Covid. La liste est clôturée par la Feamp, qui finance le plan de pêche. Le budget total était de 31 583 536 €, avec un objectif de dépenses de 15 1446 609 € au 31 décembre 2021. De Marche a fait encore mieux en dépensant 16 116 646 €.


© REPRODUCTION RÉSERVÉE

Leave a Comment