faim. Traiter les troubles de l’alimentation avec la mentalisation

LA troubles alimentaires représentent l’une des pathologies les plus complexes dans le domaine des troubles mentaux. Plusieurs chercheurs ont identifié des problèmes d’autorégulation dans ces types de troubles, qui se manifestent chez les patients par un manque d’identification et de description de leurs émotions ; diminution de la capacité à mentaliser les expériences émotionnelles des autres ; problèmes d’attention et manque de fonctions exécutives

Publicité En faisant le pont entre les traditions psychodynamique, cognitivo-comportementale et systémique et narrative, l’orientation mentalisante aide le clinicien à concevoir un protocole d’intervention qui permet d’identifier les multiples facteurs sous-jacents à la Trouble de l’alimentationoffrir un traitement centré sur la personne et basé sur la relation thérapeutique, afin de pouvoir entrer en contact avec le patient apparemment inaccessible et difficile.

Le livre présenté peut être défini comme un manuel car il illustre un modèle de traitement des troubles alimentaires, à partir d’une introduction théorique et historique. Cependant, il ne contient pas de descriptions détaillées des techniques et des stratégies, séance par séance, car l’objectif principal de ce traitement est de créer une relation thérapeutique stable et sûre ; entrera donc dans les détails, “l’art de la rencontre“, Pourquoi “seul un patient qui se sent en sécurité trouve le courage de changer(Page 29).

Les auteurs commencent par définir les troubles alimentaires comme “altération grave de la capacité de mentaliser ses propres expériences émotionnelles et celles des autres(page 8) Qu’entend-on par mentalisation ? C’est une forme de connaissance émotionnelle et consiste en la capacité normale d’attribuer des intentions et des significations au comportement humain et de réfléchir sur son propre esprit et celui des autres. au lieu d’agir de manière impulsive, poussé par émotions fortes, nous pouvons utiliser l’esprit pour évaluer la situation et développer des modes de comportement plus adaptatifs et constructifs. Une capacité adéquate à mentaliser est donc le fondement de la flexibilité mentale, de l’autorégulation et de la construction de relations significatives.

Selon les auteurs de cet article, le noyau psychopathologique des troubles alimentaires consiste en un “mauvaise image de soi(page 19) ; ce sont des patients qui ne sont pas conscients de leurs propres expériences intérieures et qui ne peuvent pas se fier à leurs pensées, leurs sentiments et leurs sensations corporelles, ce qui leur fait vivre une énorme angoisse intérieure. Chez ce type de patients, il existe différents aspects du fonctionnement mental qui présentent des anomalies, en particulier des difficultés à exprimer et à reconnaître les émotions, des troubles de mentalisation et des troubles de la pensée, qui peuvent nuire à la capacité de résoudre des problèmes, à gérer les relations interpersonnelles et à suivre une thérapie. Dans le langage de la mentalisation, ces troubles peuvent donc être résulterait de déficits d’autorégulation et de régulation affective.

Le volume décrit traitement de mentalisation appliqué aux troubles du comportement alimentaire (Mentalization Based Therapy for Eating Disorders ; MBT-ED), qui met l’accent sur la rencontre thérapeutique et crée les conditions pour que le patient se sente suffisamment en sécurité ; dans ce modèle, la thérapie est donc un lien d’attachement, et le but est d’aider le patient à se sentir moins seul et de le guider dans la co-construction de nouvelles histoires sur lui-même et sur les autres. Il ressort clairement de ce qui a été écrit que le modèle de mentalisation a certainement ses racines dans la tradition psychodynamique, mais qu’il se concentre également sur les processus cognitifs et émotionnels, faisant ainsi le pont entre les traditions psychanalytique et cognitive.

L’établissement d’une alliance thérapeutique satisfaisante est un défi majeur pour travailler avec ces patients, dont beaucoup arrêtent le traitement ou ont une motivation thérapeutique très instable. Malgré l’attention de nombreux traitements pour moi troubles alimentaires focalisées sur cette question, les études montrent encore un taux d’abandon élevé ; Le traitement de mentalisation se concentre donc sur la création d’une alliance thérapeutique saine et accorde donc une grande attention aux compétences que le thérapeute doit développer. Mais quelles sont les aptitudes et compétences du thérapeute MBT ? Elles consistent d’abord en la capacité d’adopter une attitude interrogative et une attitude de « non-savoir », qui traduisent un intérêt réel et réel pour le patient, puis en la capacité d’agir de manière directe, authentique et transparente et enfin dans la capacité de guider le patient dans la mentalisation et de l’aider à explorer ses états mentaux. Non moins importante est la capacité à construire une relation basée sur le soutien et l’empathie et à adopter une attitude positive et encourageante qui encourage le patient à changer. La capacité d’élucider, d’explorer et de réfuter les états émotionnels internes est également fondamentale pour aider le patient à reconnaître, accepter et modifier les expériences et les pensées qui y sont associées.

La deuxième partie du volume décrit la structure du traitement MBT-ED, qui a été conçu avec l’intention explicite de stimuler la mentalisation d’une part et de soulager les symptômes nutritionnels d’autre part (thérapie “double voie“, P. 134). Un traitement à long terme doit être envisagé, avec une combinaison de travail de groupe psychoéducatif, de thérapie individuelle, de thérapie de groupe, d’utilisation active de formulations de cas écrits, de plans de crise et de budgets périodiques.

Publicité Le travail de groupe psychoéducatif est le premier travail de “préparation au traitement”. L’objectif de cette phase est de préparer les patients et d’augmenter leur motivation. Au cours de ces séances, les enjeux inhérents au concept de mentalisation et de trouble du comportement alimentaire sont explorés. La thérapie de groupe, considérée comme la partie la plus complexe du traitement pour de nombreux patients, est un cadre essentiel dans lequel pratiquer la mentalisation. Les thérapeutes ont pour rôle de promouvoir activement les interactions, de surveiller les activations et les modalités non fonctionnelles, et de toujours encourager les patients à “garder à l’esprit les pensées de l’autre personne” (page 202). Un rôle important est certainement réservé à la thérapie individuelle, un espace dans lequel le patient peut évoquer, discuter et réélaborer les problèmes qui se posent dans les groupes. La formulation du cas est une histoire qui aide à créer une cohérence à l’histoire de la maladie, reliant le présent au futur, tandis que le plan d’action/de crise est un document suggérant comment gérer les fortes activations physiques et émotionnelles, tous deux sont des outils qui favorisent le travail pluridisciplinaire et contribuent à la clarification de la objectifs du traitement et de la trajectoire de soins, établis en collaboration avec le patient.

Le travail avec les familles est également fondamental, car il est probable que les patients aient appris des manières non mentales au sein de l’unité familiale, et représente donc le contexte idéal pour les promouvoir. La thérapie familiale basée sur la mentalisation (MBT-F) utilise des pratiques issues de diverses traditions systémiques et des pratiques plus purement psychodynamiques. Le but du traitement est de transformer les cercles vicieux en cercles constructifs pour les interactions familiales, favorisant la mentalisation parentale, aussi beaucoup de travail de couple (c’est donc une thérapie combinée).

Comme cela a été dit à maintes reprises, les travaux dans le domaine de troubles alimentaires met à rude épreuve la capacité d’auto-métallisation du thérapeute, qui peut interagir avec des émotions intenses (peur, colère, frustration, impuissance), une surveillance constante est donc fondamentale. La qualité du traitement dépend non seulement de la capacité du thérapeute à appliquer le MBT dans les séances, mais aussi de l’efficacité du travail d’équipe entre les différents membres de l’équipe impliqués. La fonction essentielle de la supervision est d’encourager les thérapeutes et l’équipe à réfléchir sur les patients, la pratique clinique et le travail d’équipe.

Après avoir exposé le contenu du manuel, je voudrais conclure cet article avec quelques considérations. Selon le modèle d’intervention décrit dans ce livre, il est certainement important de prêter attention au niveau symptomatique aux mécanismes qui Trouble de l’alimentationmais il est tout aussi important que la personne apprenne à “pour mieux se connaître, s’expérimenter et monter en compétences(Page 275). En fait, le domaine de la sociabilité est terriblement touché chez la plupart des personnes qui souffrent de ces problèmes, on peut donc assister à des situations graves d’isolement et de solitude. Ces situations peuvent persister même après la rémission du trouble. Il est donc essentiel d’intervenir sur cet aspect des compétences et des savoir-être.Les auteurs du livre soutiennent que la mentalisation est au cœur de toute intervention psychologique ; troubles de l’alimentation, soulignant comment le traitement de ces affections potentiellement mortelles est entravé par un certain nombre de facteurs, tels que la peur des critiques dans les systèmes de santé ou les préoccupations concernant la sécurité des patients. De telles influences ont conduit les praticiens à restreindre leur perspective, se concentrant uniquement sur la sphère somatique, et concentrant les interventions sur le corps et le poids. Au lieu de cela, l’objectif des auteurs est de former des professionnels à une double approche, qui considère non seulement les conséquences physiques des troubles alimentaires, mais aussi les processus psychologiques et les états émotionnels qui leur sont associés. Les auteurs précisent que «le modèle de mentalisation peut pleinement répondre à ce besoin car il est essentiellement non cartésien et reconnaît l’intégration entre le corps et l’esprit(Page 257).

Recommandé par les éditeurs

Bibliographie

  • Robinson, P., Skårderud, F. et Sommerfeldt, B. (2022). Faim – traiter les troubles de l’alimentation avec la mentalisation. Editeur Astrolabio.
État d’esprit © 2011-2022 Tous droits réservés.

Images (de haut en bas) de :

Leave a Comment