La leçon de Marco Franzoso et ses conseils pour la première épreuve de maturité 2022

La leçon

Un thriller du côté des femmes: c’est ainsi qu’il est défini La leçonle dernier livre que Marco Franzoso a écrit pour Mondadori, un roman passionnant et troublant dans lequel les rôles de la victime et du bourreau sont renversés et le personnage principal Elizabeth, en déversant toute sa colère, cesse enfin d’être une proie† Nous avons posé quelques questions à Marco Franzoso sur le roman et demandé des conseils pour les examens finaux. C’est ce qu’il nous a dit.

1 questions :ma renaissance signifiait la destruction de cet homme et de sa vulgaire cruauté. Effacer ce que j’étais avant et recommencerQui est la vraie Elizabeth : la fille qui existait avant que Walder ne soit capturé ou la femme qu’elle est devenue avec l’incarcération de l’homme ?

Françoisso :Je pense que ce sont deux moments de la même personnalité. Walder représente en quelque sorte le mal avec lequel nous partageons la vie quotidienne. Il est toujours là, seulement parfois nous ne pouvons pas le voir, ou nous ne voulons pas le voir. Elisabetta a toujours eu affaire au mal, principalement parce que ce n’est pas un hasard si elle est avocate, et très souvent elle doit défendre des coupables manifestement. Cependant, il semble presque imperceptible, ou du moins a appris à vivre avec par nécessité. Mais ensuite, il se retrouve à affronter directement ce que représente Walder et découvre qu’il fait remonter à la surface sa propre partie cachée, sa propre zone d’ombre. Et cela lui montre clairement ce qu’elle est vraiment, très différente de ce qu’elle pensait être. Peut-être que rencontrer Walder la fait grandir, ou du moins lui ouvre les yeux sur sa propre réalité et sur la réalité du monde qui l’entoure. Cela lui montre ce qui se cache derrière l’apparence. Cela lui montre qui elle est vraiment.

La Leçon, le thriller de Marco Franzoso –
La source: bureau de presse

2 – Questions : Elisabetta est métamorphosée par Walder : combien pèse le regard de l’autre dans la perception que nous avons de nous-mêmes ?

Françoisso : Walder n’est pas seulement “l’autre”, mais dans ce roman il est aussi une sorte de miroir. Un miroir profond qui ne se contente pas de refléter les surfaces. Mais je crois que cela fonctionne ainsi même dans la vraie vie, et quand on les regarde de près, les autres autour de nous nous renvoient toujours une image de qui nous sommes. “Je suis l’autre”, disait Rimbaud, montrant à quel point notre idée de l’identité est également clivée. Mais sinon je crois que les autres représentent toujours notre projection. Il suffirait d’avoir vraiment envie de le voir pour le comprendre.

3 – Questions : L’histoire semble tellement surréaliste que j’ai parfois l’impression que Walder est une invention de l’esprit d’Elizabeth et qu’elle est la vraie folle. Est-ce une possibilité à laquelle vous avez pensé ou ai-je été complètement induit en erreur ?

Franzoso – Il n’est pas le premier à me faire ce commentaire. De mon point de vue, Elisabetta manifeste immédiatement, dès les premières pages, quelques petits éléments dérangeants apparemment invisibles, même s’ils s’éclipsent à la lecture, on les remarque à peine, car ces éléments dérangeants semblent désormais appartenir à la normalité du quotidien . nous tous.

Parfois il me semble que la normalité d’aujourd’hui contient des formes psychotiques ou des formes d’inconfort. L’utilisation débridée des nouvelles technologies, à mon avis c’est un exemple clair, mais il y en a mille. Pour moi, surtout dans la première partie, il était intéressé à raconter la folie cachée dans la vie quotidienne† Alors le geste qu’il fait est un geste extrême, mais presque justifié par la nécessité de survivre. C’est ce qui se passe avant, et à mon avis, pour dire à quel point la société dans laquelle nous vivons est une société “perturbée”, dans laquelle les besoins de la personne et de l’individu sont trop souvent écrasés par le besoin d’être adapté, de égal, performant, fonctionnel. Je crois qu’Elisabetta est là pour nous dire que peut-être le moment est venu de s’arrêter, de regarder autour de nous et de regarder à l’intérieur, pour retrouver un équilibre plus adapté à la vie que nous méritons† Et pour la personne que nous sommes.

La Leçon, un thriller au féminin

La Leçon, un thriller féminin –
La source: images-getty

question 4 – Qui est Walder dans la vie de chacun d’entre nous ?

Françoisso : Walder est le mal, un mal qui nous appartient et qui nous touche si profondément que parfois nous avons peur de vouloir le voir. On ferme les yeux pour ne pas admettre qu’il est là, alors qu’il faut y faire face, le savoir, comprendre de quoi il s’agit vraiment. La vie n’est pas seulement faite de noir et blanc, mais surtout de nuances de gris. La vie est complexe et ambivalente, nous sommes complexes et ambivalents, et nous devons apprendre à accepter que notre pire ennemi est souvent l’alibi de la perfection. Vivre, c’est donner le meilleur de soi dans une complexité qu’on ne maîtrise pas toujours, mais qui regorge aussi de contrastes. Par exemple, le contraste entre ce que nous sommes et ce que nous aimerions être.

Je crois que nous devons juste apprendre à être sûr de qui nous sommesdes êtres parfaits certes, mais d’une richesse incommensurable.

En revanche, c’est d’une entreprise qui nous demande constamment d’opérer et de performer au plus haut niveau que des gens comme Walder apparaissent. Là, ils s’enracinent, trouvent un terrain fertile où l’humain, notre sensibilité, notre part affective, nos désirs, semblent être devenus accessoires, ou du moins éclipsés.

Écoutez sur le haut-parleur.

Conseils pour la maturité 2022

  1. Maturité du premier test (écrit en italien), Que pensez-vous qu’il ne faut pas manquer au premier devoir de l’examen d’État : une réflexion sur l’actualité, une citation pertinente, une réflexion personnelle, une phrase courageuse…
    Une réflexion personnelle. Quoi qu’il en soit, mais bien argumenté. N’ayez jamais peur de dire ce que vous pensez, mais essayez de le justifier avec un bon raisonnement. Il sera donc intouchable. Ainsi que le vôtre et uniquement le “vôtre”
  2. Une astuce d’écriture
    Ne vous perdez pas dans les fioritures. Allez toujours à l’essentiel le plus simplement possible.
  3. Quelle est la valeur de la note/du jugement externe pour vous, à la fois à l’école/au travail et dans d’autres domaines ?
    J’essaie toujours d’écouter le jugement des autres. Mais ensuite, je fais mon propre truc.

  4. Comment se détendre avant un test important ?
    Je respire profondément. Et puis je prends une autre respiration.
  5. Avez-vous des rituels/gestes/porte-bonheur superstitieux qui fonctionnent que les lycéens pourraient revendre ? Ou avez-vous vu des absurdités?
    Non, je n’ai pas de rituels superstitieux. Ils ne sont pas nécessaires, en fait je crois qu’à une occasion comme l’examen final ils réduisent la concentration. Malheureusement, tôt ou tard, l’examen arrive vraiment et vous feriez mieux de vous concentrer là-dessus.
  6. Racontez-nous une “leçon” importante que vous avez apprise dans votre vie
    J’ai appris à croire davantage en moi. Et je l’ai appris à travers les mille erreurs que j’ai faites.
  7. Imaginez une piste pour le thème de la première épreuve : qu’est-ce que ça pourrait être ? À quoi pourraient penser les lycéens ?

    Je n’ai jamais eu raison. Mais peut-être compte tenu de ce que nous vivons, le thème de la pandémie et de ses conséquences, ainsi que celui de la guerre, sont deux raisons de réfléchir.

  8. Un livre qui vous a attiré et lequel recommanderiez-vous ?

    J’ai décidé de devenir écrivain justement à cause des lectures que j’avais faites pour le lycée. “Le Portrait de l’artiste en jeune homme” de James Joyce. Un choc qui a changé ma vie.

Quels thèmes seront les protagonistes du premier test de maturité 2022 ? Nous avons une idée :

Leave a Comment