277 enfants tués, 456 autres blessés

“J’ai passé la semaine dernière en Ukraine, à rencontrer des enfants et des familles touchés par la guerre, à assister à l’importante réponse humanitaire de l’UNICEF et à rencontrer des autorités, des collègues de l’ONU et des organisations partenaires. J’ai rencontré Kiev, Irpin, Bucha, Jytomyr et Lviv que je peux visiter. mon séjour dans le pays m’a donné un aperçu clair de l’énorme impact que la guerre en Ukraine continue d’avoir sur les enfantstant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, à la fois dans la région et dans le monde. “C’est ce qu’il explique Afchan KhanDirecteur régional de l’UNICEF pour l’Europe et l’Asie centrale.

“Les chiffres sont inquiétants et doivent être répétés”, a ajouté Khan.Près des deux tiers des enfants ukrainiens sont déplacés à l’intérieur du pays, à la fois les personnes déplacées dans le pays et celles qui ont traversé la frontière en tant que réfugiés. Les enfants qui doivent quitter leur maison, leurs amis, leurs jouets et leurs proches, leurs proches et l’incertitude quant à l’avenir. Cette instabilité prive les enfants de leur avenir : les traumatismes et l’anxiété peuvent avoir un impact durable sur la santé physique et mentale des enfants. Selon les dernières données des collègues du HCDH, 277 enfants ont été tués et 456 autres ont été blessésprincipalement en raison de l’utilisation d’explosifs dans les agglomérations. L’utilisation d’armes explosives dans les zones peuplées et les attaques contre les infrastructures civiles doivent cesser† Cela tue et mutile les enfants et les empêche de reprendre une vie normale dans les villes où ils sont hébergés.”

Au moins 256 attaques contre des établissements de santé et une sur six des «écoles sûres» soutenues par l’UNICEF dans l’est du pays ont été endommagées ou détruites– explique Khan – Nous sommes de plus en plus préoccupés par la situation de l’accès auxboire de l’eau: Au moins 1,4 million de personnes dans l’est du pays n’ont pas accès à l’eau courante. Comme le montrent ces chiffres, la guerre en Ukraine est une crise des droits de l’enfant et l’UNICEF travaille pour soutenir les enfants et les familles où qu’ils se trouvent dans le pays. Le rôle fondamental de l’UNICEF en Ukraine se reflète dans l’accord récemment conclu avec le gouvernement pour prolonger le programme de l’UNICEF dans le pays jusqu’à la fin de 2023, dans le cadre du cadre de transition des Nations Unies.

“Après plus de trois mois et demi de guerre – souligne Khan -, l’UNICEF et ses partenaires font le bilan de l’aide humanitaire fournie jusqu’à présent et concentrent les efforts de la prochaine période sur les zones les plus nécessiteuses présentes en Ukraine depuis 1997 et nous sommes restés à travers l’escalade du conflit pour apporter un soutien et protéger la vie des enfants et des familles. L’UNICEF a atteint plus de 2 millions de personnes avec sanitaires et accès à l’eau potable. Plus de 600 000 enfants et soignants ont reçu un soutien psychosocial et en santé mentale, et plus de 180 000 enfants participent à des activités d’apprentissage formelles et communautaires. »

“Nous avons des partenaires des deux côtés des lignes de contact qui travaillent pour atteindre les enfants avec des informations vitales et des fournitures et services vitaux – explique le directeur régional de l’UNICEF pour l’Europe et l’Asie centrale – Nous avons activé des missions de réponse rapide dans la partie orientale du pays, plus près des combats, et par conséquent, nous avons aidé des familles dans plus de 100 abris près des lignes de front et dans des endroits difficiles d’accès, malgré des efforts intensifs pour assurer un accès humanitaire sûr, rapide et insalubre. zones les plus touchées du pays et nous continuons à demander un accès sûr et sans entrave pour atteindre les enfants où qu’ils se trouvent. Dans le centre et l’ouest du pays, où la situation est actuellement plus stable, nous renforçons le soutien et les services déjà en place “.

« Un exemple est les Spilno (Together) Child Spots – poursuit le directeur régional de l’UNICEF pour l’Europe et l’Asie centrale – des endroits où les parents et leurs enfants peuvent accéder à des services de soutien, y compris des thérapies et un soutien psychosocial, obtenir de l’aide et des informations et avoir la possibilité d’avoir leurs enfants jouent de manière sûre et normale, tout en étant assis avec d’autres parents, reçoivent un bref soulagement et un soutien guidé de la part de leurs pairs. J’ai pu voir à quel point ce soutien est fondamental dans un centre Spilno à Bucha, où le personnel qui a estimé à moitié les enfants présents avait besoin d’une certaine forme de soutien psychosocial.”

“A Irpin – dit Khan – j’ai visité deux écoles endommagées par les combats, mettant en danger l’éducation de près de 2 000 enfants lorsque la nouvelle année scolaire commence en septembre. Bien que nous n’ayons aucune donnée vérifiée sur le nombre d’écoles endommagées dans le pays, Il est. Le chiffre est susceptible d’être dans les milliers. Réparer les écoles est une priorité pour l’UNICEF et le gouvernement afin que les enfants puissent retourner à l’école en toute sécurité en septembre. Grâce au soutien généreux des gouvernements, des entreprises et Nous pouvons continuer ce travail en dans tout le pays et dans la région, y compris les transferts d’argent humanitaires aux familles les plus vulnérables. En fin de compte, aussi important que soit ce travail, les enfants ont besoin de paix.

L’UNICEF continue d’appeler à un cessez-le-feu immédiat en Ukraine et à protéger tous les enfants de la violence. Avec chaque jour que cette guerre continue, son impact dévastateur et durable sur les enfants, en Ukraine, dans la région et dans le monde, augmente », a conclu Afshan Khan, directeur régional de l’UNICEF pour l’Europe et l’Asie centrale.

Leave a Comment