Dialogue philosophique avec les personnes âgées : est-il juste de continuer à se poser des questions en tant que personne âgée ?

BologneÉmilie-Romagne – Il y a un an Gioia, une collègue de Filò et moi – le fil rouge, nous avons d’abord affronté un groupe de personnes âgées dans le quartier de Navile, à Bologne, lors de la première rencontre d’un parcours de 50 heures élaboré par notre association. “Au cours de ces réunions, nous aurons ensemble un dialogue philosophique”, avons-nous commencé à expliquer. Les premières réactions ont été d’hésitation, sinon de surprise. “Mais nous ne sommes pas des philosophes, la philosophie est une chose difficile”. “Vous les jeunes, vous devez nous apprendre des choses que nous ne savons pas, vous les avez étudiées !”

Mais la philosophie n’est-elle vraiment qu’une pratique compliquée et scientifique ? Nous sommes convaincus du contraire et que le troisième âge est un excellent moment pour philosopher. Pratiquer le dialogue philosophique en groupe, c’est mener une recherche commune pour répondre à une ou plusieurs questions. Au cours de nos ateliers, nous proposons des incitations qui activent les doutes ou les questions intérieures. Un stimulus peut être un texte, une vidéo, des photos, une expérience corporelle, une expérience esthético-créative, une expérience de pensée… la liste peut être interminable.

Après l’expérience du stimulus, l’animateur propose une question ou demande aux participants d’en trouver une ou plusieurs. Après avoir choisi une question de recherche, le groupe travaille ensemble pour trouver une réponse† Le dialogue à travers lequel l’enquête se déroule est l’union des pensées de chaque participant, un tout qui, cependant, n’est pas seulement la somme de ses parties, mais quelque chose de plus. Au cours du dialogue, le philosophe, ou le philosophe, facilite le tissage des fils, d’où le nom de « facilitateur » ou « facilitateur » qui est typique de la tradition de la Philosophie pour enfants.

La philosophie est présente à la fois dans le contenu et dans la forme que prennent les pensées. Ainsi, lors du dialogue philosophique, la pensée critique (problématisation, conceptualisation, analyse, hypothèse…), créative (pensée divergente, interprétation, innovation…) et relationnelle (prendre au sérieux ce qui est dit par soi, par l’autre ) ) sont pratiqués ; prenez soin de vous, prenez soin des autres…). La philosophie ainsi comprise est une pratique que les personnes de tous âges peuvent pratiquer† ne pas être capable de faire quelque chose ne signifie pas que vous n’avez pas les compétences pour le faire.

On perd la capacité de rêver et pourtant l’Italie regorge d’expériences extraordinaires de changement !
Alors que de nombreux médias choisissent de ne pas montrer les changements qui se produisent, nous optons pour d’autres informations réelles qui aident vraiment les gens dans leur vie quotidienne.
Nous sollicitons votre contribution pour changer l’imaginaire et donc la réalité !

Tu peux faire la différence!

Nous envisageons notre journal comme une boîte à outils pour devenir un véritable protagoniste du changement. À l’intérieur, vous trouverez la carte avec les milliers de projets vertueux, des articles, des histoires vidéo, de nouveaux formats vidéo et de nombreux projets que nous construisons avec notre communauté.

Nous avons besoin que vous continuiez à le faire.

Le visage marqué par les rides des années est dans de nombreuses cultures la figure de la sagesse et de l’expérience. Aujourd’hui, avec la conception linéaire et progressive du temps, le même visage est souvent perçu comme un acompte de retard, d’inadéquation, de peur de la nouveauté. Les générations s’identifient de moins en moins aux personnes âgées, de fait, elles se défendent contre cette identificationchasser le mythe de la jeunesse.

dialogue philosophique 1

Une jeunesse qui est aussi et surtout productive et qui aspire à la réussite. Mais ceux qui sont dans le troisième âge sont des gens qui ont vécu beaucoup plus longtemps que les autres. Ils sont l’incarnation de l’expérience, les témoins d’expériences et de périodes historiques. Le troisième âge est certainement aussi un moment de solitude progressive, surtout dans notre cultureet par nature moment de
déclin physico-mental progressif, dans lequel les rythmes ralentissent. La troisième ère a ses temps, mais c’est bien aussi qu’elle ait ses espaces.

Chacun des éléments de base du dialogue philosophique (stimulus-question-recherche) peut fournir un espace qui répond aux besoins et aux besoins des personnes âgées et peut favoriser des moments qui y répondent. Le stimulus peut être source de nouvelles découvertes, mais aussi de partage de connaissances et d’expériences† D’une part, la phase de stimulation peut présenter des objets nouveaux et inconnus tels que des artefacts, des histoires, des faits divers, des découvertes technologiques, des dilemmes moraux, des expériences manuelles, etc. D’autre part, elle peut être un moment où les participants partagent et échangent expériences et témoignages sur leurs propres expériences.

Pratiquer le dialogue philosophique en groupe, c’est mener une recherche commune pour répondre à une ou plusieurs questions

La question confronte le fait que vous ne savez pas tout. Cela peut faire peur, surtout au début, ou cela peut être libérateur : le monde peut encore vous surprendre ! S’attarder à l’état de doute et de questionnement favorise une attitude problématisante, qui invite à s’interroger et à se comprendre sur le nouveau (penser à la nouveauté des technologies) ou à
discuter de ce qu’ils pensaient savoir avec certitude. Avoir plus de questions que de réponses crée également une dynamique d’intérêt et d’enquête qui vous fait vous sentir vivantcar si le monde change constamment, notre connaissance de celui-ci doit aussi changer.

Enfin, la recherche est le théâtre où s’active la pensée dans toutes ses dimensions et où le groupe se transforme progressivement en communauté de recherche† Ici, véritable point d’appui de la pratique du dialogue philosophique, l’esprit s’active, devient de plus en plus élastique, la mémoire s’exerce, la curiosité se nourrit et… les questions se multiplient !

Leave a Comment