PagoPa : Notifications comme recommandés et bonus automatiques, les nouveaux services publics numériques arrivent

Une question de semaines. Parmi Juillet et Août expérimenter la plate-forme de notifications numériques d’actes publics. Cette communication légale qui n’a aujourd’hui lieu que via courrier certifié ou e-mail certifié (pec), pour être sûr de la réception, il pourra bientôt également signaler via application. Chez Pagopa, la société du ministère de l’économie et des finances (Mef) chargée de développer les services numériques pour les administrations est prête à démarrer les moteurs.

Le règlement avec lequel le projet démarre entrera en vigueur le 21 juin. Il lancera alors le test, qui dira “citoyens des grandes villes, un au nord et un au sud», anticipe Giuseppe Virgone, récemment confirmé seul directeur de la station thermale pour la période triennale 2022-24. Et alors “il entrera en production à l’automneDit le directeur dans une interview avec filaire en marge de ForumPa, les quatre journées sur l’avenir de l’administration publique en cours à Rome (dont filaire est partenaire média).

Notifications via l’application

Le projet de plateforme de notification, financé dans le cadre du Plan national de relance et de résilience (Pnrr), est l’un des plus délicats, explique Virgone, «pour l’objet des mentions légales‘, ce qui doit être certain. Ce que la plateforme va faire, c’est centraliser le processus de signalement. †Celui qui envoie le message le dépose sur la plateforme, avec le code fiscal du destinataire, et ce que fait PagoPa, s’occupe de la notification“, précise l’administrateur. Si le citoyen choisit d’utiliser l’application Io, destinée aux services gouvernementaux, il y recevra la notification. Aujourd’hui, indique Virgo, 6 millions de personnes utilisent l’application Io au moins une fois par mois faire des démarches auprès de l’état. Sinon, l’avis sera envoyé par courrier certifié ou par courrier certifié.

Mais ce système vise également à : litiges de notification fractionnés† Selon les autorités fiscales, l’adoption de la plateforme entraînera des économies annuelles d’au moins 50 millions d’euros en frais de déclaration et environ 55 millions pour des litiges mineurs avec les contribuables.Nous entrons dans une norme complexe avec des outils technologiques« Commentaire Vierge. La plate-forme sera également équipée d’un plateau numérique, où tous les documents reçus par un citoyen sont archivés, sans avoir à conserver les reçus.

De l’interopérabilité aux bonus automatiques

L’un des autres tests sur la rampe de lancement est celui du plateforme nationale de données, dont PagoPa est l’administrateur. Prévu en juin, vous verrez Agence fiscale, INPS et ministère de l’Intérieur avec le registre national de la population (Anpr) contribuent à ce système d’interopérabilité des données. †L’AP a accès aux données d’autrui sans les transmettre, selon le principe une fois – dit la Vierge -. Si vous avez les données je vous demande

D’ici la fin de l’année, nous espérons avoir accès aux moteurs de Id Pay, un service basé sur Centro Stella, cette plate-forme qui connecte PagoPa avec tous les points de vente en Italie et permet, si le citoyen est d’accord, de proposer certaines transactions”opérations à valeur ajoutée‘ dit la Vierge. Techniquement, avec Id Pay, l’idée est d’appliquer des distributeurs automatiques de cashback à la pléthore de bonus que le gouvernement distribue. †Je suis maman, j’ai droit à une prime, lorsque je fais mes courses pour mes enfants je reçois automatiquement les remboursements à hauteur du crédit autorisé via Id Pay“, explique Virgo. Au lieu de devoir en faire la demande, le crédit s’active automatiquement en fonction des achats effectués et du plafond autorisé. Les citoyens décident de participer ou non au programme, afin que vous puissiez suivre certains achats. Vous pouvez vous inscrire via l’application ainsi que via des points physiques, tels que des distributeurs automatiques de billets, tandis que le remboursement est crédité sur le compte courant.

Des services plus simples

Après la pandémie, la tendance à accéder à un service en ligne s’est maintenue même dans les catégories les moins susceptibles de vieillir, même si sur PagoPa 63% des transactions sont numériques, tandis que 37% sont en espèces via des canaux de paiement à proximité – explique Vierge -. Et un besoin s’est fait sentir pour des services d’accréditation simples : je n’ai pas besoin de me casser la tête pour rejoindre un programme, un clic devrait suffire

Leave a Comment