évolution pour la création d’un système de protection sociale intégré

Le rapport annuel de Covip décrit un système de retraite complémentaire qui a traversé la période pandémique et continue de faire preuve d’une solidité sous-jacente même face à des chocs inattendus et variables.

La les abonnés Oeuf lancer dans ils ont recommencé à augmenter à des taux d’augmentation, d’année en année, similaires à ceux observés pendant la période pré-pandémique. La gestion financière a généralement donné des résultats positifs.

Le contexte social est de plus en plus caractérisé par des besoins de santé et d’assistance, souligne l’Autorité de tutelle, qui s’ajoutent à ceux de la sécurité sociale. Le modèle des fonds négociés sectoriels est un exemple positif d’une organisation qui a rendu possible, également avec la contribution active et continue des partenaires sociaux, la participation à la gouvernance, des relations équilibrées et coopératives avec le système financier, des dimensions adéquates, des économies d’échelle , coût limité, retour satisfaisant. Cela vous permet également de le voir dans une perspective plus large et d’étendre ses fonctions vers un système de protection sociale intégré intégré

Formulaires, membres, retours et frais

Fin 2021, il y avait 349 fonds de pension en Italie, 33 fonds négociés, 40 fonds ouverts, 72 régimes de pension individuels (PIP) et 204 fonds préexistants. UNE consolidation du système recherche d’économies d’échelle.

Il y a plus de 20 ans, en 1999, il y avait 739 formulaires, soit plus du double, souligne le rapport. Le nombre total d’inscrits à la retraite complémentaire est de 8,8 millions, en hausse de 3,9 % par rapport à l’année précédente, pour un taux de couverture de 34,7 % de l’effectif total.

Les postes existants sont de 9,7 millions (y compris les postes en double ou multiples, faisant référence au même membre). La Écarts entre les sexesavec 61,8% d’adhérents hommes (73% dans les fonds de négociation) et des générations, puisque 50,3% des adhérents ont entre 35 et 54 ans et 31,9% ont au moins 55 ans.

Il y a un trou puis territorial avec 57% des membres vivant dans le nord de l’Italie. Les fonds accumulés par le biais des régimes de retraite complémentaire se sont élevés à 213,3 milliards d’euros, soit une augmentation de 7,8 % par rapport à l’année précédente, correspondant à 12 % du PIB et à 4,1 % des actifs financiers des ménages italiens. Après déduction des frais de gestion et des taxes, les fonds de négociation et les fonds à capital variable affichaient des rendements moyens de 4,9 et 6,4 %, respectivement ; pour les « nouveaux » PIP de classe III, le rendement était de 11 %.

A la même période les ISF il a été réévalué, net d’impôts, de 3,6 %. Sur les 10 dernières années, le rendement annuel moyen des fonds de pension négociés était de 4,1 %, celui des fonds de pension ouverts de 4,6 % et celui des « nouveaux » PIP de classe III de 5 %, alors qu’il était de 2,2 pour ceux de la branche I.

Au cours de la même période, la revalorisation annuelle moyenne des indemnités de départ était de 1,9 %. En termes de coûts, les fonds de pension négociés sur un horizon de dix ans ont un ISC de 0,45 %, les fonds ouverts de 1,36 % et une moyenne de pips de 2,18 %.

Vers un bien-être intégré

Covip formule ensuite plusieurs considérations dans une perspective plus large, qui sont importantes pour un développement solide du système de protection sociale globale dans notre pays. En effet, les besoins des sociétés vieillissantes forment une grande mosaïque, allant au-delà de la possibilité de compléter les retraites publiques immédiatement épargne-retraite supplémentaire ce qui permet de maintenir un revenu suffisant même dans la vieillesse. Parmi ces besoins figurent ceux de soins et d’assistance, même à long terme, qui revêtent une importance particulière puisque l’allongement de la vie s’accompagne d’une augmentation de la morbidité et d’un manque d’autonomie.

Afin de pouvoir répondre efficacement aux changements démographiques et sociaux qui affectent le pays, il est donc souhaitable de mettre en place de manière ordonnée un système de protection sociale intégré qui sache récolter les bénéfices découlant d’une part des synergies possibles entre les différents secteurs de la sécurité sociale, de l’assistance sociale et de la santé, et d’autre part entre les secteurs privé et public. Dans cette perspective, les fonds de pension ne sont pas seulement un modèle pour les caisses d’assurance maladie complémentairepourrait également être envisagé d’étendre ses propres fonctions dans le sens de la prospérité intégrale : peut-être aussi par le mise en place de structures de groupe, les partenaires sociaux jouant néanmoins un rôle central pour assurer la gouvernance générale et la coordination ; cependant, ces structures sont répandues dans les pays où les fonds de pension sont depuis longtemps très développés (par exemple les Pays-Bas).

La nécessité de concevoir un système intégré de protection sociale utilisant au mieux les ressources que le système productif peut lui allouer a été soulignée par la commission de surveillance lors d’une récente audition parlementaire, déjà particulièrement importante aujourd’hui dans le contexte de soins de santé intégratifs

Un secteur de plus en plus critique pour répondre aux besoins sociaux modifiésmais pour lequel une intervention de ranger et de rationalisationdans le but d’optimiser l’utilisation des ressources et d’améliorer ce qui est attendu avantages fiscauxégalement en vue d’une meilleure coordination avec le GGD.

Malgré le grand nombre de caisses d’assurance maladie opérant sur le marché, le secteur des caisses d’assurance maladie complémentaire n’est toujours ni suffisamment réglementé ni contrôlé de manière efficace. Dans ce contexte, il est nécessaire de système de contrôle adéquat :, visant à veiller à la gestion saine et prudente des fonds de santé, à garantir des normes appropriées de transparence et d’équité dans le comportement des opérateurs, et à identifier et combattre les comportements évasifs ou inappropriés par rapport aux objectifs poursuivis ; fins qui justifient également les avantages fiscaux accordés.

Ces objectifs peuvent être poursuivis efficacement grâce à une Système de surveillance également intégré, avec l’attribution de la tutelle dans ces domaines à Covip, en tant qu’Autorité qui joue déjà aujourd’hui un rôle de tutelle, pour ainsi dire « social », quoique limité au cadre de la retraite complémentaire, un rôle visant à rechercher la transparence et la rectitude de la conduite, la gestion saine et prudente et la solidité des formulaires, pour protéger les membres et les bénéficiaires.

Copyright © – Reproduction réservée

Leave a Comment