Le flux de la conscience selon Ann Demeulemeester

Exposition d’Ann Demeulemeester à Pitti uomo (photo Vanni Bassetti, merci à Pitti immagine)

Une longue allée blanche s’avance au milieu de la Gare Léopolda† La lumière l’éclaire et fait monter des nuages ​​de fumée, comme un brouillard qui brouille le tempo. Tout autour est l’obscurité de cette chambre mystérieuse qui, dans un voyage émotionnel, contient le parcours créatif du designer belge Anne Demeulemeesterinvité d’honneur par Pitti imagine uomo 102† En 2022, nous fêterons les 40 ans du label qu’elle a fondé et amené sur les podiums parisiens avec son mari Patrick Robin et il n’y a pas de meilleure occasion pour célébrer un chemin créatif hors des sentiers battus, loin de toute tendance, qui est aussi capable de donner vie à un nouveau concept de mode, unique. Qui renaît aujourd’hui grâce à la contribution de Claudio Antoniolic via sa holding, qui a acquis le label en 2020.

En fait, six regards de la nouvelle direction complètent le parcours visuel de toute l’installation, méticuleusement construite, pièce par pièce, par le même créatif dans un voyage émotionnel à travers l’histoire de la marque. Tandis que 40 looks racontent l’histoire du passé, de 1992 à aujourd’hui. “J’ai même voulu sélectionner la musique ad hoc”, a-t-il confié CFP Ann Demeulemeester elle-même. « Tout commence par la bande originale de mon premier spectacle. Ils semblent être des éléments mélangés avec désinvolture, en réalité il y a une continuité qui crée un seul flux de conscience ».

Quel a été le résultat de votre travail pour cette installation ?
J’aime ça. J’ai vraiment choisi les tenues en fonction de mes sensations, je les ai choisies comme si je parlais à des amis. J’ai fait un livre avec une sélection de mes vêtements (avec une introduction par Patty Smithéd) et à partir de là, j’ai choisi ceux qui m’ont le plus impressionné. Je les ai assemblés comme ça, m’abandonnant complètement à l’instinct.

Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez vu tous les regards voisins dans cette configuration ?
C’était vraiment une super sensation. Ce projet implique des années et des années de travail et ce qui m’a le plus frappé, c’est que les looks forment ensemble une seule ligne, ils ressemblent à une seule collection. Un aspect qui m’a vraiment surpris. Le passé, le présent et le futur pourraient être réunis sur la même scène et représenter le style d’Ann Demeulemeester. Il existe des collections très différentes, mais elles coexistent avec la même personnalité, ont une histoire commune, représentent un même monde. Que j’aie pu obtenir un tel résultat m’a rendu très heureux.

Cela reflète la cohérence de son style…
Quand j’ai commencé ma carrière dans la mode, je ne m’intéressais pas aux tendances, à ce qui était à la mode ou pas. Je m’en foutais, je voulais créer quelque chose qui n’existait pas encore, un nouveau style, une nouvelle identité, quelque chose que j’aurais adoré avoir pour moi aussi.

Et comment le public a-t-il réagi à cela ?
Grâce à mon travail, j’ai trouvé beaucoup d’amis. Il y a eu des femmes qui m’ont dit, c’est super, merci pour ce que tu fais, je veux ceci ou cela…

Comment la mode a-t-elle changé pour vous ces dernières années ?
J’ai toujours été moi-même, je n’ai jamais suivi les tendances. Je n’ai jamais suivi la mode, donc je ne peux même pas dire comment elle a changé au fil des ans.

Pensez-vous avoir influencé la jeune génération ?
Je ne peux qu’espérer avoir inspiré la nouvelle génération de designers. Il n’y a pas de fossé générationnel entre moi et les jeunes. J’aime les jeunes. Je pense que c’est extraordinaire de nos jours d’avoir des pièces comme ça. Quand j’étais petite, ma grand-mère représentait juste une autre époque, je ne pouvais pas lui parler. Mais désormais toutes les générations cohabitent et j’aime les inspirer et pouvoir dialoguer avec elles.

Claudio Antonioli fait un travail très respectueux sur sa marque. Que voyez-vous dans l’avenir du label Ann Demeulemeester ?Je n’ai pas de boule de cristal mais ce que je peux dire, c’est que je connais Claudio depuis longtemps et c’est bien comme ses intentions montrent la volonté de vraiment investir dans cette marque et de le guider vers l’avenir. Je lui suis vraiment reconnaissant pour tout ce qu’il fait. Il s’occupera de mon enfant qui a grandi aujourd’hui et doit marcher seul pour avancer, se construire un avenir. C’est formidable parce qu’il y a maintenant un avenir pour la marque et tout ce travail ne sera pas perdu.

Est-ce votre première fois au Pitti ?
Oui, je n’y étais jamais allé. Je pense qu’ils me le demandent depuis au moins vingt ans, mais j’ai toujours dit que je n’avais pas le temps, il fallait que je travaille et que je finisse la collection… Mais maintenant, j’ai le temps. (Tous les droits sont réservés)

Leave a Comment