“TRENORD PONCTUALER, MOINS DE TRANSPORT”. LA RELATION DANS LA RÉGION, LES DOUTES DE L’OPPOSITION | Nouvelles de Lecco

MILAN – On connaît la souffrance des passagers (en fait le double du nombre de sièges réellement occupés, un million contre 550 000 passagers passagers en mai 2022), mais les données sur la ponctualité et les annulations s’améliorent par rapport à l’avant-Covid.

Ceci est un résumé de la photo de l’offre Trenord illustrée ce matin dans la Commission Régionale du Territoire et des Infrastructures par le Conseiller aux Transports de Lombardie Claudia Maria Terzic et par le PDG de la société ferroviaire régionale Marco Piurala

Les critiques de l’opposition sur le report de livraison de nouveaux trains (surtout le chef de groupe M5s Nicolas de Marco), tandis que Niccolò Carretta de Action a contesté le retard dans la discussion du comité sur le nouveau contrat de service, pour lequel le calendiano a réaffirmé la demande d’interdiction groupée du service. Parlant du nouveau contrat de service, Terzi a déclaré que l’extension sera traitée par commande avec un document technique sous peu. “Eh bien, être parvenu à un accord sur l’intention de se voir le plus tôt possible avec un projet de contrat – a été la réponse du calendiano – tant que cela ne se passe pas sans marges politiques”. “Il est également difficile d’infliger des amendes s’il n’est pas possible de trouver les matériaux”, a répondu le commissaire. Simone Vernic des M5 entraînant des inefficacités et des retards dans la livraison des convois.

Piuri, en revanche, a répondu à l’opposition, qui a fait état d’un problème de relations syndicales avec multiplication des grèves† Et les propos du PDG ont été clairs, ouvrant le front des grèves appelées dimanche : “S’il y a grève le dimanche, la moyenne des adhérents est de 60%, en semaine de 25%”. Le PDG Trenord a précédemment expliqué comment la demande est redistribuée après la pandémie (“Ces 250 000 passagers qui manquent” peuvent ou non revenir “en fonction de la décision des banques, des compagnies d’assurance, des principaux cabinets de conseil” sur le maintien ou non de la manière intelligente de travail). Mais il a également déclaré que des flux intéressants commençaient à émerger le week-end, liés au tourisme et aux voyages en famille. Pour cette raison, poursuit Piuri, « nous trouvons anachronique de continuer à considérer le dimanche comme un jour sans avoir besoin d’un pneu sous garantie. Nous avons demandé aux syndicats de discuter de nos propositions. Mais aucune date utile n’a été trouvée avant le 8 juillet, date à laquelle la prochaine grève est fixée à 10″. Un dimanche, en fait.

Cependant, les chiffres d’Ad Trenord sont encourageants pour le service ferroviaire lombard. La suppression moyenne est passée de 102 par jour en 2018 à environ 71 en 2022 (hors grèves). Parmi ceux-ci, seulement 21,1 dus à des causes attribuables à Trenord (30%). La ponctualité, c’est-à-dire les arrivées avec moins de 5 minutes de retard (hors retards récupérés avec des arrivées de moins de 5 minutes mais uniquement au point d’arrivée tel que défini dans le contrat de service avec la Région), sera de 85% en 2022, une augmentation significative par rapport à 2019 , à l’époque pré-covid où la ponctualité était de 80,2%. Des améliorations résultant également d’une maintenance plus efficace : l’indisponibilité des trains pour cause de panne en 2022 était en moyenne de 4 par jour au niveau régional, soit 50 % de moins qu’en 2018, 44 % par rapport à 2019 et 15 % jusqu’en 2021 .

Jusqu’au changement d’heure du 12 juin, l’offre était de 2 167 trains en semaine, 1 610 les jours fériés, 97 % du service pré-covid, avec un million et 30 000 places pour 550 000 passagers. Mais ici – est intervenu Claudia Maria Tiers – la “différence ne peut s’apprécier qu’après 22-22h30 le soir”.

Le commissaire est optimiste car “il y a une nouvelle demande pour le week-end, pas seulement de la part des navetteurs”, mais il n’y a pas d’illusion quant au renouvellement du contrat de service : “Le manque d’usagers rend les négociations compliquées”. Les passagers en Lombardie, a précisé Terzi, avant que la pandémie ne couvre 45% du coût du service, “dans les autres régions 10-15%”, et il va sans dire que l’impact de la baisse du nombre de passagers dans la région sera être différent d’autres domaines.

Cependant, en juin, le nombre de passagers a dépassé 600 000. Au cours des cinq premiers mois de l’année, il y a eu une augmentation des titres de transport occasionnels – ils sont 47 %, ils étaient 40 % – et Malpensa Express – aujourd’hui 14 %, il était 11 % – contre une baisse des abonnements, qui sont passés de 48% à 38%. Pour accueillir et favoriser le retour des passagers, Trenord refond ses canaux de vente physiques et digitaux. L’expérience d’achat sera de plus en plus dématérialisée – avec la mise en place des tickets rechargeables Chip on Paper – et digitale, avec des abonnements dématérialisés. Par ailleurs, 242 distributeurs de billets en libre-service seront installés d’ici 2023 – dont 113 de nouvelle génération – desservant 182 gares, où se concentrent 92 % des voyageurs.

L’interruption de la ligne principale par rapport aux chantiers d’été est confirmée : par travaille sur le Tirano-Colico du 26 juin au 9 septembre la ligne Tirano-Sondrio-Lecco-Milan est suspendue

Pour Andrea Monti della Lega, le service est si efficace qu’il n’y a plus de journalistes pour “encombrer les salles de réunion du Pirellone pour signaler les éventuelles inefficacités et retards : c’est pourquoi j’espère qu’une demande unanime de tous les groupes politiques, tant majoritaires que minoritaires , afin que Rome alloue certaines ressources pour continuer à garantir un service de qualité, nous faisons notre part ».

Pour Nicola Di Marco (M5S) « l’aspect qui ressort clairement est l’absence de vision et de stratégie politique pour faire revenir les voyageurs dans les trains. Plus de deux ans après le déclenchement de la pandémie et des mois après la fin de l’urgence, il manque une vision, un plan pour encourager la mobilité durable dans la région de Lombardie, alors que les ressources ne manquent jamais pour les autoroutes pharaoniques ou les campagnes publicitaires d’autopromotion » .

Filt Lombardia à Trenord : grèves dimanche ? Plate-forme droite
Stanzione à Piuri: ceux qui se relaient ne se reposent pas ce jour-là, parlons des problèmes

“Je ne vois aucun lien entre les grèves et le dimanche”, car “pour ceux qui travaillent en équipe, le jour de repos n’est pas le dimanche”. Alors au ‘Dis’ Luca Stanzionesecrétaire de Filt-Cgil Lombardia, répond aux propos du PDG de Trenord, Marco Piuri.

Ce matin, lors de la Commission Régionale du Territoire et des Infrastructures, le PDG de la société régionale des chemins de fer a déclaré qu'”avec une grève le dimanche, la moyenne des adhésions est de 60%, en semaine de 25%” et que pour cette raison “on le trouve anachronique de continuer à le considérer comme une journée sans avoir besoin d’un pneu sous garantie”. Mais Stanzione n’accepte pas cette lecture, rétorquant que « si ce type de grève a un haut niveau de participation, c’est parce que la plateforme à laquelle elle a été appelée a un haut niveau de participation. Ces problèmes doivent être résolus pour qu’il ne soit plus nécessaire de faire grève, ni le dimanche ni les autres jours.”

Le secrétaire de la Filt-Cgil Lombardie il défend donc la légitimité des grèves dominicales « pour ceux qui travaillent en équipes, donc ils doivent travailler sept jours sur sept, et le jour de repos n’est pas le dimanche. Je – répète Stanzione – je ne vois aucun lien entre les grèves et le dimanche, car un cheminot a un jour de congé à gravir, c’est-à-dire qu’il peut changer selon les jours qu’il travaille”.

Pour Stanzione, donc, « le vrai problème, c’est que dans ce pays le droit de grève a subi d’importantes restrictions ces dernières années. Au lieu de cela, une réflexion approfondie devrait être ouverte sur la manière de réformer la loi 146 pour mieux concilier le besoin de mobilité avec le besoin de grève ».

Source : Agence DIRE

Leave a Comment