Adieu à Jean-Louis Trintignant, de Rattraper un homme, une femme, à Brigitte Bardot

Jean-Louis Trintignant


Est mort Jean-Louis Trintignantcélèbre compagnon de Gasman dans Il sorpasso, protagoniste d’Un homme, une femme et Amour, mais aussi d’une relation avec Brigitte Bardot qui a fait scandale

L’acteur français Jean-Louis Trintignant est décédé aujourd’hui à l’âge de 91 ans. Sa femme Mariane dit qu’elle “est décédé paisiblement de vieillesse ce matin, dans sa maison du Gard, entouré des siens“On savait que l’acteur souffrait d’un cancer de la prostate depuis plusieurs années.”Je ne me bats pas. je le fais arriver“, racontait-il à Nice Matin en 2018.

Jean-Louis Trintignant est né le 11 décembre 1930 à Piolenc dans le Vaucluse. Il était un acteur de premier plan dans le cinéma français et est également connu en Italie. Il connaît le succès grâce aux films “Il sorpasso”, “Too many like it” et “Un homme, une femme”. Il est également connu pour sa relation publique avec Brigitte Bardot, qui a fait grand bruit. Influencé par ses oncles, il était également pilote de course. Il était le père de Marie Trintignant, décédée en 2003.

La guerre et les débuts

Son père, Raoul Trintignant, était industriel, maire de la SFIO de Pont Saint-Esprit puis conseiller général du canton. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il fait partie de la résistance et est emprisonné aux Baumettes jusqu’à la fin de la guerre. Sa mère, quant à elle, a été rasée pour avoir eu une liaison avec un soldat allemand. En 1944, Jean-Louis Trintignant se passionne pour la poésie et lit Jacques Prévert, Guillaume Apollinaire et Louis Aragon, entre autres. C’est en 1949 qu’il a une révélation, lorsqu’il assiste au spectacle de Molière “L’Avare”, mis en scène par Charles Dullin. Après cela, il interrompt ses études de droit et prend des cours de théâtre avec Dullin puis avec Tania Balachova à Paris. Sa carrière débute au théâtre avec la pièce « A chacun selon sa faim » puis partage la vedette avec Jean Dasté dans « Macbeth » de William Shakespeare.

Fame et Brigitte Bardot

Après quelques apparitions, Jean-Louis Trintignant fait ses débuts au cinéma en 1956 dans “SOS Lutezia” de Christian-Jaque, ​​​​mais la célébrité vient avec le film “Too Many Likes” de Roger Vadim, avec Brigitte Bardot. Le film est un succès et il est élevé au rang de star internationale. C’est pendant le tournage de ce film qu’elle a eu une liaison avec BB. Une relation qui a fait scandale et rompu à la fois son mariage et celui entre Brigitte Bardot et Roger Vadim. Elle le quitte alors pour Gilbert Bécaud. Mais la ferveur s’est vite estompée, puisque Jean-Louis Trintignant a dû faire son service militaire, abandonnant complètement sa carrière d’acteur.

De dépasser jusqu’à Un homme et une femme

Après le service militaire, Jean-Louis Trintignant revient au théâtre dans “Hamlet” puis au cinéma dans “Liaisons dangereuses” de Roger Vadim en 1959. Il débute également sa carrière d’acteur en Italie, à l’affiche du film Dino Risi”dépasser», dans le rôle de Roberto Mariani, le compagnon de route de fortune de Bruno Cortona/Vittorio Gassman. Mais c’est avec le film”Un homme, une femme» Par Claude Lelouch qui retrouve sa célébrité internationale sous le nom de Jean-Louis Duroc. Née d’une rencontre sur la plage, cette histoire d’amour remporte la Palme d’or au Festival de Cannes en 1966 et l’Oscar du meilleur film en langue étrangère et du meilleur scénario original en 1967.

Un acteur engagé, de Costa-Gavras à Bertolucci

Jean-Louis Trintignant a également joué dans des films engagés politiquement tels que “Les amoureux de l’île” d’Alain Cavalier en 1962 et Costas-Gavras “Z – L’orgie du pouvoir” avec Yves Montand en 1969. Il poursuit sa carrière entre la France et l’Italie avec cinéma d’auteur. , cinéma grand public et théâtre, de “Metti una sera a cena” de Giuseppe Patroni Griffi à “Le désert des Tartares” de Valerio Zurlini. En 1968, il reçoit l’Ours d’argent du meilleur acteur au Festival de Berlin pour L’Homme qui ment d’Alain Robbe-Grillet. En 1970, il interprète le rôle de Marcello Clerici dans “Il conformista” de Bernardo Bertolucci, considéré comme l’un de ses plus beaux rôles. Il a également joué dans plusieurs pièces de théâtre avec sa fille, Marie. À la fin des années 1970, il se retire un temps du cinéma.

Pilote professionnel

Jean-Louis Trintignant aimait les courses automobiles. Trois de ses oncles – Louis Trintignant, Henri Trintignant et Maurice Trintignant – ont également eu des carrières compétitives. Il a été embauché par British Leyland, a passé quelque temps comme pilote professionnel et a participé à plusieurs rallyes et courses sur piste. Lors d’une course, il rencontre Marianne Hoepfner, célèbre pilote de rallye, qui deviendra sa femme en 2000 et qui sera à ses côtés jusqu’au bout. En 1980, il participe aux 24 Heures du Mans mais abandonne, et en 1982 il participe aux 24 Heures de Spa où il termine deuxième.

La fin progressive de sa carrière

Du début des années 1980 à la fin des années 1990, Jean-Louis Trintignant se retire progressivement du cinéma. Il a joué dans un film de science-fiction post-apocalyptique “Malevil” de Christian de Chalonge puis dans le drame psychologique “Deep Waters” de Michel Deville. Elle partage l’affiche avec Fanny Ardent dans le dernier film de François Truffaut, “Enfin dimanche !” et l’année suivante dans la suite “Un homme, une femme aujourd’hui”. Lassé du cinéma, il se retire dans sa maison d’Uzès et refuse plusieurs projets. Dans les années 1990, il revient occasionnellement pour incarner des personnages misanthropes et cyniques. En 1994, il joue dans le premier film de Jacques Audiard, “Regarde les hommes tomber

Les dernières années et le retour avec Amour

Plus tard, il préféra le théâtre et disparut ainsi des écrans. En 2005, au Festival d’Avignon, il présente son spectacle “Jean-Louis Trintignant illuminé Apollinaire” en hommage à sa fille Marie, assassinée deux ans plus tôt par son compagnon. Après une longue absence devant la caméra, il revient en 2012 dans “Amour» Par Michael Haneke, jumelé avec Emmanuelle Riva. Le film, qui raconte la vieillesse, la maladie et la mort, remporte un énorme succès et reçoit de nombreuses récompenses, dont l’Oscar du meilleur film étranger, tandis que dans Trintignant il remporte le César du meilleur acteur en 2013. troisième fois dans le rôle de Jean-Louis Duroc, concluant la trilogie lelouchienne de “Un homme, une femme” avec le film “Les plus belles années de notre vie”, toujours en compagnie de Anouk Aimée.

Leave a Comment