Les jeunes ont refusé. Rapport au Parlement du Garant Carla Garlatti (MF Perfetti)

Une fillette de 5 ans assassinée par sa mère sur les pentes de l’Etna et un garçon noir de 15 ans poignardé par un pair dans le centre de Rome. Deux faits atroces à quelques heures du signalement au parlement de l’Autorité garante de l’enfance et de l’adolescence, ou la divulgation du travail effectué en faveur des mineurs. En effet, hier matin, au terme de la première année de son mandat, Dr. Carla Garlatti, dans la salle capitulaire du cloître du monastère de Santa Maria sopra Minerva, en présence de Paola Binetti, parlementaire et neuropsychiatre pour enfants, représentant la présidente du Sénat Maria Elisabetta Alberti Casellati, la situation complexe de l’enfance en Italie, qui voit une augmentation exponentielle des familles en situation de pauvreté et du nombre de “mineurs non accompagnés”, sans oublier les mineurs victimes de troubles mentaux adultes qui se généralisent.

dr. Garlatti a souligné que son mandat avait commencé alors que les effets de la pandémie de Covid-19 se faisaient encore sentir. Il rapporte : « Durant cette période difficile, les enfants ont su se manifester, se remodeler et refaçonner leur vie, avec une capacité et une intelligence que nous sous-estimons souvent. Une des études que nous avons menées cette année a révélé que les enfants étaient désorientés face à la vulnérabilité des adultes, dans laquelle ils ne trouvaient pas certains ponts de référence ».

Il a ensuite souligné à quel point Internet a été utile aux enfants pendant le confinement. « Si, d’une part, on ne peut pas penser à ignorer le réseau, parce que le réseau est source d’apprentissage, de savoir, de socialité ; il ne faut pas oublier que le réseau est aussi source de dangers, d’embûches. » Cette année, les efforts de l’Autorité se sont principalement concentrés sur ces aspects pour rendre ce véhicule le plus sûr possible.

La pandémie a des conséquences sur les droits fondamentaux des enfants et des jeunes : protection, éducation et instruction, jeux et loisirs et santé. Des critiques structurelles se sont ajoutées à cette situation précaire, comme la situation de pauvreté de nombreuses familles : fin 2021, il y avait 1 million 384 mille mineurs en situation de pauvreté absolue, soit près de 3 % de plus qu’en 2019.

Le Garant a participé à l’élaboration du PNR, du Plan pour l’enfance et du Plan d’action italien pour la garantie de l’enfance pour les personnes vulnérables. Une attention particulière a été accordée aux jardins d’enfants, aux cantines scolaires, aux écoles, à la pauvreté éducative, à l’égalité des chances et à la participation des mineurs.

Garlatti a expliqué qu’une étude scientifique de trois ans sur la santé, le développement et le bien-être mental des mineurs a été lancée avec l’Institut supérieur de la santé et en collaboration avec le ministère de l’Éducation. « Les premiers résultats sont alarmants – a-t-il averti – les problèmes créés pendant la pandémie risquent de devenir chroniques et généralisés. On parle de troubles alimentaires, de pensées suicidaires (tentative de suicide et suicide), d’automutilation, de changements du rythme veille-sommeil et de retrait social. L’augmentation des demandes d’aide pour usage de substances psychoactives, de cannabinoïdes et d’alcool a également suscité des inquiétudes, tandis que les migrants mineurs non accompagnés ont exprimé des difficultés à gérer l’isolement et la quarantaine dans les structures d’accueil ».

Certaines histoires dans la presse, au début de la période pandémique, racontant des adolescents qui “ne se souciaient pas de leurs grands-parents” ont conduit le Dr Matteo Lancini à écrire une lettre aux adolescents invitant les adultes à réfléchir à leurs responsabilités. L’Autorité de l’enfance et de l’adolescence l’a invité à s’exprimer devant le Parlement ce matin, rapportant : “A l’époque, une rhétorique sur la culpabilité des jeunes ne semblait pas adéquate”.

Enfin, Lorenzo, un jeune homme appartenant au Conseil des Garçons et Filles créé par l’AGIA en 2018, a pris la parole. Il a parlé du fonctionnement du Conseil et de son expérience personnelle. En effet, c’est une vingtaine de jeunes qui se réunissent mensuellement et réfléchissent sur divers sujets. Leur travail devient également très important pour l’Autorité Garante dans ses activités.
Le rapport est disponible sur le lien suivant :

Marco Felipe Perfetti

Leave a Comment