Super bonus obligation CCNL. Une auto-déclaration de l’entreprise est-elle suffisante ?

En ce qui concerne la prime à la construction et l’obligation CCNL, afin de ne pas perdre la prime fiscale, telle que la super prime, le contribuable doit : demander la désignation des conventions collectives conclues par l’entreprise ou vérifier leur prise en compte, si la mention omise de la convention collective l’acte de transfert stipule la non-reconnaissance des avantages fiscaux prévus par la loi. La désignation doit également figurer sur les factures relatives aux travaux.

Si la convention collective de travail conclue n’est pas mentionnée sur les factures émises par l’entreprise, l’entreprise peut-elle y remédier par un acte de notoriété de remplacement ?

Voici la réponse.

Obligation du CCNL

Pour les travaux commencés après le 27 mai, la déduction et remise sur facture o l’octroi de crédit par référence aux différentes primes à la construction actuellement en vigueur n’est autorisé que si l’entreprise désignant le contribuable pour l’exécution des travaux conventions collectives de travail de l’Industrie de la Construction Rurale et Territoriale (CCNL).

L’adoption de la CCNL seule ne suffit pas, mais la convention collective de travail adoptée doit être mentionnée : à la fois dans le contrat d’exécution des travaux ou le devis (contenant l’acte de cession des travaux) et dans les factures de l’entreprise dans le cadre de l’exécution de certaines tâches.

L’obligation en question concerne les interventions de construction visées à l’annexe X du décret législatif 9 avril 2008, n. 81, si pour un montant total supérieur à 70 000 euros

Les interventions suivantes sont incluses dans cette annexe :

  • construction, entretien, réparation, démolition,
  • conservation, restauration, rénovation ou équipement,
  • la transformation, la rénovation ou le démantèlement d’ouvrages fixes, permanents ou provisoires en maçonnerie, en béton armé, en métal, en bois ou en d’autres matériaux, y compris les lignes électriques et les parties structurelles des installations électriques, uniquement pour la partie qui concerne les travaux de construction ou de génie civil, la bonification des terres , sylviculture et terrassement.

En outre, les travaux de construction ou de génie civil comprennent les excavations ainsi que le montage et le démontage d’éléments préfabriqués utilisés pour la construction d’ouvrages ou d’ouvrages de génie civil.

L’obligation en question ne concerne pas les travaux exécutés par des entreprises individuelles.

Une déclaration d’entreprise est-elle suffisante ?

Le contribuable doit :

  • demande d’inclure la mention des accords collectifs ou de vérifier leur inscription,
  • si l’omission d’inscription dans l’acte de cession détermine la non-reconnaissance des avantages fiscaux prévus par la loi.

L’administration fiscale a apporté cette importante précision avec la circulaire n° 19/E 2022.

De plus, le professionnel est tenu de conformité aux visas sur la déclaration d’impôt (si la loi l’exige) ou sur les documents justificatifs de la super prime et des autres primes de construction, aux fins des options de remise sur la facture ou l’attribution de crédit, doit vérifier que la convention collective appliquée est indiquée dans l’acte de cession des travaux et signalés dans factures émis dans le cadre de l’exécution des travaux.

Dans la circulaire n°19/E, l’administration fiscale pourrait préciser que :

  • si la convention collective de travail appliquée n’est pas mentionnée sur une facture par erreur,
  • Lors de la demande de visa de conformité, le contribuable doit être en possession d’un acte de notoriété de remplacement de l’entreprise, avec lequel cette dernière certifie la convention collective de travail utilisée dans l’exécution des travaux de construction en ce qui concerne la facture elle-même.

Cette attestation doit être présentée par le contribuable aux personnes habilitées à délivrer le visa de conformité ou, sur demande, aux guichets de l’administration financière.

Attention toutefois, l’absence d’indication de la convention collective dans les factures établies dans le cadre de l’exécution des travaux n’implique pas la non reconnaissance de la prime construction, y compris la super prime. A condition que cette mention soit présente dans l’acte contractuel (c’est-à-dire dans le contrat de travail).

Leave a Comment