L’IED à Pitti Immagine Uomo

L’Institut Européen de Design présente REFLECT et illumine la Piazza Ognissanti à Florence avec des visages et des reflets – mercredi 15 juin à partir de 20h – à l’occasion de l’édition estivale de Pitti Immagine Uomo. Une agréable soirée au cœur de la ville qui allie le plaisir des relations humaines à la présentation de dix collections capsules homme/femme créées par les étudiants de l’IED Fashion Design. Pour le public international de Pitti Uomo, l’Istituto Europeo di Design a sélectionné les meilleurs projets de l’école de mode du Groupe, présente en Italie à Milan, Cagliari, Florence, Rome, Turin, Venise et Côme avec l’Accademia di Belle Arts Aldo Galli; en Espagne à Barcelone, Madrid et Bilbao et au Brésil à Rio de Janeiro et Sao Paulo.

“Nous apportons à la ville de Florence une sélection des meilleures collections créées par les étudiants en design de mode de nos bureaux en Italie, en Espagne et au Brésil et dans le cadre d’un salon international tel que Pitti, qui représente la vitrine la plus importante du secteur ouvert à la créativité de nos jeunes talents représente à cette occasion une belle opportunité d’échange et de stimulation pour leur avenir » – explique Fabrizia Capriati, Responsable Communication du Groupe IED.

REFLECT est une invitation à redécouvrir la joie de la relation humaine avec soi et avec les autres. Une réflexion pour partir de l’essentiel et s’ouvrir à l’autre avec une plus grande prise de conscience dans un esprit cosy et inclusif. C’est le fil conducteur de l’événement, où le reflet est bien l’image renvoyée par un miroir, mais aussi une invitation à la réflexion personnelle.

“Nous vivons entre deux millénaires, il est donc important de réfléchir à qui nous sommes et à qui nous voulons être. Ces derniers temps, nous nous appuyons beaucoup sur les réseaux sociaux pour nous représenter, mais je pense qu’il est temps de se mettre mutuellement en avant. regarder les yeux, dans un espace public, avec les œuvres des étudiants communiquant directement avec les invités. C’est le miroir que nous avons en tête, quelque chose d’ancien et de moderne à la fois “, explique Danilo Venturi, directeur de l’IED Florence.

Piazza Ognissanti devient ainsi, le temps d’une soirée, un kaléidoscope vivant capable d’amplifier les perspectives, de refléter la ville et d’ouvrir ses échappées. Une installation en miroir façonne le concept de l’événement : un grand mur de miroirs amplifie le jeu des multiples reflets, asymétries et couleurs. Le plaisir de la convivialité, quant à lui, est accueilli dans un salon à ciel ouvert, entre fauteuils et éclairage tamisé qui confèrent à la place une atmosphère intimiste, une fois le soleil couché. L’installation sera une présentation statique des collections capsules hommes/femmes – Persona, You may as well bloom, Anestetico, Indoor generation re-drawing reality, Helter Kobayashi, Kaì, Pop Porn, Seis y Cuatro, Feral and Love – de la jeunes créateurs de mode IED : une histoire introspective qui prend forme à partir de la réflexion personnelle de l’individu dans les tenues présentées.

LA COLLECTION DIX CAPSULE

Capsule Persona homme / femme par Giulia di Bitonto – IED Milano
Dans ce projet, quelques lettres de l’alphabet coréen sont analysées : chacune est associée à un mot intéressant qui correspond au thème. Les mots sont ensuite décomposés en syllabes et en lettres. Les lettres individuelles sont ensuite retournées, mises en miroir, parfois répétées et utilisées pour construire des silhouettes qui formeront ensuite des motifs. Les syllabes qui composent les noms, choisies en fonction du champ sémantique auquel elles se réfèrent, représentent une sorte de nomen-présage pour le porteur et indiquent une place symbolique dans la communauté.

Vous pourriez aussi bien être le groupe féminin de Federica Tomei – IED Rome
Obscurité : le sentiment de nulle part, la perplexité, essayer de se sortir d’une situation sans y parvenir au départ. C’est là qu’intervient l’adaptation. Dans le noir, notre vue a du mal à voir. Ce n’est qu’ainsi que l’on peut s’orienter dans les difficultés : en s’adaptant.

Capsules anesthésiques pour hommes / femmes par Paolo Belleri – IED Firenze
“Je m’abandonne au néant qui m’engourdit. Je crois que je suis loin de la réalité, je crois que je suis vide. Je suis loin de moi. Le départ est toujours un saut dans le noir, on ne sait pas où on va aller et plus haut tout ce que nous deviendrons. À ce moment-là, nous sommes des toiles vides. prêtes à être peintes. J’ai traduit ce concept en faisant un trench-coat, un vêtement qui m’a toujours rappelé le concept de voyage. J’ai imaginé une personne avant qui est parti, le vent lui colle de vieux papiers et des pensées, dans une main une valise pleine d’espoir qui veut sortir, et dans l’autre une vieille âme à traîner.”

Indoor Generation Reimagined Reality Capsule Homme/Femme par Francesca Caranzano – IED Turin
L’intériorité conçue comme refuge et l’imaginaire comme porte vers un horizon alternatif sont les points de départ d’une réflexion, une échappatoire à l’ordinaire qui permet de voir la réalité avec des yeux nouveaux. Les idées que nous créons sont des lentilles colorées avec lesquelles nous pouvons regarder le monde, des ensembles de symboles avec lesquels nous interprétons la réalité. Au sein de la collection, le concept se traduit par le remaniement de tissus imprimés et récupérés grâce à des techniques artisanales de broderie et de transfert. En utilisant des méthodes artistiques, comme l’aérographe, on obtient des jeux de superposition graphique, qui font du vêtement une pièce unique.

Helter Kobayashi Women’s Capsule par Riccardo Cotta et Matteo Mojana – Académie des Beaux-Arts Aldo Galli Como
Le projet se développe à partir d’un personnage fictif qui traverse une série de vicissitudes qui l’aident à comprendre différents concepts, tels que : les préjugés, les stéréotypes, le dualisme personnel et les masques apparents, et interrogent les codes esthétiques de la société contemporaine. Les deux influences macro-stylistiques sur le projet viennent des années 90, plus précisément la pop street de Shibuya et le gothique sombre de Los Angeles. Le projet de mode qui en résulte est donc un mélange entre ces deux sous-cultures selon une clé d’interprétation personnelle.

Homme capsule Kaì par Chiara Autiero – IED Cagliari
Le projet KAÌ est issu d’une réflexion approfondie sur la cyclicité et la fugacité de la vie, confrontée à un parcours en trois chapitres qui vise à comprendre comment l’individu peut marquer son empreinte dans le temps et dans l’espace. Ces réflexions ont ensuite été concrètement représentées dans les projets à travers l’utilisation de géométries essentielles et de couleurs primaires, comme le noir et blanc.

Homme capsule Pop Porn par Giaco di Paolo – IED Barcelona
Collection inspirée de l’iconographie pop, premier contact du créateur avec la queerness, la sexualité et le genre. En utilisant des tissus facilement reconnaissables tels que le denim, le cuir ou le sweat-shirt et des silhouettes exagérées, combinés à des vêtements plus portables, un parallèle est créé entre les aspects théoriques du concept (banalité pop – philosophie queer) et un style éclectique qui combine des vêtements de différents mondes. (masculin – féminin, sportif – tailleur). Les estampes s’inspirent du segment le plus réactionnaire de la population et sont généralement liées à l’iconographie espagnole la plus stéréotypée. Une palette variée a été utilisée, alliant couleurs froides et chaudes, dont l’inspiration provient du travail de certains artistes comme Sarah Lucas ou Alina Szapoznikov ainsi que de l’iconographie espagnole.

Capsules Seis y Cuatro pour femmes par Olalla García Robles – IED Madrid
Alors que le résultat final du projet est un prêt-à-porter féminin et des accessoires, l’objectif principal du projet est de développer une nouvelle méthodologie de conception conçue pour être partagée. Seis y Cuatro a mis le processus en avant, sans anticiper le résultat, pour créer des vêtements inattendus et uniques. Cette méthodologie consiste à disséquer des images dans leurs formes les plus simples et les plus pures et à les expérimenter : l’enjeu est de regarder le processus de conception d’un point de vue différent. Parallèlement, le projet développe une ligne de recherche textile mettant en évidence les notions de “ligne” et de “matière/vide”. Cette vision culmine dans une collection où fonctionnalité et confort coexistent : motifs insolites, empreintes de mains organiques et uniques issues du recyclage de vêtements en maille et sérigraphie incontrôlée.

Homme capsule sauvage par Rodrigo Evangelista – IED São Paulo
La collection s’inspire d’un célèbre festival de Rio appelé “A noite dos Leopardos” (Nuit des léopards), créé par Eloína dos Leopardos. Il s’agit d’un spectacle de strip-tease pour femmes et gays, mettant en vedette des célébrités du monde du divertissement, telles que Caetano Veloso et Madonna. A partir de cet univers, la créatrice a exploré la relation entre l’instinct et la rationalité, entre l’homme et l’animal et a développé de nouveaux motifs d’imprimés animaliers dans une version plus artistique et pop. Comme dans les années 1980 et 1990, deux mouvements presque opposés ont été examinés : le power dressing et le japonisme. Ces traits sont visibles à travers les volumes, les plissés et les bandes. La fête s’est terminée à la fin des années 1990 en raison de l’augmentation des cas de VIH et est toujours considérée comme un point de repère dans la culture gay aujourd’hui. Avec cette collection, l’objectif est de mettre en lumière des sujets encore tabous dans notre société, comme la liberté sexuelle et la prise de conscience de la nouvelle génération qui n’a pas encore connu le pic des maladies sexuellement transmissibles.

Love Capsule Woman par Erica Rosa – IED Rio
Le projet est réalisé avec des tissus légers, flottants et confortables tels que la soie, le néoprène et le tulle, décorés de cœurs roses, coupés et appliqués à la main. Le rose est la couleur des émotions, de l’affection, de la compréhension, de la camaraderie et de la romance. Représente les sentiments liés au cœur, comme le véritable amour. Cette collection a été spécialement développée pour le moment dans lequel nous vivons tous. La peur de l’avenir et des guerres, l’effondrement du climat revendiquent le pouvoir de l’amour pour restaurer les relations humaines. Les cœurs entiers et brisés représentent la reconstruction et l’importance de l’amour dans nos vies.

Avec le patronage de la Municipalité de Florence et Pitti Immagine Uomo 102.

Leave a Comment