Micro-entreprises : meilleure distraction par option

Le décret de simplification a résolu le problème inhérent à l’application du principe de : distraction amplifiée visée à l’art. 83 TUIR à micro-entreprises qui choisissent d’établir les comptes annuels sous une forme ordinaire. Le changement est certainement à saluer car il évitera d’avoir à gérer la détermination de l’assiette fiscale à travers une double voie.

Micro-entreprises avec des états financiers super simplifiés

Afin de réduire la charge administrative pour les petites entreprises, le décret législatif n° 139/2015 a été introduit budget super simplifié pour le catégorie micro-entreprise, ou pour les entreprises qui, conformément à l’art. 2435-ter cc, n’ont pas dépassé deux des limites suivantes au cours du premier exercice ou au-delà pendant deux exercices consécutifs :

– total bilan : 175 000 euros ;

– revenus des ventes et prestations : 350 000 euros ; Et

– salariés en moyenne sur l’année : 5 unités.

Lire aussi

Les micro-entreprises sont : exempter de l’obligation de :

– préparation de la Remarque complémentaire : (à condition que les informations requises par le premier alinéa de l’article 2427, numéros 9 et 16 du Code civil italien, concernant les engagements, les garanties et les relations avec les parties liées, se trouvent au bas du bilan );

– préparation de la Aperçu financier

– préparation de la rapport de gestion (sous réserve que les données requises par les chiffres 3 et 4 de l’article 2428 figurent en bas du bilan) ;

– application des dispositions visées au paragraphe 5 de l’art. 2423 cc (dérogation à l’application des règles normales dans des cas exceptionnels);

– application de n. 11-BIS du paragraphe 1 de l’art. 2426 du Code civil italien (qui dicte la discipline des dérivés spéculatifs et de couverture), en ce que ces instruments ne peuvent pas être inclus dans les états financiers, même sur une base facultative ; Et

– valorisation au coût amorti des créances, dettes et titres de créances.

Régime fiscal des micro-entreprises

La discipline qui vient d’être mentionnée a également imposé quelques changements dans le domaine fiscal: le décret législatif 30 décembre 2016, n. 244 élargi la portée de la principe de distraction améliorée – déjà présents pour les sujets ayant adopté les normes comptables internationales – pour tous les sujets hors micro-entreprises, qui a donc continué à appliquer l’approche juridico-formelle de la TUIR.

La doctrine a critiqué ce choix législatif, soulignant tout d’abord que les holdings placées au sommet des groupes relevaient de la catégorie des micro-entreprises, notamment celles dites statiques, voire de très grande taille.

Une autre critique contre le nouveau régime des micro-entreprises était liée à l’obligation de double voiedroit civilimpôt), ce qui ne simplifie certainement pas l’activité administrative, comme c’était le but de la réforme civile.

En d’autres termes, aux fins de la détermination de l’IRESL’approche comptable n’étant pas pertinente sur le plan fiscal, les micro-entreprises ont dû reconstituer les éléments de revenu hors bilan fiscalement pertinents.

Sur la base du libellé de l’art. 83 Par ailleurs, même si la micro-entreprise avait abandonné les simplifications des états financiers et avait opté pour l’établissement des états financiers dans les formes ordinaires, TUIR n’aurait toujours pas pu accéder au principe de dérivation renforcée.

Afin d’éviter la gestion de cette double voie, la CNDCEC a immédiatement proposé d’adapter la discipline fiscale afin que les micro-entreprises qui entendaient établir des comptes annuels sous forme abrégée ou ordinaire, appliquent le principe de la dérivation d’un point de vue fiscal. Enfin, en ce sens, la circulaire Assoholding n° 1/2022 (paragraphe 4.4).

Distraction améliorée grâce à l’option

Se conformer aux demandes précitées, la décision de simplification modifiée art. 83 TUIR hors sujets auxquels s’applique la dérivation renforcée, seules les microentreprises qui ne a choisi pour l’établissement des comptes annuels sous forme ordinaire.

Ce changement permet aux entreprises qui entrent dans la catégorie en termes de taille, micro-entreprises visée à l’art. 2435-ter cc de choisir d’établir les comptes annuels dans les formes normales et donc d’appliquer la distraction amplifiée déjà introduit pour les sujets appliquant les principes comptables italiens et internationaux.

Avec cette alternative, vous pouvez : sortir de la double voie civilo-fiscale de simplification Et réduction de la charge administrative

La modification sera appliquée à partir de la période fiscale en cours jusqu’à la date d’entrée en vigueur du décret législatif ; donc les sujets avec période d’imposition 1er juillet 2021 – 30 juin 2022 ils pourraient déjà appliquer la simplification au budget qui est sur le point d’être finalisé.

Enfin, il est rappelé que l’art. 83 al. 1 TUIR a été complété par la mention suivante :

“Les critères d’affectation temporelle mentionnés à l’exercice précédent s’appliquent également fiscalement aux éléments reconnus après le processus de correction des erreurs comptables. La disposition visée à l’exercice précédent ne s’applique pas aux éléments de résultat négatifs pour lesquels le délai de dépôt des la déclaration complémentaire visée à l’article 2, paragraphe 8, du décret du président de la République n° 322.”.

Par conséquent, le principe de distraction amplifiée est également applicable après correction des erreurs comptablesmais dans la limite de terme attendus pour la présentation du déclaration complémentaire c’est-à-dire pendant la période de l’action de détermination.

Copyright © – Reproduction réservée

Leave a Comment