Éducation et liberté. Entretien avec Horst Költze par Maria Teresa De Donato. (Première partie) – WWWITALIE

Aujourd’hui, j’ai le grand honneur d’accueillir un homme très spécial, le directeur de l’Institut de formation des enseignants et écrivain pédagogique Horst Költze, mon ami, dont la vie privée et professionnelle est pleine d’aspects aussi fascinants qu’inquiétants.

Il y a beaucoup à dire sur ses activités et ses publications, mais comme à mon habitude, je m’en remets à mon hôte.

MTDD : Horst, merci d’avoir accepté cette interview et de nous rejoindre aujourd’hui.

QG : Maria Teresa, merci pour votre invitation et surtout pour votre intérêt pour le message de l’éducation globale.

Avez-vous reconnu leimportance globale du message éducatif de mes écrits, que je dois transmettre de la source de l’intuition aux “enfants du nouveau millénaire”.

Votre entretien ouvre une sphère d’influence mondiale. Merci pour cela au nom des enfants.

MTDD : Merci. Horst, vous êtes né en 1932 à Köslin en Poméranie, qui fait partie de la Pologne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Vous y avez vécu jusqu’en 1945, date à laquelle vous avez fui vers Uetersen, une ville au nord-ouest de Hambourg, avant l’invasion de l’Armée rouge.

Quels souvenirs gardez-vous de ces années et de ces événements ?

QG : En tant que garçon de 12 ans, j’ignorais les conséquences fatales de cet événement car ma mère et sept d’entre nous avons couru deux miles dans l’obscurité jusqu’à la gare le soir du 1er mars 1945. J’ai continué comme les enfants. Quand nous sommes arrivés à Uetersen, après un voyage en train de six jours, mon âme était encore secouée, je me sentais perdu dans le vide.

MTDD : Comment et dans quelle mesure ces événements ont-ils affecté votre vie, votre carrière et vos publications ?

QG : L’expérience d’être toléré en tant que réfugié, sans vrai chez-soi, pouvoir manger et se vêtir seul et n’avoir que ce dont j’ai besoin pour vivre a façonné mon attitude de base face à la vie : je suis fondamentalement reconnaissant pour ce que la vie m’a donné. , pour tout ce que j’ai pu faire et créer.

Malgré toutes les expériences douloureuses, ces événements m’ont convaincu de l’importance d’ÊTRE LÀ [= consapevolezza della propria esistenza/di vivere la vita in piena consapevolezza]† Le philosophe existentialiste danois Sören Kierkegaard formule cette croyance comme suit : “La vie est vécue vers l’avant et signifiée vers l’arrière”.

MTDD : La lecture de votre CV, en particulier dans le domaine de l’éducation, soulève d’innombrables sujets et rôles académiques et non académiques, de l’enseignant au directeur, du directeur à l’enseignant, au superviseur et au directeur de l’établissement.

Vous souhaitez résumer vos activités dans ce secteur ?

QG : Dans toutes mes différentes activités, fonctions, rôles et devoirs, les gens étaient au centre de mes pensées et de mes actions.

MTDD : Sur votre autoportrait nous lisons : “Qui je suis. MOI-MÊME ! Ça a toujours été moi.

À quel point est-il important de comprendre qui nous sommes et de vivre nos vies en pleine conscience et en harmonie avec nos valeurs ?

QG : La réponse de l’homme à cette question fondamentale de son existence, QUI EST, détermine quel destin il prépare.

Il y a deux millénaires et demi, l’oracle de Delphes a répondu à la question

“Quelle est la tâche principale de l’homme ?” :

« RECONNAISSEZ-VOUS ! »

La conscience de soi, la conscience de votre SOI, est la condition fondamentale pour vivre en harmonie avec vous-même, être en harmonie avec vous-même, être en harmonie avec vous-même dans le cosmos intérieur, vivre en paix avec vous-même.

Une telle cohérence avec soi-même est réussie lorsque l’on vit selon des croyances qui déterminent un état d’être cohérent. Un état d’être cohérent repose sur des valeurs qui améliorent la vie. Ces valeurs créent un équilibre homéostatique dans l’organisme.

jeHomo sapiens a la capacité de créer un tel état d’être organique et virtuel en tant que co-créateur dans son propre cosmos intérieur avec la capacité de s’autoréguler. Cette option humaine primordiale fonde sa liberté et sa dignité.

L’exigence de base est la connaissance de son vrai SOI.

MTDD : Dans quelle mesure les connaissances scolaires imposées par le systèmel’éducation interfère avec la conscience de son être et entrave son développement ?

QG : La connaissance prescrite et l’apprentissage contredisent la constitution ontique de l’homme, dont la principale caractéristique est la vie dans la liberté. Le poète de renommée mondiale Jean Paul Sartre a des mots clairs pour le désir inné de liberté de l’homme : « L’homme est condamné à la liberté !

Pour justifier cela, je citerai quelques détails de cette constitution anthropologique primaire :

Cette constitution humaine originelle est la base d’une société démocratique.

Cette constitution originale évoque la peur primale de tout dictateur.

Cette constitution humaine originelle a conduit à l’effondrement du MUR en Allemagne.

Et cette constitution primordiale pousse des millions de milléniaux chinois à dire au revoir au système. Ils vivent dans l’état de “Tangping”. “Tangping” signifie ne pas se faire l’instrument des autres. « Passez votre chemin, dignement. Même si vous devenez un outsider et que vous devez vous contenter de moins d’argent »dit la jeune femme chinoise, qui appelle XIFAN YANG Yao Feng dans son article “Révolte en mentant” dans l’hebdomadaire DIE ZEIT du 13 avril 2022. XIFAN YANG déclare : « Les jeunes ne sont plus impliqués. Ils se retirent, sortent, nous saluent et se tournent vers tout le mondel'”

Dans le système scolaire traditionnel, actuellement dominé dans 76 pays par l’étude fonctionnaliste PISA [Programme for International Student Assessment]Les enfants et les adolescents ont été conditionnés à s’adapter pendant au moins dix ans pendant la phase de croissance du cerveau. La région du cerveau dans le cortex frontal pour la régulation SELF est entravée dans son développement complet par l’apprentissage forcé. Dans l’apprentissage forcé, il n’y a pas de référence existentielle à la personne, au vrai SOI. Cela entrave le développement des zones cérébrales nécessaires à l’autogenèse.

À la fin de l’école, les diplômés ne savent pas QUI ils sont et ce qu’ils veulent réellement.

MTDD : Sur votre page d’accueil vous indiquez :

“La connaissance de l’école a obstrué mon système et inondé mon cœur. J’ai failli me noyer dedans.”

Pourriez-vous développer ce concept ?

QG : J’ai été “attaché” à une chaise d’école pendant des heures, parce que je devais entendre ce que le professeur essayait de me mettre dans la tête. Ce qui se passait dans mon monde intérieur ne m’intéressait pas. Tout était dans le sujet.

Les enseignants sont tenus de fournir le contenu d’apprentissage prescrit dans un certain délai et sont tenus d’évaluer les produits d’apprentissage des élèves. Les nombres motivent et conditionnent les étudiants comme des souris dans une boîte Skinner. Les produits d’apprentissage attendus sont récompensés par de bonnes notes, les mauvais produits d’apprentissage sont pénalisés par de mauvaises notes.

Mon cœur était animé par la peur d’avoir de bonnes notes pour passer au niveau suivant. Mon sauvetage a été que j’ai quitté la “prison scolaire” et que j’ai commencé un stage.

(Horst Koltze : Formation des enseignants à orientation anthropologique

MTDD : Commençons par examiner certaines de vos publications.

Les premiers étaient

Formation des enseignants à orientation anthropologique† (1981);

Formation des enseignants – Théorie et pratique des différents modèles (Et.). (1990);

Formation des enseignants en transition – Du concept de formation technocratique à la formation humaine

Dans : Ruth C. Cohn / Christina Terfurth (éd.), Enseignement vivant TCI pour les écoles

(1993),

L’Agenda Pédagogique – Un pas vers une formation responsable

Dans : Almut / Hoppe / Heike Hoßfeld (édité par),

L’évaluation comme processus – Dialogue entre auto-évaluation et évaluation externe† (2001)

(Horst Koltze : Pédagogie de l’Autogenèse

Les trois premiers titres soulignent l’importance de former des enseignants d’orientation anthropologique.

Pouvez-vous décrire l’orientation anthropologique, la théorie des différents modèles de formation des enseignants et le passage d’une éducation « technocratique » à une éducation « humaine » ?

QG : Je commence par une idée fondamentale du philosophe existentialiste Sören Kierkegaard :

“L’homme pense dans d’autres catégories que celles dans lesquelles il existe.”

Ces deux manières d’être, de penser et d’exister forment le champ de tension bipolaire de l’unité humaine. L’homme intègre opérationnellement les deux modes d’être dans ses actions.

Être enseignant se déroule à chaque minute dans la salle de classe comme une émission en direct où la pensée se matérialise en action.

L’action pédagogique professionnelle nécessite un degré élevé de conscience de soi et des effets sur les élèves.

Le professionnalisme pédagogique ne se développe que lorsque la formation des enseignants intègre les deux façons d’être, la catégorie PENSER et la catégorie ACTION, dans le processus de formation des enseignants.

La base d’un tel processus de professionnalisation de l’orientation anthropologique est l’image ontologiquement légitimée de l’homme, dans laquelle l’homme est compris comme SOI. Dans la formation des enseignants, l’auto-confrontation développe la conscience du vrai SOI dans un processus de représentation consciente.

La re-représentation du SOI est la condition fondamentale de la formation humaine.

MTDD : Dans quelle mesure l’évaluation par un tiers affecte-t-elle notre estime de soi et que peut-on y faire ?

QG : La mesure dans laquelle les autres jugent notre estime de soi dépend de notre conscience de notre vrai SOI. Lorsque la conscience de votre SOI est sous-développée, un vide virtuel apparaît dans le cosmos intérieur. Les référents dominants et les systèmes autoritaires prédominent alors dans ce vide.

Que peut-on y faire ?

Dès que l’enfant dit je, il peut s’éloigner de lui-même et est capable de se confronter au SOI. Cela signifie se confronter à des situations appropriées et promouvoir leur liberté de prendre leurs propres décisions, en prenant la responsabilité de leur SOI et de leurs semblables.

La justification anthropologique de l’agentivité réside dans la constitution originelle de l’homme. Chacun a la possibilité de s’arrêter avant de réagir. Le fondateur de l’orthophonie, Victor E. Frankl, a reconnu :

« Il y a un espace entre le stimulus et la réponse. Dans cet espace, nous avons la liberté et le pouvoir de choisir notre réponse. Notre réponse réside dans notre croissance et notre liberté »

Cette option de pause est la condition de base du réglage AUTO. L’autorégulation est réussie dès que l’homme a développé une norme autonome de valeurs pour lui-même. Par conséquent, il est indépendant de l’évaluation des tiers.

MTDD : Comment les lecteurs intéressés par l’achat de vos publications s’y prendront-ils ?

QG : Mes livres peuvent être achetés dans n’importe quelle librairie locale ou commandés via les librairies Internet.

Mes essais, comme par exemple “L’esprit évolutif transforme la conscience éducative” téléchargeable gratuitement sur Internet.

MTDD : Horst, vos publications sont nombreuses et les sujets à traiter sont aussi intéressants que profonds. Nous pourrons poursuivre cette conversation passionnante sur le monde de l’enseignement et de l’apprentissage dans notre prochaine entrevue.

Merci encore pour votre participation. Ce fut un honneur de vous avoir comme invité.

QG : Maria Teresa, merci de m’avoir invité à cet entretien.

(Horst Koltze : Tremblement de terre de l’école dans l’éducation)
Version imprimable, PDF et e-mail

Leave a Comment