Donatella Pendezza (directrice unique de Fas Pendezza) : “Révision de la législation pour les produits de divertissement pur ou un marché en grande difficulté”

Alarme lancée par l’une des principales sociétés de baby-foot, de ping-pong et de billard

L’Italie était en pleine croissance économique quand Alfonso et David Pendezza ils ont eu l’idée d’investir des ressources et de l’énergie dans un secteur émergent. C’était en 1964 et dans la haute vallée de Seriana (Bergame) était l’un des premiers producteurs spécialisés de baby-foot, tables de ping-pong et tables de billard† L’idée était de se concentrer sur des produits fabriqués avec des matières premières de la plus haute qualité et traités par les meilleurs artisans, créant des outils de jeu et d’amusement pour adultes et enfants.

Aujourd’hui le Fas Pendezza a conservé cette âme artisanale, mais l’a enrichie d’un déguisement entrepreneurial avant-gardiste, avec un espace technique d’étude et de production entièrement dédié. Bref, une excellence italienne dans le secteur dedivertissement

Parler de l’industrie, de son évolution au fil des ans, des enjeux politiques et réglementaires qui la concernent Donatella Pendezzaseul administrateur de l’entreprise et président du Confindustria Bergamo Wood Group, dans un entretien exclusif avec le directeur d’Agimeg Fabio Felici.

Passion et excellence. L’essence de votre entreprise peut-elle être enfermée dans cette phrase ?

Absolument oui. La passion a toujours caractérisé notre entreprise et je dirais aussi l’excellence car nous nous sommes toujours concentrés sur la production de jeux qui ont été au top en termes de jouabilité et de qualité.

La passion nous a été transmise par nos parents. En particulier de mon père, qui a toujours abordé ce travail avec une énorme passion et qui, malgré ses 90 ans cette année, vient tous les matins dans l’entreprise. Nous approchons maintenant des 60 ans d’activité et nous sommes déterminés à avancer du mieux que nous pouvons malgré tout

Soixante ans d’activité, une étape importante. Comment votre travail a-t-il évolué ces dernières années et qu’est-ce qui est resté inchangé ?

Notre entreprise est née avec le baby-foot, mais nous produisons également des billards, des tables de ping-pong et des jeux similaires.

Notre canal de vente traditionnel a toujours été représenté non seulement par des oratorios et des communautés, mais aussi par des bars classiques, des arcades et des particuliers. Notre marque est hautement reconnue dans l’industrie du divertissement.

Nous avons continué à développer notre activité au fil du temps. Au départ uniquement au niveau national, puis pour donner à l’entreprise une empreinte plus internationale, en exportant nos produits à l’étranger tout en maintenant un bon pourcentage du chiffre d’affaires sur le marché italien, qui nous intéresse toujours beaucoup, mais qui devient alourdi par une législation qui devient de plus en plus bureaucratique et inacceptable

Combien pèse le marché italien sur votre chiffre d’affaires ?

Les exportations ont augmenté au fil du temps et nos exportations se situent actuellement entre 60 et 70 %. Nous exportons beaucoup et vu la période je peux dire heureux. Nos jeux, tels que le baby-foot et le billard, sont reconnus comme des produits de haute qualité même au niveau international. En bref, le Fas Pendezza est certainement une excellence italienne qui est également reconnue à l’étranger. Cependant, de tous les lieux publics, nous avons essayé d’investir dans la recherche et le développement, en obtenant des produits légèrement différents qui sont plus destinés à une maison qu’à un marché public.

Des produits qui peuvent aussi devenir des meubles et des accessoires design. Bref, un changement qui nous a permis de “boucher” la période très difficile de pandémie, qui a ensuite été suivie par l’autre tuile de l’arrêté du 18/5/2021 qui reprend le paragraphe 7

Vous étiez aussi récemment à la bourse de Milan, avec un style maison presque futuriste. À l’heure actuelle, il peut être limitant de ne parler que d’une entreprise qui produit des baby-foot.

“Oui ouinous avons participé à la Design Week car notre objectif est précisément d’être présents sur le marché du design, à travers une évolution stylistique du baby-foot et du ping-pong, qui sont des jeux polyvalents et peuvent également devenir des accessoires de mobilier pour la maison et le bureau.

Le baby-foot est idéal pour cela. Vous le voulez parce que plus tard dans la vie, il évoque des souvenirs des jeux de l’adolescence dans l’esprit des gens, ou parce qu’il évoque la joie et le désir de jouer ensemble. C’est un produit qui socialise beaucoup. Et c’est pourquoi c’est aussi un plaisir de le mettre dans votre maison avec un beau design. Nous avons donc décidé de nous en tenir à cette idée et je dois dire que nos efforts ont payé. Tant sur le marché italien qu’étranger

Nous arrivons à des sujets plus douloureux. Quel impact la résolution ADM de mai 2021 et les circulaires subséquentes ont-elles eu sur votre entreprise ?

Ils ont eu un impact énorme et ont beaucoup puni, surtout dans notre cas, car ils étaient très liés au marché public. A la situation actuelle, où la guerre pose de gros problèmes d’approvisionnement en matières premières qui ne sont toujours pas disponibles avec des hausses de prix relatives, il faut aussi ajouter cette disposition réglementaire absurde qui assimile nos jeux à ceux des jeux d’argent, ceux de l’immédiat après-pandémie.

Ainsi, un chaos interne s’est créé sur notre marché, car évidemment après 55 ans de travail sérieux, mettre la tête dans ces homologues, passer du temps et gaspiller de l’énergie avec de très sérieuses difficultés car les portails qui ne fonctionnent pas, les libérations des expulsions avoir lieu avec un retard extrême, cela nous a vraiment beaucoup pénalisés. Et je ne comprends pas pourquoi, car, en plus, on parle d’un jeu qui a même été reconnu comme sport par le CONI.

Cela contraste fortement avec le décret. Si c’est un sport, comment cela peut-il être un jeu de hasard ? Nous sommes vraiment abasourdis par tout cela. Nous nous adaptons, mais avec d’énormes efforts et efforts, des dépenses et beaucoup de bureaucratie ! Nos clients réguliers, locataires et concessionnaires sont déconcertés et découragés. Les mêmes pasteurs, qui fournissent normalement gratuitement des tables de foot ou de ping-pong, songent à supprimer ces jeux. Ainsi que les sauveteurs qui les récupèrent sur les plages

Selon vous, quelles solutions pratiques et réglementaires pourraient être mises en œuvre pour ramener le secteur mentionné au paragraphe 7 à un niveau durable, compte tenu de la grande expérience que vous avez au niveau entrepreneurial ?

La seule solution est de légiférer pour exclure les jeux de divertissement purs des catégories qui sont ensuite approuvées et approuvées. Par conséquent, le décret du 18 mai 2021 qui inclut ces jeux devrait être abrogé.

Le décret devrait bien sûr être réécrit pour protéger les consommateurs contre l’addiction au jeu, mais de manière correcte. Des jeux exclusifs tels que le baby-foot et le ping-pong qui n’ont rien à voir avec la dépendance au jeu. Les dispositions ultérieures compliquent également les choses. Je sais qu’il y a eu des questions parlementaires et des interpellations pour faire la lumière sur la question. Bref, les catégories bougent, mais pour l’instant nous sommes tous soumis à ce décret qui, je le répète, crée de la confusion et des problèmes et ne permet pas aux entreprises d’opérer dans ce climat de sérénité et de redémarrer qu’elles méritent après deux ans de pandémie.

Nous sommes très inquiets car beaucoup de nos clients nous ont dit que si ce règlement absurde ne changeait pas, ils annuleraient les commandes. Nous pensons que les lois doivent améliorer et développer les emplois et les entreprises, surtout pas pour les enterrer

Leave a Comment