Entre passé et futur, Michel Steyaerts “20 ans”

CLARO – Qui est dedans, qui l’envisage et qui l’a déjà passé : vingt ans est un objectif qui nous marque tous à la fin.

Des expériences qui aident à mûrir, des cœurs brisés et de nombreuses erreurs : beaucoup de choses se passent à cette époque, qui devient comme un pont entre le passé et l’avenir. Entre background et expériences à la première personne, l’artiste tessinois Michel Steyaert en parle en musique, qui a sorti son premier EP intitulé “20 ans”, actuellement disponible sur YouTube et bientôt sur toutes les plateformes de streaming.

Pourquoi 20 ans ? Est-ce juste un chiffre ou cela signifie-t-il plus pour vous ?
«Eh bien, je suis dans l’année des années vingt, et c’est pourquoi j’ai décidé de faire la chanson sur les années vingt. Pourtant, c’est une étape importante, l’âge dont beaucoup se souviennent de façon plus nostalgique de la jeunesse, de l’insouciance : j’ai 20 ans, je suis jeune, je fais ce que je veux, comprenez-moi mal.”

“Ne vous méprenez pas”. Y a-t-il encore autant d’erreurs à cet âge ?
“C’est inévitable : nous sommes de jeunes adultes, nous apprenons encore.”

Cependant, vous sentez-vous plus mature que votre âge ?
“Quand je dois être sérieux, je sais être, quand il s’agit de blagues je suis aussi le premier. Je dois dire cependant que je suis resté plutôt joueur : même un des tatouages ​​que j’ai est Peter Pan, qui symbolise le fait de ne pas grandir (rires, ndlr) ».

Vous aimez “jouer” avec la chronologie, parler de l’âge, du passé, du futur, du présent.
“Ouais, disons qu’il y a eu une période cette année où j’étais plutôt mauvais, où j’étais principalement stressé pour l’avenir, donc je me suis en quelque sorte appuyé sur ça dans l’EP aussi (il y a une chanson spéciale pour le thème, “A voyage dans le futur”). Je joue beaucoup là-dessus : c’est quelque chose qu’on ne peut pas changer à la fin, mais j’aime en parler ».

Vous appelez ça “20 ans”, que représente New York pour vous ?
“En général, pas seulement New York, mais les États-Unis : je le vois comme un pays avec beaucoup de rêveurs, surtout quand il s’agit de musique : tu vas en Amérique pour chercher ton bonheur”.

Vous dites aussi souvent “je suis perdu”. Est-ce quelque chose que vous avez vécu de première main ?
“Oui, j’ai eu une période assez difficile, avec un peu d’épuisement professionnel, où je me suis littéralement perdu. En fait, dans un texte je dis que je suis perdu “en moi”, et même “All black” colle un peu à ça. Une période relativement très négative, mais qui a aussi conduit à quelque chose de positif, réfléchissons-y de cette façon : vous fermez une porte et ouvrez une porte ».

Êtes-vous optimiste alors ?
“Non, en réalité je suis très pessimiste (rires, ndlr), je me souviens au début avec la musique… mais d’un autre côté aussi un rêveur, donc j’espère que ça ira”.

Lumière, blanc, noir, blanc : aimez-vous vraiment la symbolique des contraires, du yin et du yang ?
“Oh oui, en tant que personne, je ne peux jamais dire peut-être, pour moi c’est toujours oui ou non, il n’y a pas de juste milieu, ou tout va bien ou tout va mal”.

Les chansons sont-elles toutes récemment conçues et écrites ?
“Je les ai tous écrits à partir d’août : en décembre, nous avions clôturé tous les numéros… sauf “20 ans”, qui était un peu une loterie, dans le sens où mon équipe était un peu divisée sur la décision de le retirer. .à apporter ou pas (il y avait aussi une autre chanson qui jouait) Mon producteur et moi avons décidé de nous concentrer sur « 20 ans » et au final je peux dire que je l’ai gagné, c’est la chanson la plus écoutée ».

Avez-vous déjà reçu des commentaires importants ?
“Sûrement de ma famille : ma tante, qui travaille dans le monde de la musique (Judith Emeline, ndlr) et qui m’a aidée à la rédaction et m’a donné des retours positifs sur tout, et ça c’est très important pour moi. Puis mes petits cousins, qui m’ont dit : « Tu as fait une chanson rock comme Maneskin ! Tu vas à Sanremo !” (rires, ndlr). En général, les retours ont été très positifs, aussi en termes d’avis ».

Allez-vous faire plus de vidéos, de chansons ?
“Oui, nous avons décidé de faire la vidéo de deux chansons, et à la mi-juillet nous sortirons celle de “A Journey to the Future”. Ce sont les deux chansons auxquelles je suis peut-être un peu plus attaché et qui m’ont le plus inspiré en termes de vidéo ».

Avez-vous déjà quelque chose d’autre en préparation ou appréciez-vous actuellement la sortie de l’EP ?
“Un numéro d’été sortira le vendredi 1er juillet, puis je prendrai des petites vacances.”

Leave a Comment