L’Église dans le monde numérique. Bolzetta : “Promouvoir un réseau de proximité, d’écoute et de relation”

Sur la couverture du livre, dont la préface a été écrite par le pape François, il y a un code QR qui se connecte à un portail, où il y aura toujours du contenu mis à jour

(Photo: du streaming WeCa)

« L’Église dans le monde numérique : outils et propositions ». Comment créer un site internet paroissial ? Et comment utiliser les réseaux sociaux pour la pastorale ? Comment, en somme, vivre « L’Église dans le monde numérique »† C’est le titre du volume édité par Fabio Bolzetta, avec la préface de le pape François, publié par Tau Editrice, présenté aujourd’hui, lundi 20 juin, à Rome. Le volume, né de l’expérience des 150 tutoriels vidéo deAssociation italienne des webmestres catholiquesWeCa), propose un parcours en quatre étapes pour réfléchir, découvrir, partager sur les réseaux sociaux et publier l’expérience d’une église également présente dans le monde numérique. Un chemin qui, surtout à la lumière de l’expérience pandémique, propose de “vivre numériquement” avec sensibilisation et formation sans perdre de vue l’évolution continue des outils et plateformes numériques. Proposer une couverture de livre “interactive”, avec la présence d’un QR code et le développement d’un algorithme qui accompagne la lecture et l’enrichit d’apports multimédias constamment mis à jour. Nous parlons de Chiesa et numériquement avec le conservateur de la collection, Fabio Bolzettaprésident de WeCa.

(Photo : WeCa)

Alors que la présence du réseau de l’église était antérieure à Covid, avec la pandémie, le phénomène a connu une expansion majeure…
Les premiers sites Internet d’inspiration catholique sont apparus en Italie à la fin des années 1990. À partir de là, il y a eu une croissance numérique importante et, avec un saut dans le temps, la pandémie à ce jour a eu pour effet de revitaliser l’utilisation des nouvelles technologies que nous appelons toujours nouvelles, mais qui n’ont pas été inventées maintenant : cependant, avec la pandémie, nous avons redécouvert les outils numériques, que nous utilisons tous les jours, même au sein de l’église. Cependant, cette redécouverte n’a pas été suivie de l’attention nécessaire à la formation et c’est ce que nous ressentons aujourd’hui comme le premier besoin, à savoir l’attention à la qualité de la présence catholique sur le web et, comme deuxième aspect, à une approche numérique renouvelée dans pastorale. . En effet, on constate que ces outils ont tendance à être utilisés verticalement et non horizontalement. Au lieu de cela, avec ce livre, nous essayons de promouvoir un réseau de proximité, d’écoute, qui n’est pas un réseau qui étouffe, mais qui facilite une série de connexions, qui soutient, qui embrasse, qui peut lâcher prise à travers ses nœuds. vagues d’actions régénératrices.

Comment aider les paroisses, les prêtres, les associations catholiques, les congrégations religieuses, les agents pastoraux à tirer le meilleur parti de ces outils sur Internet ?
Dans les 150 tutoriels que nous avons atteint aujourd’hui, la première tâche consistait à rechercher les outils du réseau et la présence Web de notre monde, rechercher les thèmes et dessiner un fil, une proposition, non pas à travers les quatre pôles d’une boussole, mais par quatre étapes:

réfléchir, découvrir, partager et publier.

Nous avons d’abord essayé de réfléchir aux thématiques du réseau, comme la citoyenneté numérique et l’information ; sur ce qu’il faut garder et ce qu’il ne faut pas garder des rencontres numériques après la pandémie ; sur les valeurs éthiques et l’intelligence artificielle. Une deuxième étape a été de concrétiser en découvrant quels sont les principaux hashtags pour la prière, ou, comment et quels outils utiliser pour un bulletin paroissial, qu’est-ce que Wikipedia et Cathopedia. Et puis, encore une fois, allons sur les réseaux sociaux pour partager : alors, comment utiliser Instagram pour la pastorale ? Et quels conseils peut-on donner pour un profil Facebook pour prêtres et religieux ? Ou que partage un prêtre sur Facebook ? Ce sont aussi des exemples très concrets qui ont été insérés dans un guide pratique, mais c’est ensuite un volume qui peut être lu avec le smartphone.

(Photo: Weca)

Comment?
A partir d’aujourd’hui 20 juin, un QR code a été activé sur la couverture : le livre fait en effet partie d’un projet multimédia WeCa : nous avons créé un portail ad hoc, qui guide la lecture du texte. Il y aura toujours du contenu mis à jour, car c’est un monde en constante évolution, et le portail guide la lecture du texte, renvoyant du contenu mis à jour et supplémentaire. Ensuite, chez WeCa, nous avons développé un algorithme qui, en fonction des questions et des réponses – « Que recherchez-vous sur le Web ? Qu’est-ce qui vous intéresse?” – et par qui la question est posée – un séminariste, un prêtre, un religieux, un laïc, un parent, un pasteur – renvoie des ressources et des contenus sur mesure. Toujours en interne chez WeCa, nous avons développé la skill “Amazon Alexa” de l’appareil pour les podcasts de nos tutos. Aujourd’hui, il est difficile de penser à une communication sur un seul segment : uniquement papier, uniquement multimédia, uniquement écoute. D’un côté, le texte s’inscrit dans le parcours de l’association, qui s’occupe de ce problème depuis 2003, avant même Facebook, Twitter, TikTok et Instagram, et de l’autre il vise à promouvoir l’éducation intégrée. Ce n’est pas un hasard si la collaboration de WeCa avec le Dicastère pour le Service du développement humain intégral et la Commission Covid-19 du Vatican se concentre précisément sur ce besoin d’éducation intégrale.

(Photo : WeCa)

La préface du livre est du Pape François…
Nous ne pouvons qu’exprimer une gratitude infinie pour le don de ces paroles que le pape François a voulu nous confier et qui sont une clé pour comprendre ce qui s’est passé pendant la pandémie et la dévotion des prêtres, une dévotion que nous avons également racontée, des communautés les plus touchés par la pandémie, en particulier lors du premier confinement. Après ce constat de la créativité des prêtres, où l’utilisation des outils numériques s’est fortement développée et même un peu exagérée, le Pape nous invite maintenant à nous concentrer sur la nécessité de la formation. C’est un texte spécialement dédié aux prêtres.

Le Pape nous rappelle qu’il y a beaucoup à faire pour apprendre à écouter, engager et éduquer les jeunes digital natives,

qui peut-être – écrit François – pour insuffler une nouvelle vie aux sites paroissiaux. Le Pape reconnaît que le virtuel ne pourra jamais remplacer la beauté des rencontres en face à face, mais le monde numérique est habité et habité par des chrétiens. Reconnaissants au Pape pour ces paroles qu’il nous a confiées, soyons attentifs au moment très particulier que nous avons vécu et aux étapes qui nous attendent maintenant en tant qu’Église et en tant qu’Église engagée dans l’environnement numérique, dans lequel nous aussi chercherons et essaierons d’offrir la nôtre toute petite contribution, sur la pointe des pieds, surtout d’un point de vue service.

Quelles sont les erreurs les plus courantes et quelles sont les possibilités de présence de notre monde dans l’espace numérique ?
Il y a des réalités plus structurées et d’autres moins. Si aujourd’hui je dois m’attarder sur une question critique, c’est celle de la solitude, c’est-à-dire le sentiment que la prise en charge du site paroissial ou d’une communauté religieuse ne s’inscrit pas dans un véritable projet de communication, mais c’est quelque chose qui est délégué à une personne et cela s’ajoute aux obligations qu’elle a déjà. Outre l’isolement et donc la proposition de le briser, une autre frontière est l’immédiateté, qui est un peu calquée sur les histoires, qui sont aussi animées par de nombreux prêtres aujourd’hui. Alors,

il y a un petit risque d’une relation basée sur l’instantanéité, qui se dissout au bout de 24 heures comme contenu et thèmes.

L’enjeu d’aujourd’hui est de favoriser la relation qui peut être entretenue voire provoquée par le numérique puis être animée et poursuivie même en présence. Une relation qui va au-delà de cette notion d’immédiateté, mais qui nous regarde aussi en tant que communauté, le web en tant que communauté, l’avenir du réseau, car c’est un espace qui nous interpelle de plus en plus.

Les médias sociaux peuvent-ils être utilisés efficacement pour la pastorale ?
Bien sûr, nous donnons des exemples. Les médias sociaux peuvent être un outil qui va au-delà de la pastorale, il suffit de penser que TikTok est initialement né avec une empreinte éducative, puis est passé à un autre aspect. Les réseaux sociaux ont la valeur de la connexion, mais l’approche plus conflictuelle doit être surmontée pour favoriser un réseau qui nourrit les relations. Cela demande beaucoup de préparation et d’entraînement. Comme le Pape nous a invités à le faire dans le message de la Journée mondiale des communications sociales 2022, nous devons promouvoir la valeur de l’écoute même dans ces espaces, car ce sont certainement des espaces de discussion, mais ils peuvent et doivent devenir des espaces de dialogue et de relation à travers les lignes directrices de rencontre et d’écoute.

Leave a Comment