Prisons surpeuplées, 3.792 détenus purgeant des peines de moins de 2 ans : le bilan du garant

Des prisons surpeuplées et un taux de suicide élevé. 1 319 sont incarcérés pour avoir purgé une peine de moins d’un an et 2 473 autres pour une peine d’un à deux ans : les chiffres du rapport présenté par le Garant des droits des personnes privées de liberté.

Des prisons de plus en plus surpeuplées. Le garant des droits des personnes privées de liberté personnelle Mauro Palma a présenté aujourd’hui le Rapport annuel au Parlementen présence du Président de la République Sergio Mattarella.

Selon le rapport du 53 793 détenus effectivement présents dans les prisons italiennes et sur 38 897 purgeant des peines définitives“1 319 sont incarcérés pour avoir purgé une peine de moins d’un an et 2 473 autres pour une peine d’un à deux ans” (au total 7% du total).
pour Palma, « Il est superflu de se demander quel a pu être le crime commis que le juge a jugé digne d’une peine d’emprisonnement d’une si courte durée ; il est assez important de constater que son exécution en prison, même dans une justice comme la nôtre, qui prévoit pour les formes alternatives de peines courtes et moyennes, est le symptôme d’une minorité sociale qui se traduit aussi par le manque d’outils pour appréhender ces possibilités, d’un accompagnement juridique efficace, d’un réseau d’entraide ».

Le Garant attire également l’attention sur la suicidés en prison – 29 jusqu’à présent plus 17 décès pour des causes à déterminer – et sur les violences qui ont eu lieu, par exemple, à Santa Maria Capua Vetere, qui nécessitent “capacité à déterminer rapidement” Et « une identification rapide des responsabilités, y compris pour la protection des personnes faisant l’objet d’accusations aussi graves que la torture ou celles tout aussi graves de complicité avec les personnes accusées de ce crime ».

Nicola Di Santo, l’Italien passible de la peine de mort en Indonésie : “En prison, mauvais traitements et torture”

consiste “un malaise bien présent dans le système de détention pour adultes : le nombre de gestes d’automutilation et surtout de suicidesl’âge et la fragilité, souvent déjà connus, des auteurs de ces gestes définitifs sont un avertissement”

Garantie contre l’empêchement à la réforme des peines perpétuelles

Le Garant a également critiqué le texte rendu public par la Chambre à :emprisonnement à vie, c’est-à-dire l’impossibilité de suspendre la peine de prison dans les cas où le condamné pour crimes mafieux ne veut pas coopérer avec la justice. La réforme doit être approuvée par le Sénat avant le 8 novembre, conformément au nouveau délai donné aux Chambres par le Conseil – qui “dispositions résolument péjoratives quant à la discipline sur laquelle elle est intervenue”. Au 31 mars, 1 822 personnes ont été condamnées à la réclusion à perpétuité, dont 1 280 à perpétuité.

« Il est franchement difficile de réduire ce travail de réforme aux principes et paramètres de la révision des exclusions absolues prévues à l’article 4-bis du système pénitentiaire, les premières marquées et les secondes indiquées par l’arrêt du Conseil »écrit le Garant, pointant l’une des dispositions péjoratives de la discipline actuelle, l’allongement du délai, de 26 ans à 30 ans, pour l’accès à la demande de libération conditionnelle des condamnés à perpétuité et à ceux de la durée de liberté surveillée , passé de 5 ans à 10.

“Cependant, le point qui semble plus tendu que les instructions de la Cour réside précisément dans les conditions prescrites pour l’accès à toute prestation (tous, y compris la prime permis) ou mesures alternatives prévues par la loi, ainsi que la libération conditionnelle. Un complexe une série d’accomplissements de preuves difficiles sinon irréalisables et qui portent principalement sur le passé, sur l’histoire de la personne souvent condamnée dans un temps lointain et se référant à des prédictions pronostiques comme une épreuve diabolique ».

Cpr, séjour trop long dans les centres : rapatriement à 49%

La Garante nationale des droits des personnes privées de liberté tire également la sonnette d’alarme à condition de : Centres de retouraussi surpeuplé: « Le pourcentage de rapatriements par rapport au séjour dans les centres de rapatriement n’a pas changé : actuellement dans le 10 Cpr, d’une capacité totale de 711 places, environ 49 % des personnes qui y ont été confinées, soit une moyenne de 36 jours. la question de la légitimité d’une telle détention alors qu’il est déjà clair a priori que le rapatriement vers ce pays particulier ne sera pas possible ».

« Par rapport à 44 292 personnes inscrites dans les hotspots en 2021 (dont 8 934 mineurs) – rappelle Palma – let 3 420 personnes ont été rapatriées. Les données sur les enregistrements des hotspots étaient donc comparables à 2017, mais avec une prévalence de présence à Lampedusa égale à quatre fois cette année-là. La nouveauté récente a été l’utilisation accentuée de « navires de quarantaine » abritant 35 304 personnes en moyenne pendant 11 jours »une solution garantie “des conditions logistiques certainement meilleures que celles des hotspots bondés” mais “provisoire” Et “chere”. Pour cette raison, Palma a évalué positivement la suspension de l’instrument de quarantaine des navires depuis le 31 mai de l’année dernière.
Dans son ensemble “thème – poursuit le Garant – cependant, il est toujours traité, dans ses améliorations et ses problèmes permanents, en termes d’urgence et non structurels : comme s’il s’agissait d’un autre problème nouveau, pour lequel une politique solide et non cyclique doit être développée au niveau italien et européen. La modalité actuelle, consistant en hotspots, Cpr, tentatives de rapatriement, nombres asymétriques entre les arrivées, rapatriements et insertions positives dans la communauté, a surtout causé beaucoup de souffrances inutiles et de grandes dépenses de ressources, de personnes et d’argent, n’a pas les caractéristiques de une “politique” efficace qui est menée à la lumière d’un thème qui ne diminuera pas dans les années à venir et qui, au contraire – comme déjà prévu par de nombreuses parties – prendra de l’ampleur, compte tenu également des nombreux conflits armés dans différentes régions de la planète et en particulier de cette dernière encore plus proche de nous ».

Leave a Comment