Concerts et danse à la Fabbrica del Vapore | 21 juin

Du 21 juin au 21 septembre, “Vapore d’estate” revient à la Fabbrica del Vapore, un programme d’été dans le cadre du programme culturel de la ville “Milano è Viva”.

Un été riche en événements

Trois mois de musique, de performances, d’arts visuels et d’activités pour enfants et adolescents pour connaître ou redécouvrir les différents visages de Fabbrica. La nouveauté de cette édition est le projet artistique “Tu me trouveras si tu me veux dans le jardin”, une installation in situ conçue pour les espaces de la cathédrale, qui sera repensée pour l’occasion en jardin inter-espèces.

“Vapore d’estate” habitera différents espaces de la Fabbrica, à l’intérieur comme à l’extérieur, serpentant à travers concerts, projections, spectacles et performances, expositions et activités dédiées au jeune public, révélant ainsi l’âme multiforme des dix ateliers promouvant l’initiative express .

Recueillis en 2019 dans l’ATS Vapore avec le partenaire principal Fattoria Vittadini, les 11 laboratoires + 1 archive qui habitent actuellement les espaces de Fabbrica del Vapore opèrent dans différentes disciplines des arts visuels et du spectacle, mais avec “Vapore d’Estate” ils démontrent leur interconnexion en travaillant ensemble pour la construction d’un espace commun, conçu ensemble, créé ensemble et habité ensemble, qui vise non seulement à être un lieu de choix pour la culture et l’art à Milan, mais aussi un point de référence pour la formation, la croissance et visibilité pour les jeunes créateurs, chorégraphes, interprètes et auteurs.

Le projet de la cathédrale

Une nouveauté importante de la troisième édition de l’exposition est le cadre in situ de la cathédrale, l’espace le plus représentatif et le plus fascinant de Fabbrica del Vapore.

Studio Azzurro, Careof, Ariella Vidach-AiEP, Fattoria Vittadini et Contemporary Music Hub ont conçu le projet unitaire de conservation et d’exposition “Vous me trouverez si vous me voulez dans le jardin”, qui réalise la nécessité pour les marchands d’aller au-delà des espaces de l’individu de se manifester en plein air, dans la multiplicité des vocations des réalités individuelles et restituant une vision commune de la contemporanéité.

L’exposition “Tu me trouveras si tu me veux dans le jardin” transforme l’espace puissant de la cathédrale et l’espace qui lui fait face en un jardin inter-espèces où vidéos, corps, dispositifs interactifs et installations sonores captent la complexité de la monde contemporain, la nécessité de proposer de nouvelles perspectives de coexistence et de nouvelles subjectivités et alliances, renforçant la réflexion sur des questions telles que la redéfinition de l’espace et du corps au seuil du virtuel, les pratiques de résistance et de démocratie, comprises comme accessibilité, mais aussi comme une ouverture aux corps hybrides et sensibles.

Une grande installation multiple – un “habitat transhumain” – s’articule dans le cadre solennel de la cathédrale, créant un scénario mobile et participatif : les trois grands parachutes inversés du char “Il Soffio sull’Angelo” du Studio Azzurro, peuplés de corps projetés qui réagir au souffle des visiteurs. Dans ce scénario de corps sensibles électroniques, les corps des interprètes du projet “Dix jardins à ne pas manquer” d’Ariella Vidach-AiEP, présentés en dialogue avec les auteurs dans un triptyque vidéo de Careof, avec la caverne, l’argile et le son installation “Hommage à Alvin Lucier” par l’ensemble mdi et avec l’exposition “FeMale” par Fragile Artists présentée par Fattoria Vittadini.

Une exposition qui part de la spécificité de l’espace pour le repenser et qui entrera en dialogue avec la programmation plus large de la revue “Vapore d’estate”. En effet, “Tu me trouveras si tu me veux dans le jardin”, qui ouvre le jeudi 7 juillet à 18h30, sera utilisable jusqu’à la fin de l’exposition, ouverte ponctuellement pour des croisements performatifs, des rencontres, des conversations, des partages , en dialogue constant entre l’intérieur et l’extérieur. Un paysage de transition où les parcours génératifs et les productions s’activent, où la recherche s’accompagne de projets de formation.

Le programme de rendez-vous

Outre le grand projet pour la cathédrale, la proposition “Vapore d’Estate” se déploiera avec quatre parcours thématiques entrelacés : musique, danse, arts plastiques, enfants, entrée libre ou avec un billet à petit prix (de 3 à 12 euros ).

Ce sera la musique qui inaugurera le calendrier des rendez-vous avec le concert de Divertimento Ensemble le 21 juin à 22h : l’ensemble invité FontanaMIX présentera l’œuvre de Georg Friedrich Haas Solstices avec qui, à la date du solstice d’été, Divertimento Ensemble accueillera la Fête de la Musique 2022 et inaugurera l’affiche de la troisième édition de Vapore d’Estate. Le 12 septembre, Divertimento Ensemble présente les Concerts de clôture du Cours de direction d’orchestre pour le répertoire pour ensemble avec des musiques de Donatoni, Iannotta, Gervasoni et Maxwell Davies.

IsolaMusic présente Fabbrica di notes estate, un voyage jazz des USA à la France, à travers le Brésil en trois concerts : Jazan Greselin Electric Trio Lejos (30 juin) trio aux sonorités hard/bop, Paros Duo (7 juillet) en constante recherche d’italien- Des mixes sud-américains, pour finir avec Mrs & Mrs Ripley (14 juillet) qui recréera le temps d’une soirée l’ambiance du jazz manouche parisien. Le 8 septembre, le rendez-vous est plutôt avec Urban Cluster, un projet sonore sans frontières de style ni de genre, toujours en mouvement à l’horizon de l’improvisation.

Plus de musique avec l’ensemble mdi qui se produira à la place le 23 juin et le 11 septembre dans deux concerts avec les compositeurs de l’École civique de musique Claudio Abbado et avec Emiliano Turazzi respectivement.
Ariella Vidach-AiEP propose également un rendez-vous avec la musique : Elementare (1er juillet), un projet de performance du Collectif Amigdala qui appelle le public et les artistes à partager le temps d’une soirée dans un espace où la présence des artistes et du public est incertaine est des limites.

A partir de juillet, MMT propose plusieurs sets live de musique électronique et contemporaine sur la place. Il y a aussi le programme musical de Vapore1928, le bar Fabbrica, qui accueille un riche calendrier de DJ sets, de soirées Jazz, de piano-bars et de comédies debout dans la version estivale du lieu, avec chaises longues et parasols.

Les spectacles de danse

La section danse organisée par Fattoria Vittadini, Ariella Vidach-AiEP et DiDstudio est également très riche. De nombreux artistes invités à se produire à Spazio Fattoria, DiDstudio, la cathédrale et la scène extérieure; en juin la compagnie Arearea avec « Box Two » (22 juin), une performance dans laquelle les danseurs évoluent dans un cube de plexiglas qui délimite et limite les mouvements ; le 25 juin, un triple programme avec “Ailleurs au-delà du monde” de la Compagnia Atacama au DiDstudio, tandis qu’au Spazio Fattoria Chiara Ameglio / Fattoria Vittadini et Giovanni Careccia / Oplas pour la dernière nuit du festival de danse contemporaine “Quasi Solo”, promu par le CLAPS Circuit Lombardia revient cette année encore à la Fabbrica del Vapore.

Elle se poursuit en juillet avec Movimento Danza (2 juillet) dans “The Pandemic Dances”, un triptyque de danses courtes qui s’entrecroisent sans jamais se toucher, né pour faire de la distanciation sociale par nécessité, une prémisse créative ; les 7, 8, 9 juillet, Ariella Vidach-AiEP vivra dans l’installation à la cathédrale des “Dix jardins à ne pas manquer”, un happening de performance collective dans lequel le spectateur acquiert un rôle à la fois actif et critique, capable de définir et transformer la scène par ses choix et sa présence. Ça continue avec la compagnie Etemporada avec “Lo Stato della Materia #ilmutaforme” (8 juillet), collectif créé par la Sicile avec “Female escape” (21 juillet), autre triptyque de solos d’autant de danseuses aux bases différentes mais au dénominateur commun , Mémoire; et encore Cristina Kristal Rizzo (20 juillet), accompagnée de Francesca Selva (24 juillet) avec “Mercy”, l’histoire du protagoniste du même nom qui devient un symbole du malaise d’une société agitée et de plus en plus indifférente.

La danse revient ensuite en septembre avec “Alfa” d’Artemis Danza (9 septembre), un solo dans lequel le corps devient un instrument de projections, de souvenirs et de visions, et avec le “Festival NAO”, curatée par Ariella Vidach-AiEP, plateforme pour des artistes qui se démarquent par leur vocation interdisciplinaire entre la danse et les arts visuels. Precisely dance conclura la troisième édition de “Vapore d’Estate” avec le projet “Common Cloud”, à nouveau curaté par l’AiEP, qui vivra dans la cathédrale en octobre avec des performances et des installations.

C’est une intersection interdisciplinaire de la section des arts visuels. Le projet “Tu me trouveras si tu me veux dans le jardin” créé pour la cathédrale est accompagné d’autres propositions individuelles : en juillet, Viafarini organisera deux “Ateliers ouverts” (7, 19 juillet) qui donneront l’occasion de visiter et rencontrer les artistes en résidence, en plus de “Piano Installation” inspiré du happening “Empty Words” de John Cage qui s’est tenu à Milan en 1977 ; en septembre, la proposition de Viafarini entremêle à la place d’autres pensées, comme la philosophie et le cinéma: “Combinaison de combinaisons – philosophie appliquée aux pratiques artistiques” (21 septembre) est un retour de l’atelier de philosophie avec et pour des artistes dirigé par le philosophe Davide Dal Sasso, à nouveau protagoniste le lendemain de “Sous le signe de l’essentiel” dans lequel il s’entretient avec la curatrice et chercheuse Irene Sofia Comi. Le 23 septembre, en revanche, “Sujet minimal”, présentation de l’atelier d’écriture pour film et vidéo dans les archives Viafarini par la scénariste et réalisatrice Gaia Formenti.

Careof présente la nouvelle édition de “Breraklasse”: du 15 au 22 juillet, les productions artistiques de dix étudiants de l’Académie de photographie de Brera, réunies dans un projet organisé par Elisa Medde, peuvent être vues.

Après la pause estivale, les propositions seront plutôt “Suis-je un espion ?” en collaboration avec la Monash University of Melbourne et le Professeur Warren Taylor, en plus du rendez-vous habituel avec ArteVisione, cette année en version EXTENDED fin septembre pour fêter les 35 ans de Careof et les 10 du projet ; en plus de l’atelier pour les artistes de moins de 40 ans, deux journées d’approfondissement ouvertes au public avec des invités internationaux sur les travaux dans le domaine de l’image en mouvement.

Leave a Comment