ok de la Chambre à l’ordre du jour de la majorité sur le rapport Canzio. Libera a été rejeté

Après la séance de nuit, qui s’est terminée à minuit, les travaux ont repris ce matin – en deuxième appel – à partir du paragraphe 10. La phase de répétition a commencé avec l’intervention du Secrétaire d’État Ugoliniqui ont répondu aux oppositions, notamment en ce qui concerne leur contribution au processus de réforme. controverséessentiellement, un leur absence dans la phase de synthèse† Prochain Matteo Rossic Radio Nationale Publiquedonné une conférence à un OdG – signé par la Majorité et par Fabrique de Rossano – exprimer sa satisfaction quant à l’évolution de la juridiction, et sa satisfaction quant à ce qui a été certifié par le GREC; et ce grâce au train de réformes adopté ces derniers mois. Une attention maximale est également requise pour le danger d’invasions mutuelles de la chanson entre la politique et la justice. Enfin, le Congrès s’engage à préparer les interventions nécessaires pour répondre au manque de ressources humaines, infrastructurelles et technologiques de la Cour. Autour du . suivre Secrétaire d’État Lonfernini, qui a regretté la position d’une partie de l’opposition. D’où une invitation à mettre en place un système sur ces sujets. Mais il ne manque pas d’un coup de feu au précédent Majorité d’Ora.sm† il a parlé d’une situation confuse concernant la gestion du dossier Justice, “Apparemment partial” et l’absence totale de sérénité dans la salle d’audience. les directeurs de Libreavec des reprises de Giuseppe Maria Morgantic Alessandro Bevitori, Eva Guidi et Vladimiro Selva† Les réformes exigent une attitude toujours attentive et constructive. On a dit que « l’agressivité » du gouvernement envers le rôle de l’opposition est vaine. Donc deux Odg. Dans le premier – axé sur la question de la limitation procédurale (1 011 cas signalés) – la Cour est invitée à mener une enquête interne sur les causes. La seconde, en revanche, appelle à une intégration du rapport avec les données spécifiques du travail de chaque magistrat. Au cours de la confrontation, qui a également participé Alessandro MancinicNPR, nous sommes ensuite revenus sur la question très discutée du quorum à l’occasion de la session du Conseil judiciaire plénier du 24 juillet 2020† avec des positions qui restent éloignées. Discours également par Rossano Fabbri, groupe mixte, qui a qualifié les accusations de l’opposition d’infondées ; en fait, il y a eu des « défenestrations » au tribunal. Je crois que nous ne pourrons jamais être objectifs sur la justice des deux côtés, a-t-il déclaré Grace Zafferani

Groupe mixte ; qui se souvint également de sa propre expérience en tant que Capitaine Régent† Il y a eu une atmosphère indigne pendant des années, a-t-il dit. Enfin, les conclusions du secrétaire d’Etat à la Justice. De Ugolin l’espoir qu’une nouvelle phase s’ouvrira effectivement. Rappelez-vous, cependant, la communication “continue” de l’opposition sur ces questions avec des expressions comme la “terre des pois chiches” désormais familière. Enfin, il a souligné que dans toute confrontation il faut finalement « trouver un point d’équilibre » ; et c’est précisément à ce point que se concentrent les contestations contre les forces minoritaires. Nous avons ensuite procédé au vote sur les 3 OdG présentés. La proposition de la majorité a été déclarée acceptable par le secrétaire Ugolini. Cependant, il s’attend à ce que la résolution et la planification de la question du « palais de justice » ne soient pas faciles. En revanche, le sujet du premier agenda de Libera est déjà “considérable”. L’enquête interne fait déjà partie des responsabilités du gestionnaire – a expliqué le secrétaire d’État – et nous nous dirigeons déjà vers un équilibre des charges de travail pour éviter les règles de procédure. La Commission a également déjà été informée, qui a pris des mesures pour rappeler les magistrats à une plus grande diligence. Même ligne sur l’autre agenda de Libera, celui d’analyser la productivité des magistrats individuels. Une évaluation est déjà prévue tous les 5 ans, explique Ugolini. Puis les explications de vote des différentes forces à l’ordre du jour de la majorité. Libera a fait part de son opposition, évoquant notamment la formulation d’un passage : critiquer – souligne Eva Guidi, évoquant la séparation des pouvoirs de l’État – ne signifie pas « prendre ». Ces opinions sont si générales qu’il n’est pas clair si l’on partage la ligne de Canzio, a noté Andrea Zafferani, pour RF. Il manque des choses importantes, notamment les éléments qui reviennent au premier plan dans l’agenda de Libera : le règlement et « l’évaluation » des magistrats. Dan Rossano Fabbri, groupe minoritaire mixte; à ce sujet, en tant que MID, nous nous plaçons à côté du pays, nous soutiendrons l’Odg. Alberto Giordano Spagni Reffi a annoncé le vote positif de RETE et de la pleine majorité et a déploré la position de l’opposition. Enfin, l’ordre du jour signé par la majorité et signé par Rossano Fabbri a été approuvé. Premier agenda donc de Libera, celui sur l’analyse de la « productivité » des magistrats individuels. Gian Nicola Berti est intervenu pour exprimer la position de l’ensemble de la majorité. Selon lui, l’ordre du jour est contraire aux règles de la justice. Libera a alors demandé le retrait, également en raison du principe de non-ingérence dans la politique concernant les affaires de la Cour. Avec cet agenda, la politique ne discute pas du bien-fondé des actions des magistrats individuels – toutefois précisé Giuseppe Maria Morganti – ; souligner comment ces données profitent au travail du Conseil de la magistrature et de la Commission de la justice. Aujourd’hui, ce n’est plus le magistrat unique qui est jugé, mais le bureau, a relevé le groupe d’opposition mixte Rossano Fabbri ; à son tour, demandant de se retirer pour éviter le rejet. D’autre part, promoteur de l’ordre du jour, RF; les politiciens doivent être informés de ces aspects – a-t-il souligné. Aussi pour le rôle du Comité de la justice sur l’action revendicative. Puis l’humeur; Ordre du jour rejeté par 26 voix contre et 6 pour. Sur ce point, les explications de vote sur le deuxième ordre du jour de Libera, sur la question de la réglementation. Pour la majorité toujours Gian Nicola Bertic† de l’avis de l’OdG à rejeter comme « dépassé par les événements ». Nicola Renzi, de RF, a souligné qu’il s’agit d’un “problème majeur”. Il s’est ensuite demandé si cette masse de réglementations était due à la lenteur des magistrats individuels ou à des problèmes liés à la répartition de la charge de travail. Nous voterons favorablement. Rossano Fabbri, Groupe d’opposition mixte, a souligné les “nombreuses procédures” ouvertes à la CEDH pour déni de justice ; l’ordre du jour soulève un sujet important – a-t-il poursuivi – mais je crois que ce que Libera demande a déjà reçu une réponse. Alors Eva Guidi; nous pensons que le nombre élevé d’ordonnances nécessite une analyse approfondie des causes profondes, a-t-il déclaré ; pour éviter “cette grande défaite de la Justice”. L’ordre du jour a été rejeté par 28 voix contre, 6 pour et 1 abstention. Le paragraphe est clos ; puis procéder à l’analyse de l’agenda présenté par Repubblica Futura dans la section communication.

Leave a Comment