Congé payé pour la garde d’animaux : ce que dit la loi

Jusqu’à présent en Italie il n’y a pas d’autorisations spécifiques payé pour les soins et l’assistance des animaux de compagnie. Cependant, un cas concret et l’évolution de la sensibilité sociale conduisent à l’hypothèse (et à l’espoir) qu’elles seront également prévues et garanties pour des situations similaires à l’avenir, notamment pour faire face aux urgences et besoins inhérents à la santé des animaux de compagnie.

Qu’est-ce que les congés payés et comment fonctionnent-ils ?

La loi et les différentes conventions collectives de travail reconnaissent, entre autres, aux salariés du public et du privé le droit d’utiliser les congés payés† Ils les laissent, pour faire simple, bénéficier (si certains besoins existent) de périodes d’abstention de travail, tout en conservant le droit au salaire, exactement comme s’ils avaient effectivement participé et exercé l’activité de travail. Il existe différents types de permis de travail rémunérés.

Pour ne donner que quelques exemples, nous pouvons citer :

  • autorisations pour décès ou maladiepayable en cas de décès ou de maladie grave du conjoint ou d’un parent jusqu’au deuxième degré ;
  • autorisations pour mariage
  • autorisations pour étude ou pour compétitions et examensvous permettre de vous absenter pour la préparation ou le passage du test ;
  • autorisations à certains visites médicales ou aussi donner du sang
  • RÔLE Autorisations (à partir de réduction du temps de travail) sur une base annuelle ou selon les tâches effectuées ;
  • licences accordées en vertu de la Loi 104 de 1992

Évidemment, pour toute typologie existante, il y a des limites de temps (heures ou jours) et une démonstration en temps opportun du besoin à satisfaire est requise.

Permis pour animaux de compagnie payants : quand faut-il le faire ?

À ce jour, malheureusement, les travailleurs italiens n’ont toujours pas le droit, par la législation ou la négociation collective, de bénéficier de permis de travail rémunérés (ou non rémunérés) pour les soins et l’assistance d’animaux de compagnie. Récemment, à vrai dire, un cas s’est produit qui a fait sensation et qui, espérons-le, pourra représenter un paradigme pour l’avenir.

Comme on peut le lire dans de nombreux articles sur Internet, une salariée, employée d’une université romaine bien connue, avait formellement demandé un congé de deux jours pour aider son chien, qui avait besoin d’une intervention chirurgicale très urgente.

La femme a d’abord reçu des commentaires négatifs de son employeur. Elle n’a pas baissé les bras et a envoyé une nouvelle demande motivée à l’université, dans laquelle – en plus de justifier l’urgence réelle et l’impossibilité de se déplacer autrement – elle a souligné comment ne pas soigner un animal malade intégrait même un crime. L’université est revenue sur ses pas e il a accordé au travailleur insistant la permission requise

Bien que les informations disponibles ne semblent pas être intervenues par l’autorité judiciaire, l’histoire peut néanmoins être considérée comme un exemple important et une démonstration de laévolution du temps† Les animaux de compagnie sont désormais, pour des millions d’Italiens, des membres de la famille à tous égards. L’importance de la relation entre les humains et les animaux a reçu une couverture constitutionnelle.

Il est évident qu’un travailleur – certainement s’il n’a pas d’alternative – ne peut (et ne doit pas) être confronté à l’alternative entre être au travail et prendre les mesures nécessaires pour sauver la vie de son animal. Personne ne choisirait la première option. Si cela devait se produire, cela conduirait à la souffrance ou, dans des cas extrêmes, à la mort de l’animal, comme déjà mentionné, et selon la dynamique du cas particulier, les crimes de mise à mort ou de mauvais traitements d’animaux ou, encore, de détention, les animaux sont placés dans des conditions incompatibles avec leur nature et provoquant de graves souffrances.

Seuls les règlements et conventions collectives de travail peuvent être pris en compte. Tôt ou tard, ils devront admettre des travailleurs, comme c’est déjà le cas pour les cérémonies, les activités politiques, les activités caritatives, etc. s’absenter du travail pour des besoins de santé importants ou urgents de leurs animaux de compagnie

Leave a Comment