CRV – Feu vert au rapport de la Garantie Régionale des Droits Humains 2021

(Arv) Venise 28 juin 2022 – Le Conseil régional de Vénétie lors de la session d’aujourd’hui a adopté à l’unanimité le rapport n ° 82, ou le rapport 2021 du garant régional des droits de la personne, une disposition de la première commission du conseil qui l’a limogé dans la seconde quinzaine de mai – après avoir obtenu l’avis compétent de la cinquième commission – et illustré dans Classroom par la conseillère Laura Cesti (Lega-LV), co-rapporteur de la maison mère du Parti démocrate Giacomo Possamai.

Le Garant est une figure prévue par le Statut de la Vénétie et régie par le L. Reg. N. 37/2013 qui regroupe les fonctions de Médiateur, de garant des enfants et des adolescents et de garant des droits des personnes privées de liberté personnelle. Le 20 juillet 2021, l’Assemblée législative par sa propre résolution a identifié le Garant en Mario Carmel, dont le serment a été prêté devant l’Assemblée législative le 28 juillet suivant et qui a donc agi en continuité avec Mirella Gallinaro, à qui il a confié après deux trois- années.

Parmi les données avancées par le rapporteur, le conseiller Cestari, figurent le nombre de demandes de protection civile reçues par le garant, en 2021 336, dont 143 concernent le droit d’accès ; à cet égard, le co-conseiller Possamai indique que 65 cas ont été déclarés irrecevables pour manque de ravitaillement, ce qui reflète probablement une connaissance encore peu répandue des missions et fonctions de la Grenade. En matière de protection des mineurs, 457 demandes ont été adressées à l’Office pour obtenir les noms de personnes souhaitant être désignées comme tuteurs (406 par le tribunal de la jeunesse et 51 par les juges des tutelles des tribunaux ordinaires) et 45 avis ont été donnés sur la protection à la place. † S’agissant de l’écoute institutionnelle relative aux fonctions de protection, d’éducation, de formation ou de représentation auprès des enfants et des adolescents, 190 dossiers ont été ouverts concernant 169 mineurs dont 61 étrangers et 3 de nationalité indétectable. En ce qui concerne ces aspects, la société mère d’Il Veneto che Vogliamo Elena Ostnael a souligné la complexité particulière et la nécessité d’enquêter sur la question de la condition des adolescents en post-Covid, en accordant une attention particulière aux pathologies liées à la psychiatrie et à la difficulté de disposer communautés à la réception.

Quant à la situation des détenus (en Vénétie, l’affluence dans les établissements pénitentiaires – tous visités par le garant – est passée de 138% en 2019 à 120% en 2021, inférieur et en tout cas inférieur au chiffre national) les dossiers ouverts ont été 66 : 11 liés à la prison de Trévise, 11 à Vicence, 4 à Padoue, 3 à Venise, 2 à Belluno ; 10 à la prison de Padoue, 10 à la prison de Venise, 2 à la prison de Vérone. Il existe 13 dossiers concernant des personnes en mesures alternatives ou en liberté individuelle limitée. En outre, 8 notifications ont été traitées l’année précédente (3 liées à la prison de Padoue, 1 liée à la prison de Trévise, 1 à l’Institut pénitentiaire de Trévise, 2 à la prison de Vicence et 1 liée à une mesure alternative à la détention). Dans ce cas, le co-conseiller a souligné la nécessité d’une approche culturelle particulière de la rééducation des détenus. Enfin, en 2021, les municipalités de Padoue et de Venise ont nommé leurs propres Garants des droits des détenus : les Garants municipaux ont soutenu l’autorité régionale pour les rencontres avec les détenus dans les quatre prisons encore présentes sur ces territoires, la mise en œuvre des seuls entretiens avec ceux qui ont expressément demandé l’intervention du Garant régional.

La responsabilité éditoriale et le contenu référencé dans ce communiqué de presse relèvent de la responsabilité du CONSEIL RÉGIONAL DE VÉNÉTIE

Leave a Comment