« Les résultats de l’entraînement ont été reproduits dans la course. Paris 2024 l’objectif final » – OA Sport

Lucrèce Magistris est l’une des révélations de la saison 2022 de musculation† l’athlète en a en effet conquis un beau médaille d’argent dans la catégorie jusqu’à -59 kg à l’occasion des Championnats d’Europe à Tirana (Albanie), laissant sa place à la Française Dora Tchakounté d’une seule hauteur.

Un résultat important pour les bleus, arrivés neuf mois après l’argent Championnat d’Europe des moins de 23 ans à Rovaniemi (Finlande), vitrine d’un grand talent aux marges de croissance importantes

Nous avons déjà intercepté l’haltérophile retour de son entreprise en AlbanieParlons non seulement un peu plus de ses sensations après la course, mais aussi de sa méthodologie d’entraînement et de ses objectifs futurs.

Haltérophilie, Mirko Zanni : « Je dois m’habituer à manger plus. Même dans la nouvelle catégorie compétitive”

Lucrezia, dans le domaine international, tu reviens tout juste de la belle médaille d’argent remportée aux Championnats d’Europe de Tirana. Quelles sont vos sensations de froid ?

La compétition s’est bien déroulée, j’ai pu sortir quelques poids que j’avais essayés en salle. En général, si vous pouvez répéter ce que vous avez fait en pratique, la course peut être considérée comme satisfaisante, mais l’une des premières courses internationales importantes depuis longtemps, la dernière était en septembre 2021, depuis janvier nous travaillons pour cet événement , il y avait une certaine attente et je suis satisfait du résultat surtout dans la déchirure, on aurait pu faire quelque chose de mieux dans la dynamique mais les courses sont assez imprévisibles

Vous attendiez-vous à être si proche du Tchakounté français ? Elle a plus d’expérience que toi, mais elle n’a remporté l’or qu’une fois de plus…

Elle a fait les Jeux olympiques l’année dernière et est là depuis quelques années. Je ne m’attendais pas à ça en général car en regardant les listes de départ je n’étais pas très bien placé, j’étais quatrième ou cinquième, donc je n’ai pas sous-estimé les adversaires, je les ai tous trouvés très pressés d’observer

Plus tôt, vous avez mentionné la relation entre l’entraînement et la compétition. Y a-t-il des facteurs, même purement statistiques, qui nous amènent à décider quelles mesures doivent être augmentées ?

Vous ajoutez un maximum à un certain exercice, le poids maximum que vous pouvez faire, une fois que vous l’avez atteint, vous comptez sur ce résultat que vous avez obtenu pour toutes les séances d’entraînement suivantes. Si j’ai fait 100 secousses, je dois obtenir 80% de ce maximum à l’entraînement, alors ce sont des estimations mais chaque entraînement est unique ; vous devriez essayer autant que possible de vous rapprocher du plafond et de l’améliorer, mais l’approche de l’haltérophile à ce niveau est très personnelle et dépend de nombreux facteurs

En compétition avec qui est la compétition, avec les autres ou avec soi-même ?

C’est un sport individuel, vous vous basez sur vos résultats, sur ce que vous avez réalisé à l’entraînement seul : d’abord c’est toujours une bataille contre vous-même pour améliorer vos résultats, ensuite il faut se rapporter aux adversaires que vous êtes en course . Dans la course, vous réagissez alors à quelque chose qui est en dehors de votre routine et vous pouvez arriver à des résultats différents en fonction des adversaires que vous rencontrez. C’est donc certainement quelque chose qui a à voir avec vous parce que vous savez ce que vous avez fait dans le gymnase, vous savez que vous pouvez vous améliorer, vous savez ce que vous pouvez faire et ensuite vous devez vous appuyer sur les personnes avec qui vous traitez.

En ce sens, bien qu’ils soient très différents, l’haltérophilie n’est donc pas si différente de la gymnastique artistique, votre premier sport. Ou non?

En gymnastique je faisais peu d’activité compétitive, j’étais trop petite. Je ne me suis jamais mis en place avec l’approche que j’ai de l’haltérophilie. Ce sont des sports individuels, vous y êtes seul, vous devez vous surpasser et vous n’avez personne avec qui partager la peur, la tension et tout le reste

Avez-vous des icônes, des figures de référence que vous admirez en haltérophilie ?

Il y a des haltérophiles très forts dans ma catégorie que je prends comme référence, même s’ils ne sont pas très connus, par exemple je pense à un très bon athlète de Taipei Kuo Hsing-Chun, puis il y a un autre haltérophile très fort du – 64 que je respecte beaucoup et que je prends comme modèle technique, la Roumaine Loredana Toma

Pour l’avenir, quels seront les prochains engagements et objectifs internationaux ?

Tout d’abord, les Jeux Méditerranéens. Pour cette course en particulier, l’objectif est de répéter ou d’améliorer le résultat des championnats d’Europe selon les conditions, puis les prochaines courses seront les européennes des moins de 23 ans puis en novembre il y aura les championnats du monde en Colombie, un événement pour ceux que tout le monde prépare. , ce sera incroyable car ce sera en fait le premier qualificatif olympique

Et en parlant de qualification, quand je dis Paris 2024 ?

C’est le but ultime de tout ce processus.”

Photo : FIBS

Leave a Comment