Un homme tire sur la foule pour la Gay Pride, deux morts

Mort et terreur au centre d’Oslo où un homme a tir dans des explosions à la foule à l’extérieur d’un club homo Et deux personnes tuées à la veille de Fierté gaiau cœur de l’Europe la plus prospère et la plus tolérante.

La capitale norvégienne est en état d’alerte maximale, même si l’attentat, qui a fait 21 autres blessés – dont au moins la moitié de blessés graves, même s’ils ne sont pas en danger de mort imminent -, est pris pour un fait définitif : « un acte de terrorisme d’une matrice islamique “d’un loup solitaire, arrêté peu après. L’attaque a commencé peu après 1h du matin.

L’homme a été vu en train de sortir ses armes d’un sac à dos noir et de tirer : d’abord devant le London Pub, un un lieu fréquenté par la communauté LGBTQ+, puis s’est déplacé devant le club de jazz Herr Nielsen voisin où il a de nouveau ouvert le feu et s’est finalement éteint, devant un restaurant de restauration rapide. La police a été alertée à 01h14. L’évasion du kamikaze a duré environ cinq minutes : la police a interpellé, en partie grâce à la coopération de témoins, un homme de 42 ans au casier judiciaire pour menaces et violences liées à des problèmes de santé mentale, suivi depuis 2015 par des soupçons d’antiterrorisme. de radicalisation dans l’islam extrémiste. Il est un citoyen norvégien d’origine kurde-iranienne, identifié par les médias norvégiens comme Zaniar Matapour, qui a immigré dans le pays scandinave lorsqu’il était enfant. Les services secrets internes norvégiens PST, en charge du contre-terrorisme, ont qualifié l’attentat d’acte terroriste, un crime de haine ciblant les Occidentaux mais en particulier la communauté LGBTQ+, quoique perpétré par un loup solitaire, probablement sans lien avec un réseau terroriste islamiste. Le procureur Christian Hatlo a déclaré lors d’une conférence de presse à Oslo, citée par la chaîne de télévision publique norvégienne Nrk, que l’homme arrêté, dont les armes ont été retrouvées sur lui, “est accusé de meurtre au premier degré, de tentative de meurtre et d’actes de terrorisme”. «Nous avons des raisons de penser que c’était un crime de haine. Mais c’est une des hypothèses possibles, « quoique la plus dure, car » on ne sait pas encore si la cible était les homosexuels et la Fierté gai ou si les motifs étaient différents », a déclaré Hatlo. Selon la description de certains témoins, l’homme semblait être “très déterminé à viser”, a déclaré un témoin, cité par le média. Mais la police prévoit également de clarifier les problèmes mentaux de l’homme : “Nous devons revoir complètement son histoire clinique”, compte tenu des précédents. Sur les conseils de la police, la communauté LGBTQ+ dans un climat chaud a décidé d’annuler la Gay Pride, qui était prévue l’après-midi.

Mais la fête sans effusion de sang a déclenché une marche de protestation spontanée de plusieurs milliers de personnes qui ont voulu réitérer qu’elles ne se sentaient pas intimidées : “Wère pédé, wère ici, nous ne disparaîtrons pas”, ceux qui auraient dû assister à la fête ont annulé. “Je pense que c’est fantastique – a déclaré un manifestant d’une cinquantaine d’années qualifié par l’AFP de ‘choqué’ – que cette marche ait eu lieu, sinon il aurait gagné”, a déclaré le terroriste.

« Les États-Unis condamnent fermement cet acte de terreur. Nous sommes solidaires des familles des victimes, de la communauté LGBTQI+ diversifiée et forte d’Oslo, en Norvège, de notre allié de l’OTAN et de tous ceux qui sont dévastés par cet acte insensé ». Le conseiller américain à la sécurité nationale a déclaré dans un communiqué. « Les États-Unis sont en contact avec le gouvernement norvégien et ont proposé de fournir une assistance. Nous restons déterminés à travailler avec la Norvège pour promouvoir un monde plus juste et plus juste pour tous, sans violence ni discrimination », a souligné Sullivan.


Dernière mise à jour : samedi 25 juin 2022, 22:57

© REPRODUCTION RÉSERVÉE

Leave a Comment