Chien enfermé dans la voiture sous le soleil, que faire et les risques de casser la vitre

Si je vois un chien dans une voiture sous un soleil de plomb, puis-je briser la vitre pour la sauver ? C’est une question que beaucoup se sont affichés voir le pauvre animal “cuisiner” dans une voiture laissée sans surveillance, peut-être avec les fenêtres baissées imperceptiblement sinon fermées. De nos jours, notamment sur Facebook, il existe plusieurs posts qui vous invitent à copier/coller un texte qui vous propose briser la vitre pour sauver le chien

Par conséquent, la première action qui serait faite instinctivement serait de briser la vitre de la voiture pour sauver le chien en le libérant de cette chaleur. Mais quels risques encourrait-il ?

Laisser le chien dans la voiture pendant longtemps est un crime

Avant de répondre à la question de savoir quels risques peut courir le conseiller « exubérant », il est bon de clarifier tout de suite un aspect. Article 727 du code pénal détermine que “Quiconque abandonne des animaux de compagnie ou des prisonniers sera puni d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à un an ou d’une amende de 1 000 à 10 000 euros. Sera puni de la même peine quiconque détiendra des animaux dans des conditions incompatibles avec leur nature et causant de graves souffrances.

L’abandon se produit lorsque l’animal est laissé seul, sans que personne ne s’en occupe. C’est donc le cas lorsqu’un animal est laissé sans surveillance dans une voiture sous le soleil pendant une longue période. Puis? Que devons-nous faire ?

L’état de nécessité

Beaucoup, pour justifier de casser une vitre de voiture, comptent sur art. 54 du Code criminelselon lequel “quiconque a commis l’acte parce qu’il était là n’est pas punissable contraint par le besoin de se sauver ou de sauver les autres du danger actuel d’atteinte grave à la personne, un danger qui n’est pas volontairement causé par lui ou qui est autrement évitable, à condition que le fait soit proportionné au danger

Forts de certains jugements en la matière, certains interprètent abondamment le « soi ou les autres », où par « autres » on entendrait les animaux et pas seulement les humains.

Que devons-nous faire

Avant de voir quoi faire, il est bon de dire que si vous n’avez rien à faire il n’y a pas d’obligation légale dans de tels cas d’intervenir et donc l’infraction de ne pas aider n’est pas considérée.

Si, en revanche, vous avez pitié de l’animal coincé dans la voiture, vous décidez d’intervenir en premier lieu l’état d’urgence doit être instauréc’est-à-dire qu’il y a une situation vraiment dangereuse. Par exemple, quand on voit les fenêtres baisser et que le chien remue joyeusement la queue (ou aboyer pour nous éloigner de « sa maison »), il est difficile de croire que l’animal est en danger de mort.

Si, au contraire, l’animal montre des signes de souffrance s’il est allongé et ne répond pas à un appel, nous pouvons probablement penser qu’il est malade.

On peut alors décider d’attendre une dizaine de minutes pour voir si le propriétaire revient voiture (et chien) puis appeler la police municipale ou la gendarmerie. Alors c’est toujours mieux filmez la scène avec votre téléphone portable, pour déterminer l’état potentiellement mortel du chien. Ce serait mieux demander à un passant d’assister sur place et notez ses nom et prénom et son numéro de téléphone.

Maintenant, si vous le jugez nécessaire et en l’absence d’aide immédiate, vous pouvez ramasser une laisse ou une corde (pour empêcher le chien effrayé de s’échapper), casser la vitre et changer l’animal avec de l’eau pour abaisser la température corporelle (surtout il est bon de mouiller les membres, comme les pattes).

Les risques

Cela ne devrait pas aider à l’écrire, mais c’est bon de s’en souvenir briser une vitre de voiture est un crime† Tout aussi évident devrait être le fait que briser une fenêtre pourrait signifier : aussi un risque pour l’animal, qui pourrait être blessé par du verre brisé. Enfin, si nous brisons la vitre, attendons-nous à être dénoncés pour dommages et à devoir nous défendre dans un procès pénal (avec tout ce que cela implique). Le choix de ce qu’il faut faire ou ne pas faire nous appartient donc toujours, mais au moins maintenant nous connaissons les risques (et les bénéfices) de notre éventuelle intervention.

Leave a Comment