Arena D’Azeglio, un été de premières visions sous les étoiles

C’est un peu comme une salade de riz, préparée à la maison, fraîche et sur place, qu’il ne faut pas attendre l’été pour la mettre sur la table : et y mettre les meilleures choses qui nous viennent à l’esprit. C’est un peu comme la salle de cinéma D’Azeglio, qui rouvre demain et sert à un public fidèle et reconnaissant une recette gagnante (et très savoureuse), préparée avec les meilleurs ingrédients que le marché offre : un mélange de rencontres avec des invités, des films en langue originale, des avant-premières , événements avec entrée gratuite, films made in Italy. Au tableau un billboard proposant 19 films différents en un mois, pour la plupart inédits dans notre ville. Toutes les représentations sont à 21h30 : il y a aussi un abonnement pratique de 27 euros pour 6 représentations au choix.

Les invités

Ça commence en fanfare, pourrait-on dire : parce que dimanche, pour présenter le dernier film de Mario Martone, « Nostalgie », l’un des meilleurs et des plus charismatiques acteurs italiens, Tommaso Ragno, arrive à l’arène d’Oltretorrente. Né en 1967, grand artiste de théâtre, Ragno fréquente le grand cinéma depuis plus de vingt ans, d’abord réalisé par Ferrario puis par Bernardo Bertoucci (dans son dernier film, “Moi et toi”), Mazzacurati, Moretti, Alice Rohrwacher, Avati, Virzo. Et enfin Martone, avec qui il fait ses débuts sur scène en 1988 : et pour qui il devient un patron redouté du quartier Sanità. En revanche, trois réalisateurs alterneront dans les prochains jours : pour la revue de la Fice « C’est arrivé demain » le 11 dans l’arène il y aura une rencontre avec Lorenzo Bianchini, auteur de « L’Ange des Murs », un thriller surnaturel intéressant, tandis que le 12, il sera invité dans l’arène Francesco Costabile, réalisateur de “Une femme”, l’histoire d’une fille rebelle en Calabre, dominée par les rituels et les traditions. Lundi 18, ce sera “Vociacqua” de Fabio Pasini, le dernier documentaire du cinéaste de Sansecond Fabio Pasini consacré au Taro et au Pô.

Les premières visions

Ils sont nombreux et marquent la vocation d’une arène toujours tournée vers l’avant, à la recherche de fragments de films qui s’agitent inlassablement dans les crevasses du mur d’homologation. Et donc demain D’Azeglio inaugure la saison estivale avec “Les jeunes amoureux”, un mélodrame passionnant avec Fanny Ardant, 71 ans, qui en retour tombe amoureuse d’un homme de 45 ans. en France mais le genre a changé avec la comédie jaune “Mystère à Saint Tropez”, puis les 14 et 15 avec “L’homme gris”, un thriller des frères Russo avec une superdiffusion (Evans, Gosling et De Armas), tandis que du 22 au 24 c’est au tour de «Secret love», une histoire d’amour, en 1924, entre une bonne et un homme riche. Avant-première également à la fin du mois (le 31) avec « Amanti » : le film de Nicole Garcia déjà en compétition à la Mostra de Venise.

Panorama

First Visions – d’une grande importance et d’excellentes critiques – également dans la revue organisée par 24 Fps, toutes deux en version originale avec sous-titres italiens. Le 21, ce sera au tour de « Le mal n’existe pas », l’Ours d’or acclamé de Berlin réalisé par l’Iranien Mohammad Rasoulof, tandis qu’une semaine plus tard, le 28, ce sera « Fuyez », un film d’animation « dédicacé » par Jonas Poher Rasmussen de trois nominations aux Oscars.

L’original

Une tradition de D’Azeglio celle des films en langue originale : une bonne pratique qui se répète aussi dans l’arène. Cinq projections sont au programme : « Fin surprise », « C’mon c’mon », « Pizza réglisse », « Elvis » et « Le portrait du duc ».

C’est arrivé demain

Outre “Nostalgie” (le 3 avec Ragno, puis encore les 4 et 5), “L’ange des murs” et “Une femelle”, la revue Fice propose également “Extérieur nocturne, le beau film fleuve de Marco Bellocchio” : la première partie le 25, la seconde le 30.

Les projections gratuites

Il y en a deux : à part «Voix de l’eau», dont nous parlions plus haut, «La Négociation», le film de Sabina Guzzanti, précédé du concert conçu «Palerme 1992» par Pietro Aimi. Dénomination définitive des différentes initiatives lancées par Libera Parma et la municipalité à l’occasion du 30e anniversaire des Capaci et à travers les massacres de D’Amelio.

© Tous droits réservés

Leave a Comment