Sauver une vie en l’éteignant : l’oxymore de la vasectomie climatique

Là bas « Vasectomie climatique » se compose du refuge de beaucoup d’hommes, stérilisation et s’abstenir d’avoir des enfantsparce que ces dernières années, il s’est inquiété de la survie des pandémie et surtout de la crise climatique mondiale. De cette façon, l’environnement serait épargné et l’émission de dioxyde de carbone produit par une nouvelle vie serait évitée.

la vasectomie est une méthode de contraception chirurgicale qui se produit en raison de la fermeture du canal déférent, qui empêche la fécondation de l’ovule† L’intervention peut être réalisée en clinique et également par le biais du système de santé publique, de différentes manières selon les différentes régions. Au niveau réglementairela Loi 194 du 22 mai 1978 (Règles pour la protection sociale de la maternité et l’interruption volontaire de grossesse) levée de l’interdiction de stérilisation

Pour l’OMS et Planned Parenthood (affilié à la Fédération Internationale de Planned Parenthood), la vasectomie est la méthode de contraception la plus efficace et la moins chère. C’est pourquoi ils sont les promoteurs de la Journée mondiale de la vasectomie (le 13 novembre de chaque année) depuis 2013. Le 13 novembre est aussi la journée mondiale de la gentillesse. Sans surprise, ceux qui ont annoncé la vasectomie à l’époque ont utilisé des expressions de gentillesse et de générosité, de la part des hommes envers la nature, les femmes et contre les restrictions de certains pays sur l’avortement. Dans cette perspective d’eugénisme de retourquelqu’un a du mal à introduire la voix “La pollution des naissances infantiles”† Les initiatives ont ensuite été soutenues par The Guardian, ABC, le Washington Post et par le milieu hollywoodien ponctuel qui nécessitait une loi spécifique.

La solution au problème de l’environnement ne réussirait pasdonc, selon ces sources « sobres, éclairées et prémonitoires », à la fin de la déforestationdeurbanisation sauvage et la réduction dela pollution voiture, mais plutôt de renoncer à la paternité ou d’avoir d’autres enfants. jeIspra (Institut supérieur de protection et de recherche de l’environnement) considère lprévenir les formes de pollution: chauffage 38%, élevage intensif 15,1%, industrie 11,1%, automobile 9%. Dès lors, un nouveau-né serait l’une des activités les plus polluantes de la planète. Pour certains croyants modernesfacile à saisir, contraception masculine (et femelle) c’est la libertémais le philosophe allemand Kant, rappelé en 1790, comme la nature elle-même, sans l’homme, il ne resterait qu’une terre déserte† L’homme seul était le but ultime de la nature, le but ultime de la création, celui qui a donné un sens à la nature pour que se réalise le royaume de liberté voulu par Dieu.

La vie est un don de Dieu que l’hommechacun différent et irremplaçable, a la joie et le dévouement de protéger et de respecter. Dieu donne la vie à l’homme qui n’est pas le maître absolu du même ou de celui des autresÀ ce titre, la personne a droit au respect absolu et à la protection de sa vie sous tous ses aspects.

Le site mypersonaltrainer.it (“Informations scientifiques pour atteindre, maintenir et mieux profiter de son bien-être”), sur le lien https://www.my-personaltrainer.it/salute-benessere/vasectomia-climatica.html écrit “En fait, une étude de 2017 publiée dans la revue scientifique Environmental Reserch Letters avait déjà émis l’hypothèse que l’action la plus efficace qu’une personne puisse entreprendre pour garder la planète en bonne santé, ou plutôt la restituer, n’est pas de se débarrasser des déchets, de divorcer ou d’utiliser la voiture. le moins possible, mais pour avoir moins d’enfants. Selon les chercheurs, un enfant en moins réduirait les émissions de CO2 de 58 tonnes par an. […] Selon certaines estimations, entre 42 et 60 millions d’hommes seront stérilisés, bien qu’il ne soit pas clair dans quelle mesure la protection de la planète est une priorité en tant que motivation “. Les données liées à la clinique du Dr Nick Demediuk sont rapportées “Le médecin note même une diminution du nombre de personnes qui viennent le voir et estime qu’environ 200 des 4 000 patients que sa clinique voit chaque année sont des hommes plus jeunes et sans enfants. Dans leur cas, les raisons environnementales pèsent lourd, car environ 130 personnes ont indiqué qu’elles aimeraient faire usage de cette option, surtout à la lumière de la crise environnementale en cours. Une tendance également confirmée par une enquête du Social Science Research Network, qui a constaté que 39% des 10 000 répondants de la génération Z hésitent à se reproduire par peur de l’apocalypse climatique.Le nombre d’hommes subissant une vasectomie est en hausse

Ainsi, le 13 mars 1975, la Congrégation pour la Doctrine de la FoiAucune disposition d’autorité publique ne peut non plus être invoquée, ayant pour objet d’imposer la stérilisation directe nécessaire au bien commun, étant donné que cette stérilisation porte atteinte à la dignité et à l’inviolabilité de la personne humaine

Saint Jean-Paul II déclarait déjà en 1981 “L’Église le condamne comme une violation grave de la dignité humaine et de la justice toutes les activités des gouvernements ou d’autres organismes gouvernementaux, qui essaient de quelque manière que ce soit de restreindre la liberté des époux au moment de décider des enfants† Par conséquent, toute violence pratiquée par ces autorités en faveur de la contraception, voire de la stérilisation et de l’avortement, doit être pleinement condamnée et vigoureusement rejetée. De même le fait que, dans les relations internationales, l’aide économique apportée au progrès des peuples dépende de programmes de contraception, de stérilisation et d’avortement doit être critiqué comme gravement injuste

Caritas in Veritate“C’est l’encyclique du pape Benoît XVI publiée en 2009. Il faut en rapporter un extrait complet”L’un des aspects les plus évidents du développement actuel est l’importance de la question du respect de la vie, qui ne peut en aucun cas être dissociée des questions liées au développement des peuples. C’est un aspect qui est devenu de plus en plus important ces derniers temps, nous obligeant à élargir les concepts de pauvreté et de sous-développement pour inclure les questions liées à l’acceptation de la vie, en particulier là où elle est entravée de diverses manières. Non seulement la situation de pauvreté dans de nombreuses régions entraîne encore des taux de mortalité infantile élevés, mais les pratiques gouvernementales de contrôle démographique persistent dans diverses parties du monde, diffusant souvent la contraception et même rendant obligatoire l’avortement. Dans les pays les plus développés économiquement, les lois anti-vie sont répandues et maintenant ils ont conditionné les coutumes et les pratiques, contribuant à la propagation d’une mentalité anti-nataliste qui est souvent tentée d’être transférée à d’autres États comme s’il s’agissait d’un progrès culturel. Certaines organisations non gouvernementalespuis, ils travaillent activement pour répandre l’avortementfavorisent parfois l’adoption de la pratique de la stérilisation dans les pays pauvres, même sur des femmes ignorantes. On peut également raisonnablement soupçonner que l’aide au développement elle-même est parfois liée à certaines politiques de santé qui impliquent en fait l’imposition d’une contraception stricte. […] L’ouverture à la vie est au cœur d’un véritable développement. Lorsqu’une société s’oriente vers le déni et l’oppression de la vie, elle finit par ne plus trouver les motivations et les énergies nécessaires pour œuvrer au service du véritable bien-être des êtres humains. Lorsque la sensibilité personnelle et sociale à l’acceptation d’une nouvelle vie se perd, d’autres formes d’acceptation utiles à la vie sociale s’étiolent également. L’acceptation de la vie renforce les énergies morales et rend capable d’entraide† En cultivant l’ouverture à la vie, les riches peuvent mieux comprendre les besoins des pauvres, éviter de dépenser d’énormes ressources économiques et intellectuelles pour satisfaire les désirs égoïstes de leurs concitoyens et favoriser au contraire des actions vertueuses dans la perspective d’une morale saine et solidaire, dans le respect de le droit fondamental de tout peuple et de toute personne à la vie

Le pape François a récemment déclaré lors de sa première audience générale de cette année, le 5 janvier, «De nos jours, les gens ne veulent pas d’enfants, au moins un† Et il y a beaucoup de couples qui ne veulent pas. Mais ils ont deux chiens, deux chats. Oui, les chats et les chiens remplacent les enfants

La stérilisation est un terme de plus en plus populaire, se référant à l’origine aux animaux de compagnie. On lutte pour la noble défense de la vie (de nature humaine, animale et végétale) répondre en le niant a priori: C’est la folie qui se développe chez certains hommes. L’équilibre de la nature et de l’écosystème doit commencerTout d’abord, d’un équilibre intérieur et en sachant de sa propre tête distinguer les actions sensées des actions insensées.

L’individu, convaincu d’avoir connu une pleine croissance culturelle en faisant des progrès, a certes accru ses connaissances et ses connaissances, mais a fini par perdre la capacité de critiquer, de douter, de savoir contextualiser, de discerner et de croire.

Les “fantômes” de certaines hérésies oubliées et balayées par le temps, la raison et la foi semblent revenir, dont par exemple les Cathares et leur vision négative du corps qu’il faut résoudre en renonçant à la procréation. Cette épreuve est un « réconfort » du catharisme moderne et autres sectes similaires, dans lesquelles le couple, fidèle à la nouvelle idéologie de la liberté à tout prix, ne veut pas être retenu par des bébés qui pleurent ; de plus, maintenant que le nouveau mantra, dans une version new age, de la relation sentimentale a été établi pour une durée déterminée et de nature variable, il est plus approprié d’éviter les enfants partout dans le monde.

L’homme, avec sa présence, a été diabolisé comme le dernier destructeur de la nature† Pour cela, pour certains “motivateurs” convaincants, il suffit d’exterminer la race humaine. Pour ne pas la menacer, sa conservation est refuséeL’homme libre et émancipé, créateur de son propre destin, homo faber, dionysiaque et sauveur de lui-même, hédoniste, surhomme, suffisamment éthique et vert, castre son physique à cause de son “intellect” accru† Seulement cela suffit…

Si vous souhaitez commenter l’article, veuillez envoyer un e-mail à cette adresse : écrire à interris@gmail.com

je signale : les annonces qui apparaissent sur la page sont automatiquement gérées par Google. Bien que vous ayez placé tous les filtres nécessaires, il peut arriver que vous trouviez des bannières qui prêtent à confusion. Au cas où, même si cela ne dépend pas de notre volonté, toutes nos excuses aux lecteurs.

Article précédentFusillade dans un centre commercial de Copenhague, un arrêté

Leave a Comment