Stromboli et “La rencontre sur l’île”. A la racine de l’amour

“La rencontre sur l’île” est le titre évocateur de la dernière et spéciale exposition du peintre de Messine Concetta De Pasqualequi peut être visité à La Sirenetta Park Hotel à Stromboli du 29 juin au 29 septembre 2022 avec vernissage le dimanche 3 juillet à 18h30. Avec une exposition composée de 18 peintures, aquarelles sur papier coton et aquarelles et feuilles d’or sur cartes marines, elle est divisée en trois sections “Le Voyage”, “La Rencontre” et “La Magie”, repareert en viert de kunstenaar het liefdesverhaal van zijn ouders, verlicht op het eiland, door zijn visie op Stromboli als de wieg van een onlosmakelijke band, bewaakt door familieherinneringen en nu gedeeld met het publiek, waarbij de kracht van kleur wordt afgewisseld met dat van mots. L’exposition et le catalogue présentent en effet deux textes, l’un de l’écrivain Lidia Ravera, “Stromboli, 29 juin” et l’autre de l’historien éolien Salvino Antioco “Les yeux”.

Des nombreux voyages réels et imaginaires entrepris par l’artiste de Messine (bien que né en Lombardie) à travers sa propre production picturale, celui-ci est peut-être le plus émouvant ; un hommage à ses parents qui se sont rencontrés et rencontrés sur l’île des Éoliennes le 29 juin 1953, comme elle le racontait : « Stromboli, une terre entre ciel et mer, traversée par le feu et lavée par le souffle du vent, a conservé le souvenir de cette rencontre, scellant et devenant leur lieu de l’Âme qui les a accompagnés toute leur vie et… au-delà ! Comme par magie, ils se sont rencontrés pour la dernière fois au petit matin du 29 juin 2012 pour se retrouver, main main dans la main, dans ce lieu hors du temps, je ne pouvais ignorer ces signes qui me ramènent à leur amour et au lieu où il est né, l’île magique de Stromboli Un lien long et intense né à l’ombre du volcan ce matin-là Juin, Lorsque la mère Gilda, une enseignante lombarde, avant de rendre visite à un collègue à Palerme, a décidé de visiter Stromboli en tant que touriste pendant quelques jours, mais une attraction fatale l’a retenue pendant un mois de ce triangle de n lavalland et le figuier de barbarie, la rencontre avec Carmelo, un soldat sicilien, qui avait été envoyé à Stromboli pour travailler comme opérateur radio. Gilda de Sicile n’est jamais partie, les deux se sont mariés et ont continué à vivre entre Messine et la province, devant les îles que les deux jeunes hommes avaient enchantées de leur magie. Seule sa maladie les séparait physiquement, mais les deux se promettaient de rester en contact pour toujours, chaque année à l’aube du 29 juin, ils se reverraient, quoique d’une manière différente. Carmelo a tenu son engagement après le décès de sa femme bien-aimée et est allé 11 fois par an, jusqu’à sa mort le 29 juin 2012, pour accueillir Gilda qui a débarqué avec son esprit. Une date qui sous-tend cette histoire d’amour qui raconte des terres et des départs, des voyages physiques et de l’âme, des passages, des salutations et des adieux, des bras de chair et de cœur. Mais l’île reste, comme un avertissement pour célébrer le début de ce voyage sans fin, chaque 29 juin, pour lequel les deux comptaient plus que la date du mariage. Lidia Ravera s’est inspirée de cette histoire de vie et de mort, conquise par l’amour, cette complicité poétique dans le texte spécial : « Je suis arrivée en Sicile pour la première fois de ma vie en 1953. Mais c’est une île trop grande pour le bleu mouvant. ou bordure bleue ou verte qui se chevauche et se desserre, qui délimite. Les îles doivent être petites. Nids de rochers et de pierres, de sable, de petites maisons blanches, de portes rouillées, de plantes succulentes et d’oliviers. De câpres en fleurs. Sur les îles vous devez sentir le parfum du ressac. Le calme de l’aube. Et puis encore le crépitement du vent qui fouette l’eau et remue l’écume. Elles doivent être comme Stromboli, les îles. Fraîches et nettes, des triangles avec la pointe coincé dans le ciel et le feu qui descend des flancs… C’était le 29 juin 1953. C’est LE JOUR… Nous nous sommes rencontrés, nous deux. Toi sur le quai, moi venant de la mer.. . .. nous nous aimons depuis le 29 juin 1953. Tous les 29 juin vi Nous avons célébré notre amour comme s’il s’agissait d’un enfant et nous l’avons vu devenir un adulte et nous avons dû célébrer son anniversaire chaque année.” Ouverte du lundi au dimanche de 11h à 20h, la belle exposition a été promue par le Proloco di Stromboli et la galerie MO.CA de Rome, dont la directrice artistique, Cinzia Bonamoneta, présidera l’inauguration avec l’écrivain Lidia Ravera et a été soutenue par La Sirenetta Park Hotel et les sponsors MarePulito et iMartini.

© Tous droits réservés

Leave a Comment