L’amour dans les moments de fierté

L’invisitisation est le mot symbolique de nos jours, alors que les principales villes italiennes étaient envahies par des foules arc-en-ciel – réclamant des droits et l’égalité et luttant contre la discrimination et l’ignorance.
Invisible comme beaucoup de ceux qui revendiquent la liberté d’être tels qu’ils sont avec leurs désirs et ce qu’ils ressentent.
Bien sûr, l’orgueil se caractérise par des excès et des apparences exagérées, mais cela fait aussi partie du combat, de la manifestation, de faire savoir qu’il est là et d’être entendu.
Et au milieu des événements, Paola Turci et Francesca Pascale se marient heureusement à Montepulciano.
Un mariage qui devait être tenu secret et réservé mais qui avec le bouche à oreille social s’est transformé en un clin d’œil en un événement de l’été !!!

Cependant, tout le monde n’a pas – aussi absurde soit-il – métabolisé le changement du monde… la révolution des libertés… la légèreté de conscience et ainsi les mariées ont été comblées d’abord de félicitations, mais aussi d’une avalanche de insultes, propos outranciers, injures, accusations insultantes d’être lesbienne… comme si c’était une erreur, une gêne, une insulte à la liberté d’autrui avec un langage médiéval typique qui exclut et n’inclut pas, qui comprime et ne comprime pas express, qui opprime et pas accueillant… bref un monde qui n’appartient plus, si ce n’est quelques coquins qui pensent encore qu’un amour entre personnes du même sexe est anormal et atypique… et si ce sont des VIP, ouvrez ciel! !! Le choc est total et l’indignation avec sa résonance insupportable !

Toujours contenue dans sa vie privée, Paola Turci se sentait tellement submergée par la soudaine vague de haine envers sa sphère intime, inaccessible et injustifiable en tant que telle, qu’elle devait pourtant se défendre contre quiconque se sentait plus fort qu’elle, meilleur qu’elle, avec le pouvoir juger, insulter, dégrader une excitante fête privée.

Ce sont cependant les mots de quelques-uns qui ne peuvent accepter et absorber la métamorphose de la merveilleuse manière infinie d’être, dont le cerveau est trop petit pour accueillir l’immense diversité et l’unicité de l’homme et qui s’écrit donc avec le clavier à la main. “icône lesbienne tu me rends malade”… en chuchotant, Paola Turci disparaît avec son art et sa beauté et se présente aux yeux ébahis de ces quelques-uns qui sont différents !

Plus facile d’attaquer que de souffrir et de repousser plutôt que de partager.

L’homotransphobie se concentre sur ce qui se passe dans le monde lorsque deux personnes du même sexe s’aiment ? Que se passe-t-il lorsque deux transcendants s’embrassent ? Que se passe-t-il lorsque les formes d’amour aux multiples facettes sont entrelacées avec les identités de genre aux multiples facettes de chacun ?
Rien… en fait rien… sérieux, choquant, flippant…

sinon un amour infini qui finit par lâcher prise et qui restait auparavant opprimé dans le cœur et la chambre de beaucoup de ceux qui n’étaient pas acceptés !

Et ainsi les photos des deux mariées vêtues de blanc font mouche, excitées, amoureuses, extatiques dans les yeux l’une de l’autre.

L’amertume demeure que non seulement l’ignorance de certains règne mais plus grave encore est l’ignorance d’une loi qui ne parle jamais de mariage. partager la vie ou une partie de celle-ci main dans la main, mais la loi, c’est-à-dire non, reste obsolète et ne reconnaît que l’union civile de fait entre ceux qui décident de partir en lune de miel à l’exclusion de toute loi telle que la maternité, l’adoption, mais jamais la protection juridique de ces droits.
Bref, en paroles, et dans les défilés nous sommes tous très bons, mais en fait il nous manque beaucoup de droits et la loi Zan qui voulait mettre l’amour submergé au grand jour avec des droits et des devoirs en tant que maris hétérosexuels… a été jeté, pressé, enfermé dans le tiroir où il était depuis des années et il n’est pas question de raviver la lueur d’espoir et d’approbation qui, grâce à l’irresponsabilité de nos parlementaires, a été renvoyée à l’expéditeur avec beaucoup d’argent de désaccord et de déception!!!

Pourtant, il suffirait de regarder dans les yeux de ceux que nous aimons pour ouvrir l’esprit et jeter le voile de l’hypocrisie et du mal qui cache la haine et la discrimination parce que nous sommes nés libres, libres d’être à notre guise, libres d’aimer qui et comment nous voulons. , libres de s’exprimer comme bon nous semble, même l’église avec le pape François fait des pas en avant timides… et les hétéros, ceux qui se définissent et se croient “normaux”, ne peuvent tout simplement pas faire un bond en qualité humaine pour comprendre l’infinie beauté de l’amour sous toutes ses formes.

Ensuite le blanc choisi comme dress code par le couple Turci/Pascale prend clairement la valeur de la pureté et de la liberté de s’aimer comme on est sans préjugés ni préjugés avec pour seule limite de s’accepter… pour le meilleur ou pour le pire. mal .. dans la santé et la maladie … et s’aimer et se respecter … tant qu’ils le voudront … attendre une loi qui évoluera avec le temps et plus de malheurs dictés par l’ignorance et le sensationnalisme pour que le invisibles seront vraiment visibles et non pas parce qu’ils s’embrassent ou font l’amour d’une manière différente, mais parce que l’amour est entre époux qui décident de vivre une partie ou la totalité de leur vie ensemble, et non entre des sexes qui sont identiques différents semblables inégaux capricieux extravagants atypiques !!! †

Ainsi le slogan de la fierté de ces années, si poétique et courtois, peut devenir réalité.

L’amour sans limites et limitations est le souffle éternel de l’univers ” : L’amour sans frontières ni liens est le souffle éternel de l’univers !

Leave a Comment