L’amour ne manquera jamais. Genre, Sexualité, Familles

Le Groupe d’étude de la Communauté d’Églises protestantes en Europe s’est réuni à Vienne (21-22 juin)

La Communauté d’Églises protestantes en Europe (CEPE) a un “processus d’étude” en cours sur le genre, la sexualité, le mariage, les couples et les familles, qui a débuté en 2018 avec une première réunion en face-à-face en 2019 à Vienne pour engager une réflexion théologique en dialogue avec d’autres disciplines, notamment la biologie, l’anthropologie, la psychologie, la sociologie, les études féministes et de genre, dans le but de fournir un guide sur des questions aussi complexes que pertinentes pour la vie des Églises. Pendant la pandémie, les rencontres à distance se sont poursuivies avec profit et le premier point à souligner est que la pleine volonté des membres du groupe de traiter de différents points de vue interprétatifs et disciplinaires, de s’ouvrir les uns aux autres, de partager, n’a jamais fait défaut aux conférences et réflexions qui ont déjà fourni beaucoup de matière. Le climat de fraternité qui a inspiré les sessions en ligne en personne et à distance a toujours guidé et soutenu même les passages les plus critiques, créant un contexte marqué par la confiance et l’espoir mutuels.

Les membres du groupe sont : Thorsten Dietz, Michal Koktysz, Neil Messer, Ulla Schmidt (coordinateur), Mariecke Van Den Berghe, avec le précieux soutien d’Ingrid Monjencs, Oliver Engelhardt et Kathleen Müller et qui rédige ces notes.

La structure du document est désormais définie et partagée lors de la dernière réunion après la co-rédaction, pas toujours facile à mettre en pratique, mais génératrice et stimulante lorsque cela est possible. Le texte contiendra une section introductive reprenant les éléments contextuels les plus pertinents, tant dans le débat public – qui est aussi et reste parfois houleux dans différents pays, pas seulement en Europe – que dans les Églises protestantes qui se sont affrontées à plusieurs reprises sur le sexe, les unions civiles et la bénédiction des couples de même sexe. Ce sont des sujets délicats et controversés, même d’un point de vue exégétique, mais seule la rigueur scientifique de l’étude peut ouvrir un aperçu de lumière dans l’interprétation de la Bible, à partir de laquelle on répond toujours aux questions de notre temps dans une clé évangélique. . En outre, la partie théologique (anthropologie, éthique, herméneutique) est suivie d’une série de chapitres sur le genre, la sexualité, le mariage, la famille, la vie ecclésiastique qui contiennent à leur tour des illustrations des principales théories scientifiques, suivies d’une série de positions interprétatives qui sont censée être acceptable, même après de nouveaux débats, dans les églises protestantes.

Dans la dernière étape de rédaction du texte, au cours du mois de juillet, des choix seront faits pour aboutir à un document commun qui sera présenté au Concile en septembre et discuté lors d’une consultation des églises protestantes à Dresde fin février 2023 avant d’être envoyé dans les églises pour une contemplation plus approfondie.

C’est un processus continu, comme c’est la coutume dans nos églises, qui suscite la curiosité et l’intérêt, mais qui se veut aussi un moment d’échange et d’apprentissage collectif sur des enjeux qui évoluent sans cesse et dont nous ne pourrons jamais finir. † “L’amour ne faillira jamais” (1 Cor. 13:8) et c’est avec cet espoir que le groupe d’étude continue à se réunir, confiant dans la direction du Seigneur.

Le document contiendra également une série de chapitres qui analyseront l’évolution du débat dans certaines Églises protestantes, dont l’Église évangélique vaudoise, qui a approuvé un document sur la pluralité des familles lors du synode de 2017, à la suite d’un débat mené par une commission spéciale depuis 2012. Il est utile de rappeler que dès 2010, le Synode a approuvé un ordre du jour sur la bénédiction des couples de même sexe. le modérateur Marcelo Nicolau dans une note soulignant que les bénédictions ultérieures des couples de même sexe étaient célébrées dans certaines communautés, tandis que dans d’autres – en particulier dans les zones rurales – l’utilisation de cette opportunité n’était pas envisagée. Malgré cela, la majorité des communautés vaudoises du Rio de la Plata accueillent les couples de même sexe.

Sur la photo: un moment de pause dans les travaux du groupe d’étude

Leave a Comment