Et si Jésus revenait ? Comment aimeriez-vous que votre message soit transformé ?

Et si Jésus revenait ?

Il s’est posé la question dans son dernier livre Père Enzo Fortunato, directeur de la salle de presse du monastère d’Assiseet ajoute à juste titre que « c’est une question qui touche au cœur du christianisme » et que chacun devrait donc se poser.

Voilà donc, en toute humilité, je me suis aussi posé la question et donc, après mûre réflexion, je vais essayer d’imaginer une réponse à cette question difficile. je commencerais par Rabbi Yehoshua ben Joseph, dit Jésus, juifs nés et juifs morts, qui se retrouvent à nouveau dans les ruelles animées du chaos coloré qui caractérise Jérusalem, où je suis allé deux fois.

Allez d’abord au Templemais ne trouver que les ruines des murs imposants du côté nord, le soi-disant “Mur des Lamentations”† Tout le reste était 40 ans détruits après sa mort de Forces d’occupation romaines de Titus (en 70 après JC).

Il n’est pas surpris. Il avait en effet prédit qu’elle serait détruite, mais personne ne l’aurait cru. En fait, il s’était passé ce qui suit, et il s’en souvenait très bien : « Certains parlaient du temple et disaient qu’il était très beau à cause des pierres qui le formaient et à cause des dons offerts par les croyants. Alors Jésus a dit : “Le temps viendra où tout ce que vous voyez maintenant sera détruit.”† Pas une pierre ne reste debout. »

Perdu dans cette pensée Josué / Jésus entrez dans les anciennes voûtes attachées au temple, sur la gauche, où il existe toujours l’école rabbinique et le premier rabbin il rencontre il dit “Shalom, je suis Yehoshua ». “chalom” répond son interlocuteur super-orthodoxe, qui le reconnaît et dit : “Content de te revoirEt à la manière juive, il lui pose une question avec une prémisse : «Vous êtes le bienvenu parmi nous, pour le beau message que vous avez laissé à toute l’humanité, complètement repris de Torah juive que vous avez enseignée. Mais tu nous a quitté Il y a 2000 ans nous promettait l’arrivée imminente de l’âge messianique (le “Royaume des Cieux”). Vous nous avez dit que le gouvernement du monde serait pris en charge directement par Yahveh (le Dieu des Juifs) dans votre propre génération et donc commencerait peu de temps après. un âge éternel de paix et de justice (la ” Parousie “)† Mais tout cela encore aujourd’hui cela ne s’est pas produit et l’injustice, les guerres, la sécheresse et la faim sévissent toujours. Comment est-ce possible?

Jésus lui répond d’un ton calme mais autoritaire, comme c’était son style : « Ce que j’ai dit n’a pas été bien écouté. En fait on m’a demandé « quand viendra le royaume de Dieu ? et j’ai répondu clairement : “Le Royaume de Dieu ne vient pas d’une manière qui puisse être perçue ; on ne dira pas non plus : Le voici, ou : Le voici ; car voici, le royaume de Dieu est en vous“. Donc pour la loi du « libre arbitre », ça nous laisse libre de choisir entre le bien et le mal, étant le “Royaume de Dieu” entre nos mains avec notre comportement, s’il n’est pas arrivé aujourd’hui, c’est uniquement à cause de nos mauvaises actions. A dit ceci Yehoshua / Jésus marche vers l’endroit où il a été crucifié. Imaginez avoir le “Golgotha“, ce qui signifie en araméen”crâne“, une colline aride, mais plutôt pour le”Saint-Sépulcre”avec des milliers de personnes faisant la queue pour prier et des milliers de bougies allumées.

Il demande au premier Juif qui passe : qu’est-ce que c’est ? Sans savoir qui il représentait, le Juif qui passe lui raconte comment ilvingt ans après la mort sur la croix du Juif Yehoshua ben Joseph, plus tard appelé Jésus, un certain Paul de Tarse, qui ne l’avait jamais connu, avait fondé en Asie Mineure, à des milliers de kilomètres (pratique en Grèce et en Turquie), une nouvelle religion appelée “christianisme”, comme “inspiré” par lui. “Nouvelle religion” professée par des “païens” convertis à son culte crucifixqui selon Paul promis le salut individuel dans la vie éternelle, plutôt que le salut collectif du peuple juif inscrit dans la Torah (la Bible)† “Nouvelle Religion”, qui a été fondée par Paul, quiles dernières années après la mort de Yehoshua/Jésus, l’empereur Constantin, également en Turquie (à Nicée), avait déclaré « religion d’État » de tout son empire, qui englobait tout le monde connu à cette époque.

Ainsi, l’endroit où ils se trouvaient était celui où, selon la tradition, ce Juif a été crucifié.

L’inconnu commence alors de lui dire toutes les bonnes choses, mais aussi les crimes que le christianisme avait commis dans l’histoire, surtout contre le judaïsme et comment c’était là-bas ? à Rome un “Vatican” avec un “Pape” vêtu de blanc, puis au nom de ce crucifix il se déclare successeur de Pierre et infaillible† Yehoshua / Jésus l’interrompt immédiatement parce qu’il croit que tout cela n’a rien à voir avec lui, alors il s’en fiche et le remerciant, en s’éloignant il pense : ”Y a-t-il une nouvelle religion fondée sur ma personne ? Ce n’est pas possible!. Je l’avais dit d’une manière très déterminée et claire « Ne pensez pas que je sois venu abolir la loi (la Bible hébraïque) ou les prophètes (le judaïsme). Je ne suis pas venu abolir mais compléter’Mon message ne visait donc en aucun cas à “Abolir” la Torah (la Bible hébraïque) et le judaïsme (ma religion), mais pour donner des instructions sur la façon de lui donner une “application complète”. Et puis j’ai dit: “Jusqu’à ce que le ciel et la terre soient passés, pas même un iota ou un sommet (ou “une virgule”) de la loi (du judaïsme) ne passera sans que tout soit accompli. Qui donc, l’un de ces moindres commandements ( les 613 préceptes hébreux), e il aura enseigné ainsi le peuple, il sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux† mais quiconque les pratique et les enseigne sera appelé grand dans le royaume des cieux.

Yehoshua / Jésus il est donc très troublé par ce qu’il voit et entend et surtout par le fait que sa personne était “divinisée”, circonstance que en tant que juif il considérait le blasphèmeà: en fait, il ne s’était jamais déclaré “Fils de Dieu”. Et il trouve incroyable que sa religion ait été abandonnée en son nom : le judaïsme.

Face à cela, Jésus se dit : Au commencement des temps, Yahveh, le Dieu des Juifs, qui nous a choisis comme son “peuple élu” a donné :

-jusqu’à Les “7 principes” de Noé doivent être respectées (les “7 Lois Noachidi”).

-jusqu’à Moïse les 10 commandementsc’est-à-dire la Bible hébraïque.

Et le La Bible hébraïque nous a donné les “613 Préceptes” (les 613 Mitzvòt) respecter.

”Ici je – Yehoshua pense encore très respectueusement à ce qui précède – j’ai suivi les enseignements des grands Rabbi Hillel (l’un des rabbins les plus influents de l’histoire juive contemporaine de Jésus). Et notamment ce que dit Hillel, que l’on retrouve dans Talmud Chabbat 31: « Un Gentil s’adressa à Hillel l’Ancien pour exprimer son désir de se convertir au judaïsme. Apprends-moi toute la Torah debout sur un pied, demanda-t-il. Sage Hillel a répondu : Ne fais pas aux autres ce qui est mauvais pour toi. Ceci est toute la Torah, le reste n’est que commentaire. Allez étudier maintenant!”. Alors j’ai aussi dit, dans mes propres mots, que tout le sens de la Bible hébraïque et du judaïsme étaient dus à ce concept « Toutes les choses que vous voulez que les hommes vous fassent, vous leur faites ; car c’est la loi et les prophètesEt j’ai répété puis résumé ce concept : un seul commandement : “Aimez-vous les uns les autres”, en supposant que si nous nous aimons, nous respecterons également “automatiquement” tous les autres commandements. Et c’est ça “L’accomplissement” de toute la loi (la Bible hébraïque) et des prophètes (la tradition juive), la pleine application de la Torah, d’où le but et l’objet de mon enseignement. Cependant, si le monde après 2000 ans est dans une impasse, perturbée par les massacres, les catastrophes environnementales, la pauvreté, la faim, l’oppression et l’exploitation, ici alors soit nous recommençons à partir de ce dernier commandement, ” Aimez-vous les uns les autres “, soit la fin est vraiment proche cette fois-ci, mais pas avec l’avènement du ” Royaume des Cieux “, mais avec l’extinction de tous ”.

Et avec cette pensée dramatique, il entre dans la première synagogue de Jérusalem qu’il rencontre et commence à le prier « Shema Israël »: “Écoute Israël, le Seigneur notre Dieu. Le Seigneur est un. Béni soit son nom glorieux à jamais. Et tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force”. cette incantation, une autre pensée dramatique lui vient à l’esprit, celui de naître et de mourir en vain

PS : J’enverrai cet article au Père Enzo Fortunato pour lui demander son avis là-dessus.

Qui sait, il me répondra.

Leave a Comment