Qui est Axell Hodges, l’ami de Valentino Rossi qui déteste la course et adore les cascades ? [VIDEO] – Motocross

Des sauts rapprochés qui atterrissent uniquement sur la roue avant, ou en wheelie… “J’aime créer”. Il voulait être Jeremy McGrath, le champion de supercross, mais il a ensuite découvert qu’il détestait la course. Il a un immense parc où il construit des sauts “avec mon bulldozer” et récemment il était invité à Tavullia : “Quand je serai grand, je veux être comme Valentino”

11 juillet 2022

v.il voulait être Jeremy McGrath et à la place c’est devenu Axel Hodgesl’ami de Valentino Rossic Ce il déteste les compétitions et aime les cascades

Quiconque connaît Axell Hodges sait qu’on parle plus de lui d’un artiste moto qu’un athlète qui fait du sport. Cheveux cascades Je suis oeuvres d’art éphémèresils durent quelques secondes.

Au début de sa carrière, Hodges, né en 1996, voulait être pilote de motocross et son idole était Jeremy McGrath, le roi du Supercross. Axell est né à Encinitas, une ville à 40 km au nord de San Diego, surplombant l’océan, en Californie† La plupart des informations que vous lirez dans cet article sont tirées d’une longue interview d’Eric Johnson sur raxerxen ligne.

Aujourd’hui, Hodges est l’un des les freestylers les plus suivis et les plus appréciés au monde mais il explique lui-même qu’il avait des objectifs différents au début : “Quand j’étais plus jeune Jeremy McGrath était tout: Septuple champion de supercross, j’habitais dans ma rue donc je voulais être un coureur et je voulais être comme Jeremy. Enfant, je voulais gagner huit titres de supercross et être le prochain roi.

Hodges a révélé que le allumettes, tout de suite, ils l’ont ennuyé et ils l’allument craindre: “J’ai commencé quand j’avais 14 ans et au début j’étais vraiment bon et puis je ne sais pas… Je me suis juste épuisé et j’ai commencé à ne pas bien faire. Les courses étaient une sorte de succion dans tout le plaisir de faire du vélo tout-terrain. Je fais du motocross parce que c’est mon truc préféré au monde.

“Sentis comme si j’étais forcé aller sur la piste, c’était comme sortir et avoir peur tous les jours alors que tout ce que je voulais, c’était rouler et m’amuser sur mon vélo tout-terrain. La course est amusante quand on réussit bien dans la classe débutant et qu’on gagne, mais dès que c’est devenu sérieux, j’ai commencé à comprendre de quoi il s’agissait et je ne voulais plus le faire.”

Récemment, il était à Tavullia, pour faire connaissance Valentino Rossicl’entente a été excellente dès le départ : « C’était tellement amusant ! C’est l’homme le plus gentil de tous les temps† Valentino s’est présenté et la première chose qu’il a faite a été de conduire sa voiture à environ 100 mph. Il a sauté et m’a donné le plus gros câlin

Sur son freestyle et de la mémoire de McGrath, un autre grand artiste, il a dit: «Oui, bien sûr. J’ai admiré Jeremy toute ma vie. Je voulais être comme lui. J’ai certainement poussé pour être comme lui, mais je suis différent. Il aimait gagner des courses de supercross et faire la fête avec des filles, c’était comme ça dans les années 90. J’aime m’amuser, sortir et faire ce que je veux, piloter ce que je veux piloter et créer ce que je veux créer. Parfois, cela prend plus de temps que la course. Il faut être là, réfléchir, jouer, tests, par essais et erreurs† Je ne sais pas. C’est beaucoup plus amusant pour moi de sortir et d’apprendre régulièrement quelque chose de nouveau au lieu d’essayer de sortir et de courir et être l’homme le plus rapide tous les jours sur un vélo tout-terrain ».

p.vous faites probablement les sauts les plus spectaculaires parmi les freestylers (comme celui de la vidéo ci-dessous, qui se termine en atterrissant uniquement sur la roue avant…, etc.), n’avez-vous jamais peur de sauter pour la première fois ? Certains sauts sont extrêmement difficiles et dangereux. Choses effrayantes!

“Oh oui, c’est toujours le cas. C’est un peu la partie amusante de ce que nous, les freeriders, faisons avec de grands sauts. Nous aimons nous faire peur† C’est ce qui est amusant. C’est amusant de faire de grands sauts et de comprendre les choses avec mes amis, comme Tyler Bereman. Nous sommes terrifiés

Une fois, vous avez essayé de battre le record du monde du saut le plus long, mais vous avez fini par vous blesser. Dites-nous …

« Je veux dire, le saut du record du monde… Ce n’était pas ma décision de le faire. On m’a présenté, d’une certaine manière, et j’ai accepté, mais dès que je suis entré, nous avons commencé à franchir le cap des 107 mètres (350 pieds), puis c’est devenu vraiment sérieux et effrayant† Nous y sommes allés tous les jours et pouvions à peine prendre le petit déjeuner. J’aime vraiment sauter, donc je faisais 350 pieds encore et encore. Je le frappais 20 fois par jour pour le faire tomber. Ça a commencé à devenir amusant, mais ensuite J’ai commencé à atteindre 400 pieds et j’ai eu ce mauvais moment… J’ai fini par me casser la cheville et me fouler l’autre. Je ne sais pas… C’était quelque chose qu’on m’avait demandé de faire et ce n’était pas quelque chose que je voulais vraiment faire. On m’a demandé de le faire, alors je l’ai fait et maintenant que j’ai eu l’expérience, j’ai battu le record. Je sais que ce n’est pas officiel, mais je suis content de moi et je sais ce que j’ai fait. Je suis content de ça. Je ne pense pas que je le referai à moins que cela ne vaille la peine de payer ou de risquer ma vie à chaque fois que je sors. Ça n’en valait vraiment pas la peine”

En quoi votre moto est-elle différente d’une Kawasaki KX450 d’origine ?

«J’ai une suspension Pro Circuit. J’ai aussi un système d’échappement Pro Circuit. C’est tout. Le moteur est en grande partie d’origine. En réalité, le moteur est complètement standard. J’aimerais avoir plus de pouvoir”

Comment est né le Slayground ? Était-ce votre propriété familiale avant d’en faire un immense terrain de jeu de freestyle ?

«Oui, ils étaient propriétaires de la propriété. Ils y vivent toujours. Slayground, c’est là que j’ai vécu 21 ans de ma vie. J’ai grandi dans cette maison. C’était mon jardin et c’est là que j’ai grandi au fil des ans et appris à conduire une voiture. Cette première vidéo que nous avons faite là-bas, c’est comme ça que j’ai été invité aux X Games. Mon père avait l’habitude de dire : “Putain ! On a mis une rampe ici et un saut en hauteur.” À partir de là, nous avons commencé à l’exécuter. J’y conduis depuis quelques années. Cela a porté ses fruits en pratiquant toutes les techniques. Là, j’ai appris toutes ces choses. J’avais une rampe avec une bosse et nous avions beaucoup de gadgets que nous fabriquions avec des palettes, des remorques et d’autres choses. C’est là que j’ai appris toute ma technique de wheelie et des choses comme ça. À Encinitas, Californie”

En parlant de Slayground, d’où vient votre surnom « Slay » ?

“Mon surnom quand je courais était A-Hodge, puis il est devenu Slay Hodge, puis il est devenu Slay. Il a évolué au fil des ans en faisant du vélo tout-terrain et avec mes amis »

t.uo frère Ash est votre directeur principal, n’est-ce pas? Comment est votre relation et cela le dérange-t-il qu’il soit le frère le moins connu?

“Non ! Avec Ash, ce n’est jamais le cas. Nous sommes frères et nous ne rivalisons pas pour être les plus cool sur Internet. Nous ne le faisons pas pour la célébrité. Nous adorons faire du motocross et nous adorons le faire”

Votre père Phil Hodges alias PH a de fréquents camées dans vos vidéos et est devenu assez célèbre. Est-il plus cool et plus amusant que votre père habituel ?

« Oh oui, mon père est merveilleux. Il a été mon avocat à vie. Cela m’aide en tout. Il m’aide dans mes affaires, m’emmène sur la piste et m’achète des motos hors route. Mon père est là depuis le premier jour. Mon père est le père le plus cool du monde”

Vous avez plus d’un million de followers sur Instagram (maintenant 1.4, ndlr). Comment gères-tu cela? Est-ce toujours bon d’avoir autant de fans ou cela peut-il parfois être ennuyeux ?

“Quand j’étais plus jeune, j’étais intéressé à avoir des abonnés, mais en vieillissant, vous réalisez que cela n’a pas d’importance. Dans une certaine mesure, il est important d’avoir un travail et de payer les factures, mais parfois je vois des gens qui veulent tellement d’attention, ça me tue… c’est une relation d’amour et de haine pour regarder la vidéo – vouloir garder les choses en vie sur une base quotidienne. C’est beau et pas beau à la fois. Parfois, vous voulez juste être un type normal. J’aimerais pouvoir aller au supercross sans que quelqu’un prononce mon nom”

Non.Vous n’êtes pas seulement une célèbre star des médias sociaux, mais aussi votre amie Gabriella Abutbol. Bénéficiez-vous des intérêts de l’autre ?

« Ah oui, bien sûr. Il a toute sa ligne de formation où il vend ses affaires et transforme ses affaires sociales en une entreprise. C’est ce que j’ai fait avec Slayco. D’accord. Vous avez votre contrat et j’ai mon contrat. Nous nous aidons les uns les autres. Elle est incroyable”

Quelle est la chose la meilleure et la plus ennuyeuse dans votre travail ?

“La meilleure chose à propos de mon travail est que je peux faire ce que j’aime le plus chaque jour et m’amuser. La pire partie de mon travail consiste probablement à gérer les blessures, car faire du vélo tout-terrain vous fera mal et il n’y a aucun moyen de l’éviter. Vous n’avez qu’à y faire face. J’ai beaucoup de chaleur sur les réseaux sociaux et beaucoup plus d’attention que le coureur moyen”

RÉ.Je suis récemment allée à Tavullia, en Italie, chez Valentino Rossi. Quel genre est-il? Que pensez-vous de faire du vélo avec lui ?

« Rossi est l’homme ! C’était tellement amusant! C’est l’homme le plus gentil qui soit. Parfois, vous rencontrez quelqu’un de si célèbre et je suis juste une sorte de clown. Valentino s’est présenté et la première chose qu’il a faite a été de conduire sa voiture à environ 100 mph. Il a sauté et m’a donné le plus gros câlin. Oui, nous sommes arrivés au coucher du soleil et avons dîné. Il a partagé toutes ses affaires avec nous. C’est le gars. C’est définitivement quelqu’un que je veux être quand j’aurai l’âge de Valentino Rossi.”

Je pense que le freestyle sur un dirt bike et faire de grands sauts n’est pas avant 60 ans. Avez-vous déjà un plan pour ce que vous ferez après votre carrière active ?

“Euh…. Je ferai du vélo tout-terrain aussi longtemps que possible. Cela dépend simplement de l’évolution de ma carrière et de la façon dont je gère les blessures et des choses comme ça. Après? Je ne sais pas. Je viens d’acheter un bulldozer et j’aime vraiment construire des sauts et faire des pistes. Ça pourrait être quelque chose comme ça. J’aime prendre des photos et faire des vidéos. Quoi qu’il en soit, je suis sûr que je serai dans l’industrie d’une manière ou d’une autre. Je ne sais pas. J’espère pouvoir être comme Valentino Rossi et avoir un endroit pour me détendre.

Ok Axell, dernière question : qu’est-ce que tu aimes faire pendant ton temps libre ?

« Faire du snowboard, faire du BMX, sortir beaucoup avec Pat Casey. C’est mon vrai ami. Je ne sais pas… J’aime faire tous les sports extrêmes en Californie du Sud. J’ai grandi avec ça. J’aime les sports extrêmes”

Leave a Comment