Capitan Falaschi parle de lui entre l’équipe nationale et Gioiella Prisma Taranto

Parlez du moment actuel de la carrière de volley-ball de Marco Falaschi-class 1987 passeur et capitaine du Bijou Prisma Taranto mais aussi du représentant bleu qui a récemment remporté la médaille de bronze Jeux Méditerranéens (il avait également remporté une médaille d’or en 2013) – en tant que deuxième jeunesse, cela vient trop facilement.

En fait, c’est parce que le destin, souvent très imprévisible, a réservé un bonus supplémentaire au passeur pisan. L’été dernier, il avait signé une biennale pour Pérouse et après avoir fait le Lubrifiant le deuxième de le Cecodans les programmes des Ombriens il y avait qu’il aurait été l’alternative à Giannielli† Seulement ça Travicala troisième roue, s’est retrouvé coincé sous un contrat existant et a choisi de ne pas le posséder ailleurs, mais de rester sur le banc, laissant Falaschi “libre” de trouver une autre destination.

Cette destination était Tarente ce qui lui garantissait une place régulière dans la base six et même le grade de capitaine. Pour vivre une année solidaire, bien que dans un club de haut niveau, Falaschi s’est retrouvé le protagoniste de ce qui était essentiellement le dévoilement de la Super League (rappelons que la Gioiella Prisma avait été citée par les experts comme probablement reléguée avec Ravenne).

Non seulement Falaschi a réalisé une excellente saison, notamment en deuxième partie, mais après presque dix ans, il a même mérité la convocation en équipe nationale par le sélectionneur. Fefe de Giorgi, qui, venant des Pouilles et ayant l’occasion de venir souvent à Palamazola pour observer les Azzurri, ainsi que les jeunes Stefani, Gironi, Laurenzano et Di Martinoa pu apprécier la performance de ce passeur à qui Coach Di Pinto a remis les clés de Taranto.

« J’ai travaillé avec le CT De Giorgi à Lube Civitanova. Nous nous connaissions donc déjà et il savait que je suis quelqu’un qui se rend toujours disponible pour l’équipe avec le plus grand engagement “- explique Falaschi -” Cependant, je ne pensais pas qu’il me demanderait, l’une des dernières fois qu’il est venu à PalaMazzola pour voir Taranto, la volonté de travailler avec le deuxième groupe de l’équipe nationale. Je pensais qu’il blaguait. Au lieu de cela, il m’a fait comprendre qu’il appréciait vraiment ce que je faisais, sur et en dehors du terrain, à Tarente avec les jeunes qu’il suivait. C’est quelque chose qui m’a rendu très heureux. »

Alors choisir Tarente pour vous s’est avéré plus qu’heureux ?

“Bien sûr. J’ai eu la chance de revenir jouer l’esprit tranquille et à un très bon niveau. Et pour cela, je dois remercier l’entraîneur Di Pinto, avec qui j’ai été bon dans le passé. Avec lui, une relation s’est développée au-delà du rôle d’entraîneur et de joueur. Nous parlons souvent pour échanger des évaluations techniques”.

Alors est-il juste de dire qu’il vous a impliqué dans la mise en place du staff pour la saison prochaine ?

“Je confirme et je suis très heureux qu’il l’ait fait. Ensuite, il a ses idées et j’ai les miennes et c’est bien que Vincenzo prenne les décisions finales, aussi parce qu’il connaît des aspects de gestion que je n’ai pas besoin de connaître. Par exemple, je peux dire que j’ai mis un bon mot sur Larizza, le connaissant de l’expérience à Lube. À mon avis, il est physiquement prêt pour la Super League.”

Mais est-il vrai que dès la fin de la saison, lors d’une interview vidéo dans la rédaction d’un journal régional, Coach Di Pinto vous a bousculé en déclarant que votre Bijou Prisma Taranto aurait été redémarré, vous laissant, disons, dans le public, pour le fait accompli ?

« Jusque-là, aucune proposition de renouvellement ne m’avait été faite et je devais, entre autres, définir certains de mes problèmes liés au contrat existant avec Pérouse. Disons que ça m’a un peu surpris, même si j’avais déjà exprimé tant bien que mal la volonté de rester (rires, commentaire de la rédaction)”.

Revenons un instant sur l’équipe nationale, tu étais au Canada pour la première phase de la VNL avec un groupe de joueurs et une fois de retour tu es allé en Algérie pour les Jeux Méditerranéens, avec un groupe différent. De quelle expérience s’agissait-il ? De l’extérieur, on pouvait voir que vous et vos coéquipiers passiez un bon moment, n’est-ce pas ?

“Très bien. Je n’ai presque jamais déconnecté, mais ça va. J’ai reçu le message d’appel quelques heures après le dernier match de la saison joué avec Taranto le 3 mai. Le 7, j’étais à l’université et je savais quel serait le programme , à savoir jouer la première partie de la VNL puis passer chez les moins de 22 ans, aux Jeux Méditerranéens. Pour eux c’était une étape vers le Championnat d’Europe. Paradoxalement, j’ai répété ce que j’avais déjà fait à Tarente, à tel point que Stefani a dû jouer en diagonale avec moi qui a dû abandonner et a été remplacé par… Groupes Puis la Coni et la Fédération ont fait comprendre au staff technique qu’ils voulaient aller aux médailles aux Jeux et l’équipe a été rejointe par d’autres joueurs, qui, bien qu’étant considéré comme jeune, mais qui avait de l’expérience à un haut niveau comme Recine, Vitelli ou Di Martino”.

Et que vous arrive-t-il maintenant dans une clé bleue ?

“En ce qui concerne le rôle de passeur, je pense que les matchs sont fermés. Giannelli et Sbertoli se rendront à la finale VNL et se prépareront pour la Coupe du monde. Je reste à la disposition de CT De Giorgi pour tout. L’équipe nationale ne dit jamais non , alors quand ils sifflent, je cours….

Parlons du Prisma Taranto Jewel, édition 2022-2023. Une équipe fortement renouvelée, il ne reste plus que trois de la saison dernière. Est-ce le but du salut ou peut-il tendre vers quelque chose de plus ?

“Notre objectif est de consolider ce que nous avons fait la saison dernière. Répéter n’est jamais facile. La rédemption devrait être notre idée principale. Même s’il n’y a qu’une seule relégation, je pense que ce sera un tournoi encore plus difficile que le précédent, où chaque équipe a son propre degré de compétitivité. Il suffit de voir la liste que la Sienne relancée met en place.

En tant que capitaine, ce que j’aime dire aux nouveaux arrivants, c’est qu’il est important de se rendre disponible pour le groupe, de s’immerger dans une réalité où l’on se sacrifie, travaille dur et où il faut parfois se ronger les dents. Je l’avais déjà dit à Loeppcky lors de notre rencontre au Canada (sourires, ndlr). Le club fonctionne bien et fait tout pour nous permettre de répéter un résultat sportif qui compte beaucoup pour une ville du sud comme Tarente. J’espère que les fans, comme dans la dernière partie de la saison dernière, seront d’une grande aide, car les avoir à nos côtés est très, très important.”

ON DIT DE LUI

“Par rapport à son arrivée à Tarente l’été dernier, Marco est un joueur qui s’est avant tout complété d’un point de vue de la personnalité. Cela lui a fait du bien d’être capitaine, il a assumé de nombreuses responsabilités, notamment dans les grandes difficultés. Techniquement, il a grandement amélioré la vitesse de balle. Bref, c’est un joueur à qui l’on a donné plus de certitudes et qui a confirmé en équipe nationale le bien qu’il a fait avec Taranto. Je compte beaucoup sur lui pour la saison prochaine”-( Vincenzo Di Pinto – entraîneur Gioiella Prisma Taranto).

“Nous parlons de notre capitaine, un athlète qui donne et donnera beaucoup à notre club. Pour Taranto, c’est une fierté pour Taranto de l’avoir prêté, disons, à l’équipe nationale. Je me souviens de sa première expérience en Superlega que j’ai apportée à Castellana Grotte (saison 2010/2011) je lui ai succédé de Santa Croce (A/2) qui avait 24 ans et possédait déjà des compétences importantes qui l’ont ensuite conduit à une très belle carrière”- (Vito Primavera, directeur général Gioiella Prisma Taranto).

Partie

Leave a Comment